Cancer du poumon : l’âge moyen

Cancer du poumon : plus de deux patients sur trois ont plus de 50 ansLes hommes ont deux fois plus de chances que les femmes de développer un cancer des poumons. Cela dit, la tumeur se forme à peu près au même âge, indépendamment du sexe : entre 50 et 75 ans chez 69 % des hommes et 64 % des femmes. En 2015, près de 45 000 nouveaux cas de cancer du poumon ont été enregistrés en France, et environ 30 000 patients étaient des hommes.Le taux de survie du cancer du poumon varie selon l’âgeEn France, environ une personne sur sept survit plus de 5 ans à un cancer bronchique. Le taux de survie est plus favorable si la tumeur est diagnostiquée entre 45 et 75 ans : 19 % chez les hommes et 25 % chez les femmes. Après 75 ans, les chances de survie s’amoindrissent (10 % pour les hommes et les femmes).Comment dépister et prévenir les cancers du poumon ?Il n’existe malheureusement aucune façon de dépister le cancer bronchique. Certains fumeurs ont en apparence des poumons sains (c’est du moins ce que révèle le scanner),

Résultats de recherche d'images pour « Cancer du poumon »mais peuvent développer un cancer dans les mois ou les semaines qui suivent. La meilleure prévention consiste à arrêter de fumer et à éviter les expositions prolongées aux substances chimiques

Publicités

Le créateur de Paypal construit une île où les riches seraient débarrassés des politiciens

Le monde comptera-t-il une 198ème nation en 2020? C’est en tout cas ce qu’espèrel’institut Seasteading, une organisation à but non lucratif qui travaille à la création d’une fédération d’îles artificielles qui serait reconnue comme un État à part entière. Financé notamment par Peter Thiel, le milliardaire cofondateur de Paypal et soutien affiché de Donald Trump, l’institut compte inauguré une première île d’ici trois ans dans l’océan Pacifique.

Et le projet qui peut paraître farfelu ne l’est pas tant que ça. C’est en tout cas ce qu’explique Joe Quirk, président de l’Institut Seasteading dans le New York Times. « Si nous pouvons développer notre ville flottante, il s’agira d’un « pays start-up », assure-t-il. Nous pouvons à terme créer une grande diversité de gouvernements pour une grande diversité de personnes. »

Une première île à côté de Tahiti

Car la motivation des concepteurs de Seasteading est de libérer l’humanité du moins les citoyens qui le souhaitent- des politiciens en réécrivant les règles de gouvernance du pays que l’on aura choisi. « Les gouvernements vont de plus en plus mal, assure Joe Quirk. Ils sont bloqués dans les siècles précédents. Parce que leur présence terrestre les incite à vouloir en contrôler toujours plus. » Un monde sur l’eau serait ainsi moins conflictuel selon lui.

Le projet dans lequel Peter Thiel a déjà investi 1,7 million de dollars de ses deniers personnels avance en tout cas à grands pas. Plus tôt dans l’année, le gouvernement de la Polynésie française a accepté de laisser l’Institut Seasteading commencer ses essais dans ses eaux. Une quarantaine d’hectares leur a été concédée au large de Tahiti. La Polynésie s’intéresse au projet car elle y voit là une expérience intéressante alors que l’archipel est  menacé par la montée des eaux.

La construction pourrait bientôt commencer, et les premiers bâtiments flottants pourraient être habitables d’ici quelques années. Le but est de construire une douzaine de structures d’ici 2020 comprenant des maisons, des hôtels, des bureaux, des lieux de loisirs et des restaurants pour un coût estimé à 60 millions de dollars. Chaque bloc serait ensuite vendu 15 millions de dollars aux acheteurs intéressés. Un archipel qui se veut écolo puisque les concepteurs souhaitent que les bâtiments possèdent des toits végétalisés et construits à partir de bois local, de fibre de bambou et de noix de coco et de métal et plastique recyclés.

Résultats de recherche d'images pour « Le créateur de Paypal construit une île où les riches seraient débarrassés des politiciens »

Une île pas trop loin de la terre ferme quand même

Blue Frontiers qui pilote, pour le compte de l’Institut Seasteading, le projet polynésien souhaite lever 60 millions de dollars d’ici 2020 pour financer le chantier, notamment au moyen de bitcoins.

