actualite

le président américain fait part de ses doutes sur la possibilité de relancer les négociations entre l’État hébreu et les Palestiniens.

figarofr: Donald Trump à la Maison Blanche, le 9 février 2018

Donald Trump commencerait-il à douter de sa capacité à promouvoir l’«accord ultime» entre l’État hébreu et les Palestiniens? Dans un entretien accordé en milieu de semaine dernière au quotidien Israël Hayom, le président américain admet benoîtement: «Franchement, je ne sais même s’il va y avoir des négociations, nous verrons bien ce qui se passe, mais je pense qu’il serait complètement insensé de la part des Palestiniens, ainsi que des Israéliens, de ne pas faire la paix. Il s’agit de notre seule chance et elle ne se représentera plus jamais après cela.»

Visiblement échaudé par la violente polémique qui a suivi sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, Donald Trump ajoute: «À l’heure qu’il est, je dirais que les Palestiniens ne cherchent pas à faire la paix. Et je ne suis pas nécessairement sûr non plus qu’Israël cherche à faire la paix. Donc nous allons voir ce qui se passe.» Interrogé sur les compromis attendus de l’État hébreu, il indique: «Les colonies compliquent beaucoup et ont toujours beaucoup compliqué la recherche de la paix, donc je pense qu’Israël va devoir faire très attention avec la colonisation». Si le président américain n’a récemment pas ménagé ses critiques envers la direction palestinienne, c’est la première fois qu’il exprime publiquement ses doutes sur la bonne volonté du gouvernement israélien. Le propos est d’autant plus significatif qu’il est adressé à un quotidien notoirement proche de Benyamin Nétanyahou.

Cet aveu de scepticisme contraste avec les pronostics confiants formulés par Donald Trump lors de son arrivée à la Maison-Blanche, il y a tout juste un an. Recevant Benyamin Nétanyahou le 16 février 2017, il avait par exemple déclaré: «Je pense que nous allons conclure un accord. Je sais que chaque président voudrait cela, mais que la plupart n’ont commencé à y travailler que très tard parce qu’ils ne croyaient pas que c’était possible. (…) Peut-être allons-nous atteindre un accord bien plus grand et bien meilleur que les gens dans cette pièce ne peuvent le comprendre. En mai dernier, lors d’une rencontre avec le président palestinien Mahmoud Abbas, il avait réaffirmé: «J’aimerais être un arbitre, un médiateur, un facilitateur – et nous allons le faire».

Les travaux exploratoires menés par l’ancien avocat Jason Greenblatt sous la houlette de Jared Kushner, le gendre du président, ont d’abord favorablement impressionné les Palestiniens. L’équipe américaine, tout en proclamant son soutien indéfectible envers Israël, s’est montrée ouverte aux préoccupations palestiniennes. Mais l’atmosphère s’est progressivement tendue à l’automne lorsque de premières fuites dans la presse ont évoqué un projet américain de donner corps au futur État palestinien sur seulement 38% de la Cisjordanie. Sa capitale, ajoutait la rumeur, serait implantée dans le faubourg d’Abou Dis et non à Jérusalem-Est, comme le veulent les Palestiniens et la quasi-totalité de la communauté internationale. Pour Mahmoud Abbas, l’offre était inacceptable.

La reconnaissance, le 6 décembre, de Jérusalem comme capitale d’Israël par l’Administration américaine a fini de braquer les Palestiniens. Ceux-ci rejettent désormais toute médiation américaine et condamnent par avance le «plan de paix» sur lequel Jared Kushner continue apparemment de plancher – mais dont la présentation aux parties ne cesse d’être repoussée. Donald Trump a réagi en annonçant la réduction de moitié de l’enveloppe allouée à l’agence des Nations unies en charge des réfugiés palestiniens (Unrwa). Interrogé par Israël Hayom sur le bilan de sa première année au pouvoir, Donald Trump estime néanmoins que sa décision sur Jérusalem en a été un temps fort. «Faire de Jérusalem, dit-il, votre grande capitale, est une chose très importante pour beaucoup de gens.»

Publicités

Catégories :actualite, monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s