lOl Voilà 3 bonnes raisons d’adopter… une poule !

C’est vrai ça, pourquoi toujours un chien ou un chat ? De plus en plus de foyers (avec un jardin bien sûr…) choisissent d’adopter cet adorable volatile, qui est plein de qualités ! Et si vous hésitez encore à sauter le pas, on vous donne 3 bonnes raisons de tenter l’aventure !

Résultats de recherche d'images pour « une poule »

source: Ohmymag

1 – Un animal sympathique !

Vous pensez qu’une poule ne peut pas faire un bon animal de compagnie ? Détrompez-vous ? Si vous la prenez très jeune, voire poussin, la poule s’attachera très vite à vous. Elevée comme un animal de compagnie, stimulée, sollicitée, manipulée, elle vous reconnaîtra parfaitement et aimera à vous suivre absolument partout dans le jardin. D’un naturel curieux, les poules adoreront explorer leur territoire en votre compagnie et s’intéresser à ce que vous faites. Attention cependant, comme les ânes, une poule seule déprime très très vite. Il faudra donc obligatoirement en adopter deux !

2 – Plus de gâchis !

Si vous cuisinez souvent, vous vous êtes forcément demandé au moins une fois quoi faire de vos peaux de fruits, de toutes ces épluchures et autres fanes de légumes qui s’accumulent sur le plan de travail… Sans parler des croûtons de pain dur qui restent à se perdre sur la table de cuisine. Si bien sûr il faudra leur donner régulièrement du bon grain, les poules raffolent de nos épluchures et autres fruits blettes ! Du coup, non seulement vous nourrissez vos poules avec de bons ingrédients mais en plus, vous limitez la production de déchets de votre foyer. Alors, elle est pas belle, la vie ?

3 – Elles donnent des oeufs !

Hé oui quand même, on aurait presque pu en parler en premier dans ce top des 3 bonnes raisons ! Si vous adoptez des poules, elles donneront évidement des oeufs ! Une poule en bonne santé, entourée d’une ou deux copines et bien nourrie vous récompensera de ces bons soins par des oeufs frais pondus quasiment tous les jours ! Selon la race, elles donnent entre 150 et 300 oeufs par an. Cuisiner vos omelettes et vos gâteaux à partit d’oeufs extra-frais, qui n’en a jamais rêvé ? À l’âge de 4 ans, vos poules, trop vieilles, arrêteront de pondre, mais elles resteront tout de même vos grandes copines !

Adopter une poule !

Publicités

L’OM contraint de vendre Dimitri Payet ?

Irrégulier et trop rarement à son avantage à l’Olympique de Marseille depuis l’entame de l’exercice en cours, Dimitri Payet pourrait être poussé vers la sortie l’été prochain. Mais aussi, et surtout, eu égard à des émoluments bien trop lourds pour les finances phocéennes…

AVEC: SPORTS.FR

Dimitri Payet© Reuters Dimitri Payet

La direction de l’Olympique de Marseille se sait dans le collimateur de l’UEFA, qui a pris la décision de placer les pensionnaires du stade Vélodrome sous surveillance au regard des dépenses effectuées ces derniers mois pour tenter de bâtir une formation un tant soit peu ambitieuse à l’échelle hexagonale. Pour l’heure, les résultats suivent puisque la troupe de Rudi Garcia pointe au 2e rang de Ligue 1 après 24 journées, et peut légitimement espérer retrouver la Ligue des champions la saison prochaine. Forcément, ça ferait beaucoup de bien aux finances du club désormais propriété de Frank McCourt…

Mais pour éviter une sanction de l’instance dirigeante du football européen, les Ciel et Blanc pourraient aussi être contraints de vendre dans les mois à venir, et pourquoi pas certaines têtes d’affiche si les propositions de la concurrence sont en lien avec l’inflation récente. On pense évidemment dans cette optique à Florian Thauvin, qui se montre très à son avantage depuis l’année dernière et continue d’être le véritable leader offensif de l’équipe, un rôle que devait initialement tenir Dimitri Payet. Mais le Réunionnais se montre inconstant et n’a évidemment pas le rendement de son cadet.

