Le président de Nice défend Balotelli

Mario Balotelli s’est plaint d’insultes racistes samedi soir à Dijon (3-2)

nalotelli_ogcn_reu: Mario Balotelli.

Outre une défaite frustrante (2-3), la troisième en trois matches de Ligue 1, les joueurs de l’OGC Nice ont quitté Dijon en colère samedi et plus particulièrement Mario Balotelli. L’attaquant italien s’est plaint d’insultes racistes de la part de certains supporters, ce qui lui a valu d’écoper d’un carton jaune de la part de l’arbitre, M. Rainville. Aucun joueur n’a confirmé les dires de Super Mario, mais le speaker de Gaston-Gérard a demandé sur le moment au public « de cesser immédiatement les propos racistes à l’égard des joueurs sur le terrain ». En attendant de connaître la réponse de la LFP (Ligue de football professionnel) sur la question, le président azuréen, Jean-Pierre Rivère est monté au créneau ce lundi.

« Nous avons pris le temps de consulter les différentes parties avant de nous exprimer sur le sujet. Nous déplorons que Mario ait eu à subir une nouvelle manifestation du racisme. C’est inexcusable, et il faut rappeler que ce n’est malheureusement pas la première fois depuis qu’il a rejoint notre championnat. Il a tout notre soutien ».

Bien décidé à défendre son joueur, le patron du club niçois n’a toutefois pas voulu entretenir la polémique avec le DFCO: « Comme l’a précisé l’entraîneur de Dijon Olivier Dall’Oglio, on n’est pas à l’abri « d’un ou deux abrutis ». C’est également notre sentiment, et Mario n’a d’ailleurs pas souhaité en rajouter après le match. Le public de Dijon n’est en rien coutumier du fait. Je n’ai aucune raison de remettre en cause la bonne foi des responsables dijonnais, ni de les accabler pour cet acte isolé, alors qu’ils sont aussi les victimes de cette affaire et que cela peut survenir n’importe où. Nous sommes tous convaincus de la même chose, le racisme n’a pas sa place dans un stade de football, ni où que ce soit ».

Un sentiment partagé par l’association Football against racism in Europe (FARE) qui a tenu à apporter son soutien au buteur transalpin: « Mario Balotelli devrait recevoir une protection supplémentaire de la part des arbitres et des officiels du stade, et non un carton jaune lorsqu’il le porte à l’attention d’un arbitre« , a ainsi déclaré son président Piara Powar à la BBC.

article source: Sports.fr

Publicités

pour Zidane, le PSG «est en train de changer»

Avant le choc Real Madrid-PSG mercredi prochain en 8e de finale aller de la Ligue des champions, retrouvez toutes les dernières informations sur les deux clubs.

sport24

avec : Sport24

Zidane : «Le PSG ? Ils sont en train de faire une saison incroyable»

Dans un entretien accordé à  RTL,Zinédine Zidane a livré son point de vue sur le PSG : «C’est une équipe et un club qui est en train de changer et qui s’améliore chaque année, a déclaré l’entraîneur madrilène. Ils sont en train de faire une saison incroyable, et ça ne m’étonne pas.» «Pour ce qui est de la forme du moment, il ne faut pas tout balayer d’une main en disant que tout est mauvais, c’est pas vrai non plus, a ajouté le champion du monde 98 au sujet de la confrontation. Le moindre truc négatif on en fait tout un pataquès, maintenant c’est pas grave, c’est comme ça. Il y a eu des choses positives et moi je me raccroche à ça, nous on n’a pas oublié de jouer au ballon, on sait ce que l’on sait faire sur le terrain, mais on doit être plus constant sur les 90 minutes.»

Kurzawa et Cavani se sont entraînés

Absent samedi à Toulouse en raison d’une blessure à la cuisse droite, Layvin Kurzawa a participé normalement à la séance d’entraînement programmée ce lundi au Camp des Loges selon RMCet Le Parisien. Même chose pour Edinson Cavani, ménagé en Haute-Garonne. Un ultime entraînement est prévu mardi matin à 11h00 avant de s’envoler direction Madrid pour une conférence de presse d’Unai Émery et d’un joueur aux alentours de 19h45.

