Le président de Ferrari menace de quitter la F1

Le président de Ferrari, Sergio Marchionne, a laissé entendre que l’écurie italienne pourrait quitter la Formule 1 au terme de la saison 2020, si le groupe américain Liberty Media, le propriétaire depuis fin 2016, ne modifie pas ses projets.

a Formule 1 sans Ferrari ? Difficilement imaginable, cette hypothèse est à prendre au sérieux après la conférence, jeudi, de Sergio Marchionne président de la Scuderia. « Si on change le concept jusqu’au stade où il n’est plus reconnaissable, nous ne voudrons pas rester. Nous voulons réduire les coûts, ils sont allés au-delà de la limite du possible », a ajouté celui qui est aussi l’administrateur délégué du groupe Fiat.

Image associée

Le patron de la F1, Chase Carey, répète qu’il veut faire de chaque Grand Prix un show à l’américaine, décrit comme « un petit Superbowl », et envisage l’organisation de 25 courses par saison, au lieu de 20 actuellement.

« Attention à ne pas retirer l’ADN et l’histoire de la F1 »

Présent à Austin lors du GP des Etats-Unis, il y a deux semaines, le président de la seule écurie présente en Formule 1 depuis les débuts de la discipline en 1950, Sergio Marchionne, a notamment évoqué ses réserves avec Ross Brawn, ancien directeur technique de Ferrari entre 1997 et 2006, devenu directeur sportif de la Formule 1 depuis cette saison.

« Défigurer la F1 pour des raisons commerciales est un discours que Ferrari affectionne très peu », souligne-t-il avant de poursuivre : « Il faut faire très attention à ne pas retirer l’ADN de cette discipline, son histoire, et ce qui compte pour Ferrari ». « Si ces deux choses disparaissent, l’intérêt de Ferrari à rester dans le circuit va diminuer », met en garde Marchionne.

Les dépenses pointées du doigt

Mercedes et Renault ont également émis des critiques mercredi au sujet du programme de développement du futur moteur de la catégorie reine à compter de la saison 2021, dévoilé la veille par la FIA.

Il prévoit en effet le maintien du V6 Turbo Hybride, introduit en 2014, qui a fait exploser les dépenses des motoristes (Mercedes, Ferrari, Renault et Honda) et par voie de conséquence celles de leurs écuries clientes (Red Bull, Toro Rosso, Force India, McLaren, Williams, Haas et Sauber).

« Nous allons tout faire pour essayer de réduire les implications économiques nécessaires à la compétition », promet Sergio Marchionne. « Je comprends que Liberty a peut-être pris ces éléments en compte, mais je pense qu’il doit être absolument clair qu’à moins d’obtenir un ensemble de circonstances, dont les résultats seront bénéfiques pour la préservation de la marque et du marché, et au renforcement du positionnement unique de Ferrari, Ferrari ne jouera pas ».

Publicités

Le beau geste de Messi pour Médecins sans frontières

Accusé de dopage par le quotidien La Razon, Lionel Messi n’avait pas  manqué de traduire le journal devant la justice. A juste titre si l’on en croit le verdict de la Cour provinciale de Barcelone, confortée par la Cour suprême espagnol, puisque l’Argentin a eu gain de cause.

Résultats de recherche d'images pour « Le beau geste de Messi pour Médecins sans frontières »

Condamné pour diffamation, le quotidien espagnol en est quitte pour devoir verser 72 783 euros au quintuple Ballon d’Or. Une somme que le Barcelonais a décidé de reverser à Médecins sans frontières.

L’objet du délit ? Un article du tabloïd madrilène, publié au lendemain de la finale de la Coupe du monde 2014 perdue par l’Albiceleste face à l’Allemagne (1-0) et qui assurait que le n°10 argentin prenait de la nandrolone.

Insolite: un motard enterré avec sa moto, une première en France

Il a fallu un caveau un peu plus grand pour réaliser la promesse faite au défunt.

Sa dernière volonté a été exaucée. Jeudi, un motard a été enterré avec sa moto dans le cimetière de Saint-Roch, près de Tours, quelques jours après l’accident lors duquel il a perdu la vie. « C’est moi qui ai annoncé le décès à la famille. C’est quelque chose de fort. J’ai donné un accord en tant qu’homme », a expliqué le maire de la commune, Alain Anceau, à France Bleu Touraine, qui raconte l’histoire.

Certificat de dépollution. Sauf qu’enterrer un véhicule avec un humain n’est pas chose courante : c’est la première fois qu’un tel événement se produit en France. « Comme c’était une demande spéciale, on a demandé un certificat de dépollution et cela nécessite un caveau un peu plus profond », précise le maire. Motard également, un des amis du défunt a détaillé le processus à la radio : « Il a fallu faire un caisson étanche et puis dépolluer le véhicule. Il n’y a pas que la moto, il y a aussi son équipement. »

De nombreux motards venus lui rendre hommage. Plus de 200 motards sont venus de toute la France lui rendre hommage, avant une cérémonie dans l’intimité. Ils se sont aussi arrêtés quelques minutes sur le lieu de l’accident, sur la rocade tourangelle.

Les Etats-Unis frappent pour la première fois Daech en Somalie

Site d'une attaque à la voiture piégée, photographié le 29 octobre 2017 à Mogadiscio, en Somalie.

Les Etats-Unis ont annoncé ce vendredi avoir mené deux frappes contre le groupe Etat islamique en Somalie, la première opération contre l’EI dans ce pays où agissent déjà les islamistes somaliens shebabs, affiliés à Al-Qaïda.

« En coordination avec le gouvernement fédéral de Somalie, les forces armées américaines ont mené deux frappes aériennes contre l’EI dans le nord-est de la Somalie, tuant plusieurs terroristes », indique le Pentagone dans un communiqué.

« Aucun civil ne se trouvait à proximité »

Les drones qui ont mené ces deux frappes, la première vers minuit heure locale, la seconde en fin de matinée, « ont atteint leur cible », précise le porte-parole du commandement américain pour l’Afrique (AFRICOM), le commandant Anthony Falvo.

« Aucun civil ne se trouvait à proximité », a-t-il affirmé, précisant qu’il s’agissait des premières frappes contre l’EI dans ce pays où le président Donald Trump a autorisé, en mars dernier, le Pentagone à lancer des opérations anti-terroristes – par voie aériennes ou terrestre – pour soutenir le gouvernement somalien.

Déjà 400 personnes sur le terrain

Après le puissant attentat au camion piégé qui a causé la mort d’au moins 276 personnes à la mi-octobre à Mogadiscio, les Etats-Unis ont fait savoir qu’ils étaient prêts à renforcer leur soutien au gouvernement somalien.

L’armée américaine a déjà une force de 400 personnes sur le terrain, qui participe à deux opérations, l’une de conseil et d’entraînement aux troupes gouvernementales, l’autre de soutien logistique.