Mitroglou, le 4e salaire du vestiaire

Pire, celui qui fut la première recrue marquante de l’ère post Louis-Dreyfus se pose aujourd’hui comme une erreur stratégique à l’échelle économique. Car selon les informations de La Provence et L’Équipe, le transfuge de West Ham United dispose du plus lourd salaire de l’effectif professionnel, à hauteur de 560.000 euros mensuels. Luis Gustavo suit derrière (500.000 €), et Florian Thauvin est sur la troisième marche de ce podium singulier (400.000 €). Voilà qui pourrait faire des dégâts dans un proche avenir si le Brésilien et l’ancien Bastiais débarquent dans le bureau de Jaques-Henri Eyraud, en position de force au regard de leurs prestations, pour réclamer une rallonge… Clairement, à Marseille, le meilleur salaire ne revient pour l’heure pas au meilleur joueur.

Or pour rectifier le tir, soit Dimitri Payet doit partir au plus vite l’été prochain, soit les salaires des autres joueurs de l’effectif vont rapidement flamber, provoquant inévitablement la perte du club. Car on imagine mal le numéro 10 accepter de son côté une rémunération à la baisse… La direction sportive de l’Olympique de Marseille, si elle ne veut pas se retrouver prisonnière de Dimitri Payet, va donc devoir trancher, et serait tout aussi inspirée de se débarrasser au passage d’un Konstantinos Mitroglou très décevant, mais qui figure au quatrième rang des meilleurs salaires du vestiaire (355.000 €), juste devant Steve Mandanda (335.000 €).

ISRAEL: Le général Gadi Eisenkot a prévénu le gouvernement de l’imminence d’une guerre si Gaza, qui bénéficie de moins en moins d’aides financières, s’effondre.

Le chef d'état-major israélien Gadi Eisenkot, lors de sa cérémonie d'intronisation, dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 16 février 2015.

Après les heurts de 2009, 2012 et 2014, ceux de 2018? La bande de Gaza pourrait être, cette année, le théâtre d’un quatrième affrontement armé en moins d’une décennie. Le chef d’Etat major israélien, Gadi Eisenkot, a indiqué au gouvernement dimanche que le micro-territoire palestinien, du fait de la crise humanitaire, était au bord de l’effondrement, révèle ce lundi Haaretz.

Le général Eisenkot estime que la détérioration de la situation dans l’enclave palestinienne pourrait rendre inéluctable une nouvelle guerre, bien que le Hamas, comme Israël, ne le souhaite pas. Evoquant plusieurs scénarios, il a recommandé qu’Israël se prépare dans tous les cas à une telle issue. Selon la chaîne Hadashot, relève The Times of Israël, il aurait par ailleurs préconisé le renforcement des aides à l’enclave.

Moins d’approvisionnement

Le contexte est explosif. Décidée par Donald Trump, la suspension de la contribution américaine à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a considérablement assombrie l’avenir des Gazaouis. Ces derniers dépendent en effet aux deux-tiers de l’assistance étrangère pour leurs besoins, notamment alimentaires, et souffrent régulièrement de coupures d’électricité.

Alors que 800 à 1200 camions de nourriture et d’équipement pénètrent habituellement chaque jour à Gaza, les autorités militaires constatent qu’il n’y en a plus que 300 actuellement, relève Haaretz. Or plus la situation se détériore et les protestataires se rendant à la frontière avec Israël pour manifester leur colère sont nombreux. Un engrenage dangereux qui peut mener à des opérations militaires d’envergure.

Roquettes et représailles

Le constat mis en avant par Gadi Eisenkot est le même que celui de l’envoyé spécial de l’ONU au Proche-Orient. Nickolay Mladenov a prévenu mardi que la bande de Gaza, où vivent deux millions de Palestiniens, était au bord d’un « effondrement total », et risquait « de nouveau d’exploser, de manière encore plus violente et meurtrière que par le passé ». Le lendemain, sept centres médiaux annonçaient l’interruption de leur service faute de carburant pour alimenter les générateurs.

L’armée de l’air israélienne a mené samedi un raid sur le sud de la bande de Gaza, après un tir de roquette visant le sud d’Israël dans la nuit. Des combattants palestiniens ont tiré au moins 20 roquettes ou obus de mortier depuis l’annonce le 6 décembre de la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

cinq signaux d’alerte à ne pas négliger dans une nouvelle relation

Cela fait maintenant plusieurs mois que vous vous fréquentez et votre statut de couple est désormais une chose acquise. Cette nouvelle situation vous enchante mais déclenche également une avalanche de questions dans votre tête : « est-ce que c’est vraiment le bon ? », « Ais-je raison de m’attacher ? ». Une période d’autant plus délicate, car cruciale : vous ne vous connaissez pas encore assez pour savoir si cette relation a un réel avenir, mais vous êtes trop attachés l’un à l’autre pour ne pas tenter le coup.

