Cleveland, une défaite qui fait mal. Lourdement battus par les Lakers (127-113), les Cavaliers ont notamment vu Isaiah Thomas se rappeler à leur bon souvenir.

Les Cavaliers auront bien du mal à enchaîner une quatrième apparition consécutive en finales NBA et LeBron James à disputer ses huitièmes finales de rang. Cleveland attend certes le retour de Kevin Love et peut toujours espérer voir la magie des play-offs opérer. Mais à un mois de la fin de la saison régulière, les Cavs affichent un visage pour le moins inquiétant.

En visite chez les Lakers, les hommes de Tyron Lue n’ont ainsi jamais semblé en mesure de s’imposer au Staples Center. Les Cavs se sont certes accrochés pour ne compter que cinq points de débours à la pause (65-60), mais ont lâché prise au retour des vestiaires pour finalement s’incliner 127-113, Cleveland concédant là sa quatrième défaite en six matches. De quoi leur valoir d’être sous la menace des Wizards et des Sixers dans la course à la quatrième place de la Conférence Est, Washington et Philadelphie ne pointant respectivement qu’à un demi-match et un match et demi de Cleveland.

Randle à la fête

Comme à son habitude, LeBron James s’est pourtant employé, compilant cette fois 24 points à 9 sur 20 aux tirs, 10 rebonds et 7 passes, et Larry Nance Jr n’a pas démérité face à son ancienne équipe, rendant 16 points à 7 sur 12 aux tirs. Mais en matière de retrouvailles, la palme revient évidemment à Isaiah Thomas. Envoyé aux Lakers il y a un mois lors du dernier jour du marché des transferts, le meneur californien s’est en effet rappelé au bon souvenir des Cavs en compilant 20 points, 9 passes et 7 rebonds et en présentant un différentiel de +18. « Ça fait du bien, pouvait souffler l’ancien Celtic à l’issue de la rencontre au micro d’ESPN.

Il en aurait toutefois fallu plus pour voler la vedette à Julius Randle. L’intérieur californien a en effet fait un véritable chantier dans la raquette, signant même son meilleur match en carrière avec 36 points à 14 sur 18, 14 rebonds et 7 passes. Et à ses côtés, Kentavious Caldwell-Pope et Kyle Zuma n’ont pas été en reste avec 20 points pour l’un et 14 points et 10 rebonds pour l’autre.

Publicités

Ogier, roi du Mexique

Une solide mise au point. Sébastien Ogier a remporté le rallye du Mexique pour la quatrième fois. Le champion du monde en titre en profite pour reprendre la première place du classement à un Neuville 6e. Loeb finit 5e suite à une crevaison.

Déjà deux victoires en 2018 et Sébastien Ogier est à nouveau lancé à fond vers les sommets. Au Mexique, il a placé sa Ford aux avant-postes au terme d’un rallye qui a vu plusieurs de ses concurrents subir des avaries, à l’image d’un Sébastien Loebqui sera sans doute rassuré par son niveau de pilotage mais qui doit se contenter de la 5e place après une crevaison qui lui a coûté deux minutes au final et l’a sans doute privé de podium.

Ogier, lui, n’a pas commis la moindre erreur malgré une position défavorable le vendredi et peut se féliciter d’un travail parfaitement effectué. « Je suis très content car je crois qu’on a beaucoup progressé, la voiture semble plus rapide sur la terre. Ford et nos ingénieurs ont fait du bon travail pour préparer ce rallye en altitude et on verra en Europe si on a progressé de la même façon. En tout cas, c’est bon signe« , a-t-il expliqué sur les réseaux sociaux.

Une victoire, et la 2e place lors de la power stage, combinée à la 6e place d’un Thierry Neuville contraint à balayer la route le vendredi permettent à Ogier de prendre la première place du classement du championnat du monde avec 11 points d’avance sur le Belge. Plus que jamais, le quintuple champion du monde a retrouvé sa place.

source: sports.fr

Pour Tottenham, Kane vaut plus cher que Neymar. Le PSG prêt à une folie pour remplacer Cavani

Alors que le PSG songerait à laisser partir Edinson Cavani lors du prochain mercato estival, les dirigeants franciliens réfléchiraient à une piste à nouveau particulièrement onéreuse.

 Ligue 1 - Paris St Germain vs RC Strasbourg

Un an après avoir mis le feu au marché des transferts en déboursant quelque 400 millions d’euros pour recruter Neymar et Kylian Mbappé, le PSG semble prêt à faire de nouvelles folies lors du prochain mercato estival. Et pas seulement pour recruter le milieu défensif à même d’assurer la suite de Thiago Motta, le gardien devant remplacer Alphonse Aréola ou l’arrière gauche censé faire oublier Layvin Kurzawa.