Cavani et «l’anxiété» générée par la Ligue des champions

«Le mythe de la Ligue des champions génère beaucoup d’anxiété chez les supporters ou les joueurs qui arrivent à Paris». Tels sont les propos d’Edinson Cavani dans un entretien accordé au quotidien espagnol Marca«Moi, je crois qu’il n’est pas nécessaire qu’un club comme le PSG, qui est en pleine croissance, ait l’obligation de gagner à tout prix la Ligue des champions malgré ses recrues, estime l’attaquant uruguayen. Je crois qu’il y a toute une histoire, un mythe, qui s’est créé autour de la Ligue des champions. Évidemment, c’est la plus belle des compétitions, mais pour moi, le championnat est très important. C’est le résultat de toute une année de travail». Au sujet du Real Madrid, «nous sentons tous que ce sera une confrontation difficile, mais en même temps prestigieuse, a-t-il poursuivi.  Ce sera spécial de jouer contre un Real qui possède une longue histoire. Cela génère de l’enthousiasme, cela donne envie de fouler au plus vite la pelouse. Mais ce sera compliqué parce que nous affrontons un adversaire très expérimenté, avec des joueurs qui peuvent faire la différence à tout moment».

Le onze madrilène avec la BBC et Nacho ?

Cela ne fait pas le moindre doute à en croire nos confrères de Marca. Le quotidien espagnol assure que le trio Gareth Bale-Karim Benzema-Cristiano Ronaldo sera aligné d’entrée face au PSG mercredi soir. Et ce malgré les critiques et les doutes au sujet de l’attaquant français. Pour suppléer Dani Carvajal, suspendu, Zidane devrait faire confiance à Nacho dans le couloir droit. Pour le reste, ce sera du grand classique avec Isco, Lucas Vazquez, Asensio et Kovacic en solutions de repli sur le banc.

Ronaldo : «Cette double confrontation peut marquer une saison entière»

Le Real Madrid, distancé en Liga, et le PSG, en quête d’une place dans le dernier carré en C1 pour la première fois depuis l’arrivée des Qataris en 2011, jouent gros sur cette double confrontation dès les 8es de finale. C’est un fait. Et Cristiano Ronaldo en est parfaitement conscient :  «C’est une double confrontation entre le Real Madrid et le PSG qui peut marquer une saison entière. Nous allons jouer face à une grande équipe avec d’excellents joueurs, que nous respectons beaucoup, a déclaré le quintuple Ballon d’Or sur le site officiel du club espagnol.  Mais nous avons déjà démontré que nous avons un groupe très fort, uni et avec beaucoup d’expérience dans cette compétition».

Un arbitre italien au sifflet

L’arbitre de la manche aller a été désigné. Il s’agit de l’Italien Gianluca Rocchi (44 ans). L’homme en noir n’a arbitré qu’une seule fois le PSG sur la scène européenne. C’était en Coupe UEFA en octobre 2008 avec à l’arrivée une défaite sur la pelouse de Schalke 04 (3-1). Le Real a croisé sa route à quatre reprises pour deux victoires. La dernière fois, c’était cette saison à l’occasion de la Supercoupe d’Europe, remportée par les Madrilènes aux dépens de Manchester United (2-1).

Le PSG a dépensé 805 M€ pour son effectif actuel

805 millions d’euros. C’est la valeur estimée du coût de recrutement de l’effectif du Paris Saint-Germain. Le club parisien se classe second dans ce domaine derrière Manchester City(878M€) d’après le CIES (Centre International d’Étude du Sport) qui révèle ces chiffres dans sa lettre hebdomadaire. Le podium est complété par Manchester United (742M€). Le Real Madrid, double champion d’Europe en titre, n’est «que» sixième avec 497 millions d’euros investis. Cela s’explique par le fait que la colonne vertébrale de leur effectif (Cristiano Ronaldo, Gareth Bale, Karim Benzema notamment) est là depuis plusieurs années. L’attaquant portugais a par exemple été acheté en 2009 pour 94M€.