Résultats de recherche d'images pour « 4 signaux d'alerte à ne pas négliger dans une nouvelle relation »

Si cette perspective se révèle exaltante, elle n’en demeure pas moins terrifiante. En effet, comment s’assurer que l’on ne met pas les pieds dans un engrenage dont on risque d’avoir un mal fou à se dépêtrer ? Sollicités par le site My Domaine, des experts américains mettent le doigt sur quelques signes qui devraient nous alerter avant de faire le grand saut dans l’inconnu.

1- Vous lui trouvez toujours des excuses

Quand il vous plante sans même vous prévenir alors que vous aviez prévu de le présenter à vos amis ou à votre famille ou qu’il drague une autre devant vous, il trouve toujours grâce à vos yeux. « Le pauvre, il a été retenu au bureau toute la soirée, et en plus son portable n’avait plus de batterie, donc il n’a pas pu me prévenir » « Mais non, il ne la draguait pas, c’est juste qui ne l’avait pas vue depuis un bout de temps ! »

Évidement, on force un peu le trait. Mais c’est bien connu que parfois, l’amour rend aveugle. En particulier au début d’une relation lorsque c’est tout nouveau, tout beau. Mais si vous vous surprenez à plusieurs reprises à plaider sa cause auprès de vos proches (qui en principe ne vous veulent que du bien), alors il est probablement temps de vous poser quelques questions à son sujet.

2- Il teste constamment vos limites

Que ce soit sur le plan sexuel, émotionnel ou personnel, votre partenaire ne devrait pas s’octroyer le droit de franchir un certain seuil, à partir du moment où vous lui avez clairement fait comprendre que vous-même n’étiez pas prête à le faire. S’il n’a pas intégré cette notion et essaye (sciemment ou non) d’aller contre votre volonté cela signifie certainement qu’il essaye de vous contrôler. « Si quelqu’un essaye de transgresser vos limites, fuyez-le », tranche la psychologue Liza Aronson Fontes.

3- Il évite les sujets qui fâchent

Se disputer fait partie intégrante des relations de couple. Comme l’explique la coach en relations amoureuses Erika Ettin, les discordes au sein d’un couple « sont parfaitement normales et saines ». Donc, si votre partenaire fait l’autruche au moindre désaccord et refuse d’en parler à tête reposée- et ce quelque que soit le sujet de la dispute- cela n’augure rien de bon pour votre relation. Car sans communication, impossible d’avancer.

4- Il passe son temps à descendre son ex

Mieux vaut ça que l’inverse, nous direz-vous… Cependant, vous avez remarqué qu’il a ce comportement non pas avec une, mais avec TOUTES ses ex. Donc, à moins qu’il ait multiplié les choix foireux ou qu’il ait connu très peu de femmes avant vous, méfiez-vous. « Quand les gens décrivent leurs relations amoureuses passées en reportant toute la faute sur l’autre, cela devrait vous alerter », explique la psychologue Elinor Greenberg. Selon la psy, ce genre de comportement dénote clairement une incapacité à endosser sa part de responsabilité dans une relation et à se reposer totalement sur l’autre. Imaginez que votre histoire se termine : que risque-t-il de raconter à sa prochaine conquête à propos de vous ?

Sport: Le Giroud tourne

Ciseaux !© Ciseaux ! Ciseaux !

Transféré d’Arsenal à Chelsea pour vingt millions d’euros, Olivier Giroud est censé apporter un peu de fraîcheur aux Blues. Qui en manquent cruellement, comme le montrent la raclée récoltée à domicile contre Bournemouth et les espoirs de trophées s’éteignant mois après mois.

Dans les tribunes, son imposante doudoune bleue et sa barbe fournie dissimulent aisément sa stupéfaction. Pourtant, Olivier Giroud partage le même état d’esprit que les spectateurs présents autour de lui : tout le monde est stupéfait devant le spectacle offert à Stamford Bridge. En un quart d’heure, Chelsea vient en effet de se recevoir trois pions dans les dents par le terrible Bournemouth, dont l’objectif le plus ambitieux reste le ventre mou de la Premier League. S’il fallait encore lui en faire la démonstration, l’attaquant comprend désormais tout le boulot qui l’attend. Ce qui signifie aussi, bonne nouvelle, qu’il peut apporter des choses à son nouvel employeur.