La société tente également de convaincre de nouveaux États de concéder une partie de leurs eaux territoriales pour de futurs projets de villes flottantes. Car si le projet initial consistait à créer de nouvelles nations dans les eaux internationales, les concepteurs du projet jugent préférables de les développer plus près des terres, directement dans des eaux territoriales de pays où les citoyens de l’île pourraient faire leurs courses et se réfugier en cas de tempête. Preuve -quoi qu’en pensaient initialement les promoteurs de ces îles nations- que la terre peut avoir son intérêt.

Barça, La stat de Paulinho qui embarrasse le Real Madrid

Les supporters du Real Madrid qui moquaient le recrutement de Paulinho depuis la Chine l’été dernier (40 millions d’euros) sur les réseaux sociaux doivent certainement le regretter. Le milieu brésilien s’est fendu d’une adaptation ultra-rapide et embarrasse même les attaquants merengue.

Résultats de recherche d'images pour « Barça, La stat de Paulinho qui embarrasse le Real Madrid »

En effet, Paulinho a marqué autant de buts que la BBC toute entière. Oui, le milieu brésilien a fait aussi bien que Benzema, Bale et Ronaldo en Liga ! Le Gallois, blessé, a tout de même pu inscrire deux buts cette saison en championnat.

Benzema et Ronaldo, qui personnalisent à eux deux les soucis offensifs du Real cette saison, comptent un but chacun pour l’instant en Liga. Paulinho, 4 buts, est donc au niveau de la BBC. Une BBC qui se fait dépasser, à ce moment de l’exercice, par 12 autres joueurs. Lionel Messi (12), Simeone Zaza et Cedric Bakambu (9), Christian Stuani, Tonny Sanabria et Rodrigo (7), Ángel Rodríguez, Mikel Oyarzabal, Iago Aspas et Maxi Gómez (6), alors que Luis Suárez, dont c’est loin d’être la meilleure saison au Barça, et  Willian José culminent à 5.

Mercedes-Benz Classe X: un Navara doux comme un agneau

Mercedes-Benz X 250d© Challenges – N. Meunier Mercedes-Benz X 250d

ESSAI. Reprenant la base technique des Nissan Navara et Renault Alaskan, le Classe X a été sérieusement retravaillé. Histoire de faire du premier vrai pick-up Mercedes-Benz un modèle haut-de-gamme, à même de rivaliser avec le Volkswagen Amarok.

Si Mercedes-Benz se lance sur le segment des pick-up de taille moyenne, c’est qu’il espère une part d’un gâteau de plus en plus gros. Au niveau mondial en effet, le marché progresse de 3,7 % par an. Et en France, ces engins considérés comme des utilitaires bénéficient d’une fiscalité avantageuse : ils ne sont pas soumis au malus écologique, qui plombe le tarif des gros 4×4 et SUV. En conséquence, les amateurs de tout-terrain se rabattent sur les pick-up à double cabine, quatre-portes et cinq places. Entre 2015 et 2016, les ventes de ces modèles ont ainsi bondi de 55 % !

L’émergence de cette clientèle des particuliers a donc convaincu la marque à l’Etoile de se jeter à l’eau. Mais avec une certaine prudence tout de même : profitant de son partenariat technique avec l’Alliance Renault-Nissan, Daimler est parvenu à réduire les coûts de développements à 900 millions d’euros. Soit bien moins que s’il avait intégralement développé son propre modèle. Cette dernière hypothèse aurait conduit à un prix de vente supérieur d’à peu près 20.000 €. Impensable eu égard aux tarifs de la concurrence, en particulier celle du Volkswagen Amarok, le modèle aujourd’hui le plus raffiné du marché.