Car les dirigeants parisiens semblent également décidés à se trouver un nouvel avant-centre. Et alors qu’il était initialement question de dénicher un attaquant capable d’épauler Edinson Cavani, c’est bien son successeur qu’Antero Henrique et son équipe rechercheraient. A en croire Téléfoot, l’état-major du club de la capitale aurait d’ailleurs déjà deux noms en tête. Car en plus de Robert Lewandowski, cité avec insistance depuis que le buteur polonais a changé d’agent pour travailler avec Pini Zahivi, très proche du PSG, le club de la capitale songerait également à attirer Harry Kane.

Pour Tottenham, Kane vaut plus cher que Neymar

Meilleur buteur européen en 2017, l’attaquant de Tottenham suscite de nombreuses convoitises. D’après la presse espagnole, l’international anglais serait notamment dans le viseur du Real Madrid. Si le PSG jetait effectivement son dévolu sur l’ancien joueur de Leicester, la tâche s’annoncerait donc rude pour ses dirigeants. Et ce d’autant plus que Daniel Levy, le président des Spurs, n’a aucunement l’intention de lâcher son attaquant vedette. A moins d’une offre qui ne se refuse pas. Et le dirigeant londonien a d’ores et déjà fixé le prix du meilleur buteur de Premier League. Pour lui, Harry Kane vaut tout simplement plus que Neymar.

Pas sûr que le club de la capitale, dans le viseur de l’UEFA pour ses dépenses somptueuses de l’été dernier, puisse se permettre une telle folie lors du prochain mercato. Mais il y a un an, il semblait totalement impensable de voir le PSG débourser 222 millions pour attirer Neymar. Puis 180 millions supplémentaires pour arracher Kylian Mbappé à Monaco…

blob:http://www.dailymotion.com/23bd91e7-17ac-479a-910a-c69ccbc86d7e

Insolite Video: Le président du PAOK est entré sur le terrain avec une arme suite à un but refusé à son équipe à la 90e minute de jeu.

Un match, pour le titre du championnat de Grèce, évidemment arrêté…

source: Sports.fr

Une confusion totale… La rencontre entre le PAOK Salonique et l’AEK Athènes (en tête du championnat avant cette dernière journée) a été arrêtée à la 90e minute de jeu suite à l’irruption sur le terrain du président du PAOK, Ivan Savvidi, ulcéré suite au but refusé à son équipe. Un but d’abord validé puis annulé pour une position de hors-jeu.

On le voit qui entre sur la pelouse et se dirige vers l’arbitre en touchant son arme à la ceinture. Il est arrêté tandis qu’un délégué vient prévenir l’arbitre que Savvidi est armé. Le match est interrompu et sera définitivement stoppé deux heures plus tard.

Pour ajouter à la confusion, l’arbitre aurait donné le PAOK vainqueur 1-0 sur son rapport car l’AEK aurait refusé de revenir sur le terrain… Une information encore à vérifier. Ce qui est certain en revanche, c’est que le PAOK avait déjà eu match perdu contre l’Olympiakos il y a une semaine suite à un projectile lancé sur Oscar Garcia, l’ancien entraîneur des Verts aujourd’hui à l’Olympiakos.

📷🇬🇷 : Le président du club de PAOK est descendu sur le terrain pour aller menacer avec un taser l’arbitre du match pour un but refusé pic.twitter.com/3BO91mc0RC

🎥🇬🇷 : Ici la vidéo du président de PAOK sur la pelouse assez motivé pour aller voir l’arbitre, on le voit à un moment vouloir prendre ce qu’il porte à la ceinture.

PAOK owner storms pitch to complain to referee WHILE PACKING A GUN in Greek League game. Yes, A GUN. http://www.marca.com/en/football/international-football/2018/03/11/5aa5a25822601de8508b45ab.html 

Greek Superleague – PAOK vs AEK: PAOK president takes gun onto the pitch to remonstrate with the…

The clash between PAOK and AEK had to be suspended due to a pitch invasion by fans and the home side’s president Ivan Savvidis also went to…

marca.com

Buteur, samedi, face à Metz (5-0), Kylian Mbappé n’en a pas pour autant oublié l’élimination concédée en Ligue des champions face au Real Madrid.

Une élimination révélatrice du véritable niveau du PSG.

S’il a retrouvé le chemin des filets, samedi, lors du tranquille succès parisien face au FC Metz (5-0), Kylian Mbappé n’a pas recouvré le sourire. Que ce soit après les buts de ses partenaires ou sur son propre but inscrit juste avant la pause, l’international tricolore est apparu le visage fermé, presque boudeur. Cela peut d’autant plus faire réagir que l’ancien Monégasque a livré une nouvelle prestation en demi-teinte, manquant de très nombreuses occasions.