Londres, Mondial et galère

Un point sur le contexte du transfert. En manque de football à Arsenal (une seule titularisation en championnat, onze la saison dernière), Giroud a donc opté pour un départ afin de sortir de cette situation frustrante et dangereuse en vue de la Coupe du monde russe qui démarre en juin. « On lui doit beaucoup. Il était très apprécié dans le vestiaire et au sein du club. Tous les joueurs étaient tristes de le voir partir, mais Olivier voulait plus de temps de jeu, a ainsi expliqué Arsène Wenger en conférence de presse. Il veut aussi disputer la Coupe du monde. C’est pour cela que je lui ai ouvert la porte. » Mais le Français ne souhaitait pas bouger trop loin, toujours selon les propos de son ex-coach : « Il vient d’avoir un troisième bébé, il lui était donc difficile de quitter Londres, tout comme il lui était difficile de refuser l’offre de Chelsea juste parce que c’est un adversaire. » L’ancien Gunner a donc troqué son maillot rouge qu’il portait depuis 2012 pour la couleur des Blues, afin de rappeler à Didier Deschamps que celle de sa sélection lui va toujours aussi bien.

Sauf que voilà : Giroud débarque dans une équipe en difficulté. Si la bande d’Antonio Conte, quatrième, ne pointait qu’à trois longueurs du dauphin Manchester United à l’entame de la 24journée, son manque de régularité observé depuis cet été tranche avec sa solidité de 2016-2017. Effectif limité, , relations joueur-entraîneur douchées, cadre écarté (David Luiz), style de jeu brouillé… Tout porte à croire que la période Conte touche à sa fin. Sportivement, personne ne se fait trop d’illusions concernant un éventuel trophée. Manchester City gambade 19 unités devant, Arsenal est sorti vainqueur du duel londonien en demi-finale de League Cup, et un énorme Barcelone s’avance en quarts de finale de la Ligue des champions. Dans ce contexte, et même si le combat catalan n’est pas encore perdu, la FA Cup (cinquième tour face à Stoke City) représente le seul titre raisonnablement atteignable. Et une présence dans les quatre premiers de PL la grande priorité, Tottenham étant à l’affût de la moindre chute.

Un mercato moins sexy que d’autres

Toujours est-il que Chelsea dispose désormais d’une nouvelle gâchette, et qu’il va falloir s’en servir à bon escient. Cette arme aurait pu être un peu plus aiguisée, c’est vrai. Certains se moquent déjà de cette recrue à vingt millions d’euros et des choix bleus, estimant que les concurrents ont su, eux, se renforcer bien davantage, malgré (MU avec Alexis Sánchez pour environ 45 millions d’euros – le prix supposé de Mkhitaryan –, Arsenal avec Pierre-Emerick Aubameyang et Henrik Mkhitaryan pour environ 109 millions, Liverpool avec Virgil van Dijk pour 84 millions, City avec Aymeric Laporte pour 65 millions, voire Tottenham avec Lucas pour 28 millions).

Il faut dire que Conte lui-même ne s’est pas franchement montré hyper emballé par la venue du Tricolore face à la presse : « J’avais dit au board que dans tous les cas, je serais heureux avec les joueurs qui arrivent. (…) Olivier, il revient d’une blessure musculaire qui l’a tenu éloigné des terrains pendant cinquante jours. Nous allons essayer de les mettre dans les meilleures dispositions possibles et nous verrons. (…) Nous parlons d’un joueur international, qui a beaucoup d’expérience. Il joue en équipe de France. Il a 31 ans, nous ne parlons pas d’un jeune joueur. C’est pour cette raison que nous attendons de lui qu’il nous aide. » Merci pour la chaleur de l’accueil. Mais finalement, pourquoi le mariage serait condamné à une union sans lune de miel ? Après tout, l’Italien apprécie les profils de type Giroud, à savoir grand et combattant. Selon la légende, le tacticien aurait même réalisé des miracles avec Graziano Pellè dans le passé, alors…

Les chercheurs annoncent lundi la découverte d’un curieux spécimen d’araignée, vieille de 100 millions d’années et possédant une queue couverte de poils

A l’origine de l’identification de cette nouvelle espèce, quatre fossiles d’araignées primitives, piégées dans de l’ambre (résultant des sécrétions de végétaux fossilisés), il y a 100 millions d’années en Birmanie.

Très bien conservés, les spécimens font l’objet de deux publications différentes dans la revue Nature Ecology & Evolution.