Le Mercedes-Benz Classe X, un Nissan Navara profondément retravaillé

C’est donc sur la base technique du Nissan Navara que le Classe X a été développé. Mais contrairement à Renault qui s’est contenté d’une nouvelle face avant pour créer l’Alaskan, la base a été ici retravaillée en profondeur. Cela commence par le châssis à échelle. Envisagé très en amont de la conception du Navara, l’arrivée du pick-up Mercedes-Benz est à l’origine du choix d’un train arrière multibras, rare sur le segment des pick-ups. A l’exception des trois cousins Daimler, Renault et Nissan, seul le SsangYong Actyon Sports dispose en effet d’une telle architecture. Le constructeur allemand a donc eu son mot à dire dans la conception du Navara, un prérequis selon lui pour obtenir une base suffisamment bonne pour un tirer un véritable pick-up haut-de-gamme.

Par rapport aux Navara et Alaskan, le Classe X présente des voies plus larges de 7 cm. Et cela ne concerne pas que le déport des jantes ou les trains roulants. Le châssis à échelle lui-même a été élargi, en même temps qu’il recevait une traverse supplémentaire au milieu pour le rigidifier. Ce travail a été rendu nécessaire par l’arrivée l’an prochain d’une version V6 Diesel de 254 ch, au couple supérieur. De même, les tarages des ressorts et amortisseurs ont été revus.

Tout ce qui est visible a également été modifié. A l’extérieur, seuls les supports de rétroviseurs, poignées de portes et l’antenne sont communs avec le Navara et l’Alaskan. Malgré une certaine similarité avec ces derniers, le Classe X affiche donc une personnalité bien à lui. Il en va de même à l’intérieur. La cabine élargie interdisait de facto de reprendre la planche de bord déjà vue dans le français et le japonais. C’est donc un mobilier totalement spécifique qui est présent. Les aérateurs ronds, l’écran surélevé et les lignes horizontales sont typiquement Mercedes-Benz. La coiffe de planche de bord en plastique moussé avec surpiqûres, les hauts de contreportes recouverts de skaï (en finition haut-de-gamme Power) et l’encadrement de console centrale au revêtement métallique signifient le statut haut-de-gamme de l’engin. Mais le revêtement imitation bois en ronce de linoleum et les plastiques durs des parties basses trahissent l’appartenance du Classe X à la gamme des utilitaires de la marque, où il rejoint le Classe V (lire notre ). Clairement, la finition n’est pas aussi léchée que dans un GLC ou un GLE. Mais elle a le mérite de se hisser au meilleur niveau du segment, au moins aussi bien que les Ford Ranger et Volkswagen Amarok.

© Fournis par CROQUE FUTUR

Là où le Classe X déçoit, c’est par son équipement. La liste des options est réduite à la portion congrue. Aucune assistance à la conduite n’est disponible ou presque. Oubliez le détecteur d’angle mort, le freinage automatique d’urgence, l’aide au maintien de voie… Le régulateur de vitesse adaptatif pourrait faire son apparition sur la version V6 promise pour fin 2018, mais pas sur ces premières versions quatre-cylindres. Au rayon confort, on cherche vainement les sièges ventilés ou le volant chauffant. Malgré la présence du système d’infodivertissement Mercedes-Benz (d’ailleurs moins ergonomique que celui du Nissan Navara), le Classe X se contente donc d’un équipement digne d’une citadine ou d’un GLC de base. Et nettement inférieur à celui d’un Ford Ranger. Pire : caméra de recul et GPS sont optionnels, même sur le haut-de-gamme Power !

Le Mercedes-Benz Classe X se révèle sur la route

Sur la route, le Classe X se différencie assez nettement des Nissan Navara et Renault Alaskan. Cela passe d’abord par une direction nettement mieux calibrée. Douce, linéaire est très démultipliée, celle-ci offre un agrément proche de celle des SUV de la marque à l’Etoile. Si elle ne parvient pas à gommer l’inertie due à la masse conséquente (2.234 kg), elle rassure en toutes circonstances. C’est loin d’être le cas sur le japonais et le français, où la consistance variable et caoutchouteuse a de quoi inquiéter lors de l’inscription.