Les parieurs voient Paris se qualifier

Le PSG va-t-il faire tomber le double champion d’Europe en titre ? Pour les parieurs FDJ, la réponse est oui. Si la cote du Real Madrid est meilleure pour cette première opposition à Santiago Bernabeu (2,40 contre 2,75 pour une victoire du PSG et 3,75 pour un match nul), Paris est favori sur une qualification à l’issue des deux matches avec une cote de 1,65 contre 1,9 pour le Real de Zidane.

…. celle qui fait battre le cœur d’Antoine Griezmann

Diapositive 1 sur 16: <p>Erika Choperena et Antoine Griezmann</p>

Antoine Griezmann n’est pas un cœur à prendre. Depuis 6 ans, il partage la vie de l’espagnole Erika Choperena. En avril 2016, ils ont eu une petite fille ensemble. Et en juin 2017, ils se sont dit «oui».

L’attaquant de l’Atletico Madrid, Antoine Griezmann, s’est fait une place à part dans le cœur des supporters, mais aussi dans celui des supportrices. Pendant l’euro 2016, sur Twitter, le footballeur de 26 ans a même eu droit à son hashtag, #lesfessesdeGriezmann, pour celles qui admiraient sa chute de rein. Mais Antoine Griezmann n’est plus un cœur à prendre. Il partage sa vie depuis 6 ans avec l’espagnole Erika Choperena.

https://www.instagram.com/p/BV_D6AXAJrv/embed/captioned/?cr=1&v=7#%7B%22ci%22%3A0%2C%22os%22%3A16143.00000000003%7D

le président américain fait part de ses doutes sur la possibilité de relancer les négociations entre l’État hébreu et les Palestiniens.

figarofr: Donald Trump à la Maison Blanche, le 9 février 2018

Donald Trump commencerait-il à douter de sa capacité à promouvoir l’«accord ultime» entre l’État hébreu et les Palestiniens? Dans un entretien accordé en milieu de semaine dernière au quotidien Israël Hayom, le président américain admet benoîtement: «Franchement, je ne sais même s’il va y avoir des négociations, nous verrons bien ce qui se passe, mais je pense qu’il serait complètement insensé de la part des Palestiniens, ainsi que des Israéliens, de ne pas faire la paix. Il s’agit de notre seule chance et elle ne se représentera plus jamais après cela.»

Visiblement échaudé par la violente polémique qui a suivi sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, Donald Trump ajoute: «À l’heure qu’il est, je dirais que les Palestiniens ne cherchent pas à faire la paix. Et je ne suis pas nécessairement sûr non plus qu’Israël cherche à faire la paix. Donc nous allons voir ce qui se passe.» Interrogé sur les compromis attendus de l’État hébreu, il indique: «Les colonies compliquent beaucoup et ont toujours beaucoup compliqué la recherche de la paix, donc je pense qu’Israël va devoir faire très attention avec la colonisation». Si le président américain n’a récemment pas ménagé ses critiques envers la direction palestinienne, c’est la première fois qu’il exprime publiquement ses doutes sur la bonne volonté du gouvernement israélien. Le propos est d’autant plus significatif qu’il est adressé à un quotidien notoirement proche de Benyamin Nétanyahou.

Cet aveu de scepticisme contraste avec les pronostics confiants formulés par Donald Trump lors de son arrivée à la Maison-Blanche, il y a tout juste un an. Recevant Benyamin Nétanyahou le 16 février 2017, il avait par exemple déclaré: «Je pense que nous allons conclure un accord. Je sais que chaque président voudrait cela, mais que la plupart n’ont commencé à y travailler que très tard parce qu’ils ne croyaient pas que c’était possible. (…) Peut-être allons-nous atteindre un accord bien plus grand et bien meilleur que les gens dans cette pièce ne peuvent le comprendre. En mai dernier, lors d’une rencontre avec le président palestinien Mahmoud Abbas, il avait réaffirmé: «J’aimerais être un arbitre, un médiateur, un facilitateur – et nous allons le faire».