En plus de ses habituelles et quelque peu effrayantes pattes et filières (les appendices qu’elles utilisent pour fabriquer la soie et tisser leur toile), cette très vieille araignée aurait possédé une queue couverte de poils courts, ressemblant un peu à celle des scorpions.

Cet appendice aurait pu lui permettre de « détecter l’environnement », selon Paul Selden de l’Institut de paléontologie et du Département de géologie de l’Université du Kansas, coauteur d’une des études.

Minuscule (chaque fossile mesure environ 7/8 millimètres de long en comptant les 5 millimètres de queue), l’animal a été nommé Chimerarachne yingi en référence à Chimère, le monstre hybride de la mythologie grecque, car il représente « un mélange curieux de caractéristiques anciennes et modernes ».

Pour Paul Selden, Chimerarachne yingi serait entre les araignées modernes, équipées de filières, mais sans queue et les très vieilles Uraraneida (un ordre éteint d’arachnides, cousines des araignées) qui vivaient il y a entre 380 et 250 millions d’années et possédaient une queue, mais pas de filières.

Photo fournie par le site de la revue Nature le 5 février 2018 montre une araignée Chimerachne yingi

Chimerarachne yingi pourrait donc être l’arachnide archaïque « la plus semblable aux araignées ». Et selon le chercheur, il serait même possible que certains de ses descendants à queue soient encore présents dans les forêts birmanes.

Mais pour l’équipe de Gonzalo Giridet, de l’Université d’Harvard, à l’origine de l’autre étude, Chimerarachne yingi serait elle-même une Uraraneida, et se serait donc éteinte sans laisser de descendant.

Apparues il y a plus de 300 millions d’années, les araignées sont maintenant présentes sur l’ensemble du globe et se divisent en pas moins de 47.000 espèces.

Insolite: forcée à accoucher et assassinée : sa voisine condamnée

La voisine de Savanna LaFontaine-Greywind, qui a reconnu l’avoir tuée pour lui voler son bébé, a été condamnée vendredi à la prison à vie aux Etats-Unis. Pour la première fois, la façon dont a été tuée la jeune femme ont été révélées.

Avec: ParisMatch

Savanna, forcée à accoucher et assassinée : sa voisine condamnée

Brooke Crews a été condamnée à la prison à vie vendredi. Cette femme de 38 ans a été déclarée coupable d’avoir tuée sa voisine dans le but de lui voler son bébé. Pour la première fois, la façon dont a été assassinée Savanna LaFontaine-Greywind ont été révélées. L’accusée, qui a plaidé coupable, a sorti le nouveau-né du ventre de sa mère alors que celle-ci était encore consciente. Elle l’a ensuite laissée se vider de son sang jusqu’à ce qu’elle finisse par mourir. «Il n’y a ni excuse, ni raison de rationnaliser ça, il n’y a rien», a lancé l’accusée vendredi face au juge, ne montrant aucune émotion à l’énoncé du verdict.

La suspecte a, à l’époque des faits, indiqué aux enquêteurs être allée rendre visite à Savanna, enceinte de 8 mois, pour lui expliquer comment provoquer son accouchement. Elle avait assuré que c’est la mère qui lui aurait donné son bébé. Mais William Hoehn, son compagnon, avait alors tenu un autre témoignage, racontant qu’en rentrant chez lui ce jour tragique du 19 août 2017, il était tombé sur sa compagne en train de nettoyer du sang dans leur salle de bain. Il avait ensuite fait savoir que Brooke Crews s’était présentée à lui avec le nouveau-né dans les bras, lui lançant : «voilà notre bébé, c’est notre famille».

La petite Haisley Jo vit désormais avec son père

Jamais la façon dont la jeune femme prénommée Savanna a été tuée n’avait jusque-là été dévoilée par les enquêteurs. Le corps de la victime avait été retrouvé par un couple de kayakistes dans une rivière du Dakota du Nord.

Après la tragédie, le père de la petite Haisley Jo a dû attendre plusieurs jours avant de pouvoir la récupérer et la ramener chez elle. Aujourd’hui, Ashton Matheny tient le rôle de papa et de maman. Toujours traumatisé par la mort de sa compagne, il tient le coup grâce à sa fille, qui occupe toutes ses journées, a-t-il expliqué en décembre dernier dans «People». Les bains, les repas, les couches, les nuits… Le jeune homme s’occupe de tout et tente de ne rien oublier. «Je dois faire une liste à chaque fois que je décide de sortir de chez moi, pour penser à tout», a-t-il confié.

Publicités