© Fournis par CROQUE FUTUR

Autre progrès sensible : le confort. Certes, le Navara filtre assez bien les irrégularités. Mais le Classe X se place un cran au-dessus, avec pourtant un maintien de caisse supérieur. Et le châssis plus rigide limite les remontées de vibrations depuis l’arrière, certes toujours un peu sensibles. Le comportement routier y gagne également, avec un équilibre sain, même s’il serait incongru de parler d’agilité. En somme, sans égaler le raffinement d’un GLC, ce pick-up Mercedes-Benz parvient à se hisser au niveau de la référence de la catégorie en termes de prestations routières, le Volkswagen Amarok.

Là où l’Amarok conserve une longueur d’avance, c’est par contre en termes d’agrément moteur. Les premières versions du Classe X se contentent en effet de reprendre le quatre-cylindres Diesel 2,3 litres Renault-Nissan, en version 163 ch ou 190 ch. Le X 250d 4MATIC que nous avons essayé reprenait également la boîte de vitesses automatique et la transmission intégrale enclenchable de chez Nissan, principalement pour des raisons de coût. Par rapport au Navara, déjà correctement insonorisé, les bruits sont encore mieux contenus. Mais le moteur n’a pas le velouté du V6 proposé sur l’Amarok aux mêmes niveaux de puissance, et la boîte se révèle trop lente au rétrogradage. Cela sans vraiment faire la différence en termes de consommation, qui tourne entre 9 l/100 km et 10 l/100 km selon l’usage.

© Fournis par CROQUE FUTUR

S’il est possible de passer en mode 4×4 en roulant, les manœuvres dans cette dernière configuration apparaissent toujours heurtées. Dans les épingles enneigées, où l’apport des quatre roues motrices semble indispensable, la transmission clame sa réprobation en broutant de manière aussi sensible que saccadée. Heureusement, le X 350d promis pour la fin 2018 annonce une transmission intégrale permanente à différentiel central et gamme courte, qui devrait régler le problème. Plus civilisée sur route, celle-ci devrait permettre de conserver des capacités en tout-terrain excellentes.

A l’usage donc, les modifications apportées par Mercedes-Benz sur la base technique fournie par Nissan apparaissent pertinentes. Cela a certes un prix, puisque notre version d’essai se négocie 50.243 € hors options. En face, le Volkswagen Amarok est plus raisonnable, à 49.224 € avec la sellerie cuir, le GPS et la caméra de recul de série. Et l’écart est assez important avec les Alaskan et Navara, déjà chers puisque proposés respectivement à 45.960 € et 44.960 € dans leurs finitions hautes, mieux équipées. Par rapport à ces derniers, le surcoût est clairement justifié par les prestations supérieures du nouveau venu. Mais pour contester la suprématie de l’Amarok, il faut encore attendre le V6.

Mercedes-benz x 250d

  • Comportement sain
  • Confort de suspension
  • Présentation flatteuse
  • Capacités en tout-terrain
  • Tarif élevé
  • Manque de rangements
  • Ergonomie complexe
  • Lacunes d’équipement
  • Comportement routier4/5
  • Aptitudes en tout-terrain4/5
  • Consommation3/5
  • Qualité de présentation4/5
  • Confort4/5
  • Performances3/5
  • Rapport prix/équipements2/5

Comment faire un shampoing sec naturel

Image associéeLes meilleures alternatives au shampoing sec chimique

Il existe des poudres naturelles assez efficaces si l’on souhaite remplacer un shampoing sec classique : la poudre de Kachur et la poudre d’orange. Ces deux ingrédients absorbent le sébum et permettent donc de retarder le (vrai) shampoing d’au moins un jour. La bonne nouvelle ? Leurs propriétés variées combleront différents problèmes en fonction des effets souhaités. Celle de Kachur décolle les racines et procure du volume à la chevelure. Quant à la poudre d’orange, elle est idéale pour les cuirs chevelus légèrement sensibilisés ou secs. « Elle est beaucoup plus douce à utiliser et apporte de la brillance », précise Daphné Narcy. On la recommande donc aux personnes qui ont les cheveux plus fragilisés et ne cherchent pas un effet volumateur.