De passage devant les micros à l’issue de la rencontre, l’attaquant parisien a d’ailleurs reconnu sans peine ses difficultés du moment. « Ça n’est pas ma meilleure période », a-t-il ainsi confié dans des propos relayés par France Bleu, assurant que l’élimination face au Real lui « avait mis un coup ». « On va essayer de terminer la saison du mieux que l’on peut et pas de blessure pour la Coupe du monde », a-t-il ajouté.

Car le n°29 parisien n’a pas fini de digérer cet échec face au Real Madrid. « C’était important de renouer avec la victoire, comme ça on digère un peu mieux l’élimination, même si la digestion va être encore longue. Mais on digère un peu mieux en gagnant les matches », a-t-il convenu avant d’évoquer avec franchise cette élimination face à Cristiano Ronaldo et consorts. Et le jugement est cinglant pour les Parisiens. « On a vu la différence entre des grands joueurs et des champions », a-t-il lancé.

Mais Kylian Mbappé veut y voir des motifs d’espoir pour la suite. « Je pense qu’on a déjà appris, même si on va encore apprendre. Ce n’est pas maintenant qu’on verra ce qu’on a appris, c’est l’année prochaine si on arrive à être en 8e de finale qu’on verra si on refera les mêmes erreurs », a-t-il affirmé.

Le Real Madrid semble bel et bien décidé à recruter Neymar lors du prochain mercato estival.

Des représentants du club auraient d’ailleurs déjà rencontré le père du Brésilien afin de poser les jalons de son éventuel transfert.

Ligue 1 - Paris St Germain vs RC Strasbourg

Le feuilleton Neymar n’a pas fini d’alimenter les gazettes espagnoles. Nouvel exemple en date ce lundi avec AS qui assure que les représentants du Real Madrid auraient noué un premier contact avec le père du capitaine de la Seleçao afin d’évoquer son futur transfert dans la capitale espagnole. Et à en croire le quotidien madrilène, ces premiers échanges auraient été constructifs.

Le clan brésilien n’aurait tout du moins pas fermé la porte à un transfert. C’est d’ailleurs au cours de ces échanges que le chiffre de 400 millions d’euros a été avancé, l’entourage de l’ancien Barcelonais estimant que cette somme pourrait infléchir la position du président du PSG. Nasser Al-Khelaïfi n’a en effet de cesse d’assurer que Neymar sera toujours bien au PSG la saison prochaine. « Neymar sera à Paris à 2000% », a-t-il encore répété récemment.

Mais d’après AS, le président parisien ne serait pas sans s’inquiéter de cette situation. Et pour ne pas commettre les mêmes erreurs que les dirigeants barcelonais l’été dernier alors que les premiers bruits évoquaient le possible transfert de Neymar au PSG, Nasser Al-Khelaïfi aurait décidé de se rendre au chevet de son attaquant vedette au Brésil en compagnie d’Antero Henrique. L’occasion de connaître précisément les intentions du Brésilien, en convalescence dans sa luxueuse villa située dans la station balnéaire de Mangaratiba, près de Rio de Janeiro.

Ce joueur du Barça qui vit un  »enfer’

Incapable de se distinguer depuis son arrivée au FC Barcelone en 2016, André Gomes souffre psychologiquement, comme il le détaille dans une interview.

André Gomes et Andrés Iniesta.
source: Sports.fr

André Gomes a le mérite de le reconnaître, il n’y arrive pas du tout depuis son arrivée au FC Barcelone. Recruté pour 35 millions d’euros à l’été 2016, alors qu’il sortait d’une belle saison à Valence et d’un Euro gagné avec le Portugal, le milieu de terrain n’a jamais su s’imposer chez les Blaugranas, offrant quelques prestations catastrophiques, comme lors de la défaite 4-0 à Paris il y a un an. Le joueur de 24 ans s’est longuement confié dans le magazine Panenka.

« Je ne me sens pas bien sur le terrain, je ne profite pas de ce que je peux faire. Les six premiers mois ont été plutôt bons, mais les choses ont ensuite changé. Peut-être que le mot n’est pas le plus juste, mais c’est un peu devenu un enfer, car j’ai commencé à avoir plus de pression. La pression, je la vis bien. Ce que je ne vis pas bien, c’est de me mettre la pression moi-même. J’ai moins confiance, même lors des séances d’entraînement« , a lancé Gomes, qui n’a pas marqué en 25 matches toutes compétitions confondues cette saison.

C’est mentalement que le joueur formé au Benfica a sombré. « Trop penser me fait mal, regrette-t-il. Je pense à de mauvaises choses et à ce que je dois faire. Mes coéquipiers me soutiennent beaucoup, mais les choses ne se passent pas bien. Je me suis enfermé, je n’arrive pas à me débarrasser de la frustration que je ressens. Donc, ce que je fais, c’est ne parler à personne, ne déranger personne. C’est comme si j’avais honte. Il m’est arrivé plus d’une fois de ne pas vouloir sortir de chez moi« . André Gomes aura peut-être la lucidité de demander un départ cet été.