Les travaux exploratoires menés par l’ancien avocat Jason Greenblatt sous la houlette de Jared Kushner, le gendre du président, ont d’abord favorablement impressionné les Palestiniens. L’équipe américaine, tout en proclamant son soutien indéfectible envers Israël, s’est montrée ouverte aux préoccupations palestiniennes. Mais l’atmosphère s’est progressivement tendue à l’automne lorsque de premières fuites dans la presse ont évoqué un projet américain de donner corps au futur État palestinien sur seulement 38% de la Cisjordanie. Sa capitale, ajoutait la rumeur, serait implantée dans le faubourg d’Abou Dis et non à Jérusalem-Est, comme le veulent les Palestiniens et la quasi-totalité de la communauté internationale. Pour Mahmoud Abbas, l’offre était inacceptable.

La reconnaissance, le 6 décembre, de Jérusalem comme capitale d’Israël par l’Administration américaine a fini de braquer les Palestiniens. Ceux-ci rejettent désormais toute médiation américaine et condamnent par avance le «plan de paix» sur lequel Jared Kushner continue apparemment de plancher – mais dont la présentation aux parties ne cesse d’être repoussée. Donald Trump a réagi en annonçant la réduction de moitié de l’enveloppe allouée à l’agence des Nations unies en charge des réfugiés palestiniens (Unrwa). Interrogé par Israël Hayom sur le bilan de sa première année au pouvoir, Donald Trump estime néanmoins que sa décision sur Jérusalem en a été un temps fort. «Faire de Jérusalem, dit-il, votre grande capitale, est une chose très importante pour beaucoup de gens.»

Cavani rêve d’un ciseau en finale

À deux jours du virage le plus serré de la saison du PSG, Edinson Cavani s’est confié en longueur dans les colonnes du quotidien espagnol Marca pour évoquer la manche aller face au Real.

Alors, quel scénario ? « Je ne sais pas si ça va être un match avec beaucoup de buts. Je ne pense pas. Normalement le match aller est toujours plus serré. Ils ne voudront pas nous laisser marquer et le match retour est un match de patience, pour faire des contre-attaques. Mais le football est imprévisible », affirme l’Uruguayen.

Mieux : Cavani a un rêve : « Je n’ai encore jamais marqué en faisant le coup du ciseau et j’aimerais bien le faire lors d’un match important avec le PSG, en finale de Ligue des champions par exemple. J’ai marqué toutes sortes de buts, mais il me manque sûrement celui-là dans ma liste. »

Le chef de l’EI serait vivant et soigné dans le nord-est syrien. C’est un haut responsable irakien qui l’affirme

Sa mort avait été annoncée en juin dernier. Mais un haut responsable du ministère irakien de l’Intérieur affirme ce lundi 12 février que le chef du groupe État Islamique (EI) est vivant et soigné dans un hôpital de campagne dans le nord-est de la Syrie après avoir été blessé dans des raids aériens.

Résultats de recherche d'images pour « Le chef de l'EI serait vivant et soigné dans le nord-est syrien »

« Nous avons des informations indubitables et des documents de sources au sein de l’organisation terroriste selon lesquelles (Abou Bakr) al-Baghdadi est toujours vivant et se cache dans la (région de la) Jaziré », a déclaré le directeur général du département du Renseignement et du Contre-terrorisme, Abou Ali al-Basri, cité lundi par le quotidien gouvernemental As Sabah.

L’EI est encore présent dans cette région du nord-est de la Syrie, grande plaine désertique à la lisière de l’Irak.

Selon le responsable irakien, le chef djihadiste « souffre de blessures, de diabète et de fractures au corps et aux jambes qui l’empêchent de marcher sans assistance ». Ces blessures « seraient dues à des raids aériens contre les fiefs de l’EI en Irak ».