Comment faire un shampoing sec naturel© IMaxTree Comment faire un shampoing sec naturel

Comment bien appliquer son shampoing sec naturel

– Pour l’application de la poudre d’orange ou de la poudre de Kachur, on utilise un gros pinceau poudre de maquillage.

– On sépare bien méticuleusement les cheveux et on applique un peu de poudre sur les racines à l’avant, au milieu, à l’arrière et sur les côtés du crâne.

– On laisse agir 5 minutes.

– On passe ensuite ses mains dans la chevelure en frottant doucement pour mélanger la poudre.

– Enfin, on termine en brossant afin de répartir au mieux le produit naturel.

Cancer : où se trouve le foie dans le corps ?

Hépatite, cirrhose, cancer du foie… Organe vital qui remplit plusieurs fonctions dans l’organisme, le foie est aussi indispensable que fragile. Apprenez à écouter ses plaintes lorsqu’il vous parle, afin de consulter au plus vite votre médecin traitant ou un hépatologue.

Cancer : où se trouve le foie dans le corps ?

Le foie se situe sur le côté droit de l’abdomen

Il sert notamment à réguler la glycémie, à synthétiser les protéines, à éliminer les toxines, à stocker les vitamines et d’autres substances nécessaires au fonctionnement de notre corps. Pour cette raison, il peut entraîner une cascade de symptômes lorsqu’il ne fonctionne plus normalement. Le foie, dont la couleur varie du rouge au brun, est logé près de l’estomac, au centre de l’abdomen, sur le côté droit, juste derrière les côtes. Chez une personne adulte, il pèse environ 1,5 kg.

Les différentes maladies du foie

Les hépatites désignent une inflammation du foie. Elles peuvent être d’origine virale, médicamenteuse ou alcoolique. Une hépatite non traitée risque d’évoluer en fibrose ou en cirrhose. Les lésions sont dans ce cas souvent irréversibles. Une cirrhose est parfois responsable d’un cancer du foie, une tumeur maligne qui peut conduire à une greffe du foie (transplantation hépatique). La stéatose, quant à elle, correspond à l’accumulation de graisse au niveau du foie, tandis que la maladie de Wilson est une affection génétique provoquée par un excès de cuivre dans plusieurs parties du corps, notamment dans le foie. Cette anomalie est à l’origine de plusieurs troubles hépatiques, neurologiques, hématologiques et psychologiques.

Jodel Lesage, commandant en chef des FAD’H

Résultats de recherche d'images pour « Jodel Lesage, commandant en chef des FAD'H »

« J’ai 63 ans, je fais partie de la promotion 1974-1976. J’ai débuté ma carrière au corps des Léopards, j’ai terminé comme assistant-chef d’état-major général G1 avec le grade de colonel », a déclaré le lieutenant-général vendredi matin dans une courte interview exclusive qu’il a accordée au Nouvelliste

Pour le nouveau lieutenant-général, le retour des Forces armées est une nécessité historique, parce que, a-t-il rappelé, c’est l’armée qui a engendré l’État d’Haïti.

Dans un autre arrêté présidentiel, le chef de l’État a mis sur pied un commandement intérimaire pour le rétablissement des Forces armées d’Haïti composé de six membres : le commandant en chef intérimaire; l’assistant commandant en chef intérimaire; l’état-major général intérimaire ; l’inspecteur général intérimaire ; l’adjudant général intérimaire et enfin l’état-major personnel intérimaire du commandant en chef intérimaire.

Jodel Lesage est le commandant en chef intérimaire. Il va travailler avec d’autres concernés sur la formation du haut état-major de l’armée.

Ce 18 novembre, à l’occasion du 214e anniversaire de la bataille de Vertières, les quelque 150 militaires formés en Equateur vont défiler dans la deuxième ville du pays, le Cap-Haïtien. Il s’agira de la première parade des Forces armées d’Haïti remobilisées par Jovenel Moïse.

Le locataire du palais national a d’abord rapporté l’arrêté du 6 janvier 1995, qui avait créé une commission de restructuration des forces armées, et celui du 6 décembre 1995 portant dissolution de la force de police intérimaire et consacrant l’existence d’une seule force de police nationale sur tout le territoire de la République.

Publicités