8 choses à faire quand un enfant est malade

Quand votre bébé est patraque, la première chose à faire est de vérifier sa température. Inutile de vous munir d’un modèle de thermomètre ultra-perfectionné et qui coûte un bras. Un simple modèle électronique à embout flexible suffit. Si la température de votre bébé (de plus de 3 mois) oscille entre 37,7°C et 38,5°C, évitez tant que possible de lui donner du paracétamol. N’oubliez pas que celui-ci ne soigne pas, il ne sert qu’à faire chuter la fièvre. Préférez plutôt le dévêtir : le laissez en body, c’est très bien. Vous pouvez aussi lui donner un bain et abaisser la température des radiateurs. En revanche, si votre enfant a moins de 3 mois et présente une température supérieure à 38°C, filez immédiatement aux urgences.

Image associée

Appelez le docteur

« Ahah, elles se moquent de nous », vous dites-vous. Pas du tout. On sait évidemment que vous allez appeler le médecin. Le tout est de savoir quand. Pas demain, ni d’ici la fin de la semaine « au cas où ce rhume empirerait ». Non, appelez-le maintenant, avant que ce petit virus saisonnier ne mute en grippe, qu’il vous contamine tous et que l’emploi du temps du pédiatre n’affiche complet.

Faites le plein de sérum physiologique

Tous les parents d’enfants de moins de 3 ans le savent : le sérum physiologique, c’est le nouveau couteau suisse. Il sert à nettoyer les yeux, le nez, l’intérieur des oreilles, à nettoyer les petites plaies et même les tétons quand on allaite. Si votre enfant est malade, préparez-en un stock afin de lui faire des lavages de nez dès que cela l’exige. Attention toutefois de ne pas abuser du mouche-bébé : utilisé trop souvent et trop fort, il risque d’abîmer les mucosités nasales de votre bout-de-chou.

Donnez-lui un bain

En plus de détendre et d’apaiser votre bébé, un bain aidera à faire baisser sa température. Attention toutefois à la température de l’eau : même en cas de fièvre, elle ne doit pas être inférieure à 37°C. Généralement, on estime que la température de l’eau ne doit pas être inférieure de 2°C de celle de l’enfant.

Soyez souple sur les horaires de dodo

On croit à tort qu’un enfant qui est malade dort beaucoup. Que nenni ! Quand il est patraque, il est fatigué mais dort très mal. Il se réveille souvent, ronchonne, pleure. Pour éviter la crise, soyez à l’écoute de votre bébé et tachez de trouver la manière la plus confortable pour lui de faire la sieste : cela peut être dans son lit, mais aussi dans la poussette pendant une balade ou dans le siège-auto si vous êtes en voiture. Vous pouvez aussi, en prenant garde à la sécurité, pratiquer le co-dodo le temps qu’il se sente mieux.

Créez une ambiance apaisante

Quand bébé est malade, ce n’est pas le bon moment pour recevoir des invités, allumer fort la télé ou mettre la musique à fond. Préférez plutôt tamiser les lumières et mettre de la musique douce pour créer une atmosphère propice à la détente.

Installez bébé à la verticale

Le petits nez pris et les maux d’oreilles sont encore plus intenses quand bébé est allongé à plat. Si possible, surélevez son lit afin d’installer le plus possible à la verticale. S’il est encore tout petit, vous pouvez aussi le garder contre votre poitrine pour la sieste.

Prenez de la vitamine C

Ne croyez pas échapper au virus qui a rendu votre bébé malade. S’il l’a attrapé, il y a de grandes chances pour qu’il finisse par vous le refiler, surtout si vous passez votre journée à lui faire des bisous. Pour rester en forme, vous pouvez tenter une cure de vitamine C. Lavez-vous régulièrement les mains et essayez (autant que possible) de bien dormir la nuit.

Publicités

Des astronomes remettent en question ce qu’ils savent de la formation des planètes après la découverte d’une planète « monstre »

Le ciel est rempli de mystère, voire de monstres ! Selon un communiqué de la Royal Astronomical Society (RAS) de Londres, publié mardi 31 octobre, une planète dite « monstre », qui en théorie ne devrait pas exister, a été découverte en orbite autour d’une étoile naine peu lumineuse, au grand étonnement des astronomes.

Une découverte qui contredit le modèle largement accepté de formation planétaire.

Une planète monstre près d’une étoile naine

Les planètes se forment à partir du nuage de poussières et de débris qui, petit à petit, s’agglomèrent pour former des planètes autour d’une nouvelle étoile. Ainsi, selon la théorie, les petites étoiles peuvent former des planètes rocheuses, « mais ne peuvent pas rassembler assez de matière pour former des planètes de la taille de Jupiter », explique le communiqué de la Royal Astronomical Society. Or le géant gazeux, surnommé la planète « monstre » du fait de son volume, fait à peu près la taille de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire alors que son étoile ne fait que la moitié du soleil.

« La découverte de NGTS-1b nous a réellement surprise… de telles planètes massives ne devraient pas exister autour de petites étoiles », a insisté Daniel Bayliss de l’Université de Warwick, coauteur de l’étude acceptée pour publication dans Science Monthly Journal de la Royal Astronomical Society« Le rayon de la planète fait environ 25% de celui de son étoile, elle est très grande par rapport à son hôte. A titre de comparaison, Jupiter ne représente qu’environ 10% du rayon de notre soleil », a-t-il expliqué à l’AFP.