Les autorités irakiennes ont publié la semaine dernière une liste de « dirigeants terroristes recherchés internationalement » à la tête desquels le « calife » autoproclamé de l’EI apparaît sous son vrai nom, Ibrahim Awad Ibrahim Ali al-Badri al-Samarraï, né en 1971.

Le 16 juin, la Russie avait dit avoir probablement tué Abou Bakr al-Baghdadi dans un raid fin mai de son aviation près de Raqa en Syrie. Elle avait ensuite souligné qu’elle continuait de vérifier s’il était bien mort.

Bakr al-Baghdadi dans une mosquée irakienne le 3 novembre 2016.

Le 1er septembre, un haut responsable militaire américain avait affirmé que le chef de l’EI était sans doute encore en vie et se cachait probablement dans la vallée de l’Euphrate, dans l’est de la Syrie. Fin septembre, Daesh avait de son côté diffusé un enregistrement d’Abou Bakr al-Baghdadi appelant ses combattants de Syrie et d’Irak à « résister » face à leurs ennemis, censé prouver que le djihadiste était toujours en vie.

(Avec AFP)

À deux jours de la première confrontation entre le Real Madrid et le PSG, Zinedine Zidane a dit tout le bien qu’il pensait du club de la capitale.

Zidane - Real Madrid

Le Real Madrid pouvait difficilement rêver meilleure préparation avant d’affronter le PSG en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Dans le dur depuis le début de la saison, les Madrilènes ont en effet étrillé la Real Sociedad (5-2), Cristiano Ronaldo en profitant pour signer un triplé toujours bon pour le moral. Il n’y a finalement que Karim Benzema à avoir passé une mauvaise après-midi, conclue sur les sifflets de Santiago Bernabeu après une énième occasion ratée.

« Pour ce qui est de la forme du moment il ne faut pas tout balayer d’une main en disant que tout est mauvais, ce n’est pas vrai non plus, a d’ailleurs affirmé Zinédine au micro de RTL. Le moindre truc négatif on en fait tout un  pataquès, maintenant ce n’est pas grave, c’est comme ça. Il y a eu des choses positives et moi je me raccroche à ça, nous on n’a pas oublié de jouer au ballon, on sait ce que l’on sait faire sur le terrain, mais on doit être plus constant sur les 90 minutes. » Il faudra bien ça pour venir à bout d’un PSG autrement plus impressionnant que ce Real Madrid depuis le début de saison.

« Mbappé ? On savait que c’était un joueur exceptionnel. »

L’ancien champion du monde, tout marseillais qu’il est, n’a d’ailleurs que du bien à dire du club de la capitale, qui caracole en tête de la Ligue 1 et a terminé à la première place de son groupe lors de la phase de poules. « C ’est une équipe et un club qui est en train de changer et qui s’améliore chaque année, ils sont en train de faire une saison incroyable, et ça ne m’étonne pas », a ainsi expliqué le technicien tricolore, ajoutant au sujet d’Unai Emery: « c’est toujours difficile pour un entraîneur de gérer pleins de choses et je pense qu’il le fait bien. Les résultats parlent pour lui. »

Mesuré au moment d’évoquer son homologue espagnol, Zinédine Zidane s’est montré bien plus dithyrambique au sujet de Kylian Mbappé, convoité par le Real Madrid l’été dernier. « On connaissait son potentiel, on savait que c’était un joueur exceptionnel et il est en train de le démonter. Mais maintenant il appartient à Paris », a-t-il  affirmé, refusant en revanche d’évoquer les rumeurs concernant l’intérêt du Real Madrid pour Neymar. « Ce n’est pas la question, moi je me concentre sur ce que je dois faire, sur le match et sur mon équipe, et les joueurs qui sont dans mon équipe, après l’avenir on en parlera à un moment donné mais pas maintenant », a-t-il souhaité éluder. Pas sûr que ça mettre un terme aux rumeurs.