Une géante difficile à repérer

Selon le communiqué, la planète orbite très près de son étoile, à une distance ne représentant que 3% de celle qui sépare la Terre et le Soleil et elle effectue un tour complet de son hôte en deux jours et demi. « Même si NGTS-1b est un monstre, elle était difficile à débusquer car son étoile parente est vraiment petite et peu lumineuse », a déclaré Peter Wheatley, un collègue de Daniel Bayliss.

La planète « monstre » a été découverte par le Next-Generation Transit Survey (NGTS), installé dans le désert d’Atacama, au Chili, un réseau de 12 télescopes qui a donné son nom à l’étoile et sa planète (respectivement NGTS-1 et NGTS-1b). Avec son étoile, elle a été débusquée à environ 600 années-lumière de la Terre, dans une constellation Columba.

Une entreprise japonaise offre 6 jours de congés en plus aux non-fumeurs

Au pays du travail acharné, il semble que prendre une pause cigarette ne soit pas très bien vu. Ainsi, le patron d’une entreprise japonaise de marketing appelée Piala Inc. a dû faire face à la grogne de ses salariés qui estimaient travailler plus que leurs collègues fumeurs.

« Un de nos employés non-fumeur a mis un message dans la boite à suggestion plutôt cette année, disant que les pauses des fumeurs causaient des problèmes », explique au Telegraph, Hirotaka Matsushima, un porte-parole de l’entreprise. « Notre directeur général  a vu le commentaire et a accepté de donner des vacances pour compenser », poursuit-il.

Il convient tout de même de préciser que l’entreprise en question se situe au 29e d’un immeuble tokyoïte, ce qui fait que la pause cigarette dure en moyenne 15 minutes.

Une recette efficace

Le but avéré du patron de cette entreprise est d’inciter les fumeurs à arrêter la cigarette. Pourtant on peut penser que ce « cadeau » offert aux non fumeurs sera peu productif. Car les salariés japonais sont connu pour  ne pas prendre les jours de congés auxquels ils ont droit en dehors des jours fériés.

Selon un sondage mené par le ministère japonais du Travail en 2013, les Japonais n’utilisent ainsi que 9 des 18,5 jours qui leur sont, en moyenne, accordés.

Mais il faut croire que les temps changent. Sur les 120 employés que l’entreprise compte, pas moins de 30 auraient déjà utilisé un de ces six jours de congés en plus. Ainsi Hirotaka Matsushima qui dit en avoir profité pour emmener sa famille dans une station thermale pendant quelques jours. Selon lui, l’idée de son patron fonctionnerait puisque plusieurs employés auraient déjà arrêté de fumer depuis la mise en place de cette mesure.

Espagne: le surnom chambreur que Ramos donne à Piqué en sélection

Piqué Ramos

En sélection depuis 2009, Gerard Piqué et Sergio Ramos se connaissent très bien. Lors d’une interview donnée à la radio espagnole Onda Cero lundi, le défenseur du Real Madrid a même révélé qu’il adorait chambrer son homologue barcelonais en sélection à propos de son nom de famille complet: « Piqué Bernabéu ».

Ramos à propos de Piqué : « Je lui rappelle que son nom est Bernabéu » en reférence à son nom de famille complet

Même s’il n’a aucun lien de parenté avec Santiago Bernabeu, l’ancien dirigeant qui a donné son nom au stade du Real Madrid, le joueur catalan possède le même nom de famille. Une situation amusante que Ramos ne manque pas d’utiliser pour chambrer son coéquipier en équipe nationale: « Il a un grand nom de famille et à chaque fois que je le vois en sélection, je lui rappelle que son nom est Bernabéu », a confié, tout sourire, le défenseur merengue.

Contrairement à aujourd’hui, Ramos et Piqué « n’avaient pas de relation »

S’il se permet de faire cette blague, c’est parce qu’il connait bien le compagnon de Shakira, contrairement à leurs débuts en équipe nationale, où « ils n’avaient pas de relation » selon l’intéressé. « Si vous comparez aujourd’hui et avant, on s’entend mieux lui et moi. Avant, nous n’avions tout simplement pas de relation. Nous nous respections car nous avons joué ensemble et nous savions qu’ensemble, nous avons formé l’une des meilleures paires dont la Roja a bénéficié. Mais quand on grandit, on mûrit. On laisse de côté des choses auxquelles on donnait précédemment de l’importance. Cela a amélioré notre relation ».

Cuba: Washington s’opposera à un nouveau vote de l’ONU contre l’embargo

Les Etats-Unis vont à nouveau s’opposer à l’adoption d’une résolution annuelle de l’ONU condamnant l’embargo qu’ils imposent à Cuba, après s’être abstenus, pour la première fois en un quart de siècle l’année dernière.

Résultats de recherche d'images pour « Cuba: Washington s'opposera à un nouveau vote de l'ONU contre l'embargo »

L’ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley choisira le « non » quand la mesure sera mise au vote mercredi devant l’Assemblée générale de l’institution internationale, a indiqué la porte-parole du département d’Etat, Heather Nauert.

Source: Le Nouveliste