Insolite

Coucheriez-vous avec un robot? Les robots font-ils l’amour?

C’est du moins l’avis de Brian Shuster, un entrepreneur américain rencontré il y a trois ans au festival South by Southwest à Austin. Le fondateur de la plateforme d’avatars sexuels Red Light Center VR affirmait alors que c’était une très bonne chose.

Un robot féminin branché à de nombreux fils et avec une prise électrique au niveau de son pubis.Un robot féminin branché à de nombreux fils et avec une prise électrique au niveau de son pubis.

Imaginez. L’amour en réalité virtuelle, avec l’avatar de votre choix, le tout jumelé aux armées de jouets sexuels insérés là où vous le pensez, plus d’infections transmises sexuellement et le meilleur sexe depuis votre naissance, et ce, jusqu’à la fin de vos jours.

Ça, c’est l’argument de vente.

Les robots font-ils l’amour? C’est le titre d’une pièce d’Angela Konrad actuellement à l’affiche à l’Usine C à Montréal. Doit-on se souhaiter qu’un jour, nous puissions coucher avec des robots dotés d’intelligence artificielle qui nous obéiront au doigt et à l’œil, voire au fouet? Alors que Brian Shuster préconise les relations sexuelles virtuelles, Konrad met en scène des gens qui se demandent s’ils doivent ou non livrer leur corps, leur empathie et leur vie privée à des machines. Une chose est sûre cependant, c’est que la question ne risque pas de disparaître du radar de sitôt.

Ce n’est pas comme s’il s’agissait d’un fantasme récent non plus… Dans l’Antiquité grecque, Ovide avait imaginé Pygmalion, un sculpteur déprimé et désillusionné au sujet des femmes qui tombe en amour avec sa création.

Sorte d’Ovide post-moderne, le créateur de Real Doll, Matt McMullen, crée des poupées sexuelles depuis 20 ans. L’automne dernier, il a annoncé la mise en ligne d’une assistante cochonne (oui, il s’agit d’une voix de femme), une Siri du 50 Shades en quelque sorte : Harmony AI.

Ajoutez à cela une tête mécanisée que sa compagnie met au point et qui sera bientôt en vente pour environ 10 000 $ – une tête que l’on pourra littéralement visser sur un corps de son choix – et vous avez le premier gynoïde (un robot à l’apparence féminine) sexuel doté d’une intelligence artificielle de l’histoire.

Coucheriez-vous avec un robot?

Quelques études commencent à circuler à propos de l’attirance, ou de la répulsion, provoquée par ces nouveaux agents artificiels. Selon une étude publiée l’an dernier par deux chercheuses en psychologie de l’Université de Duisburg-Essen, en Allemagne, les hommes seraient plus attirés qu’ils ne veulent l’affirmer par des gynoïdes.

En résumé, on a observé que, lorsque l’on demandait à des hommes (229 participants dans ce cas) de noter le degré d’attractivité de gynoïdes et de femmes en petite tenue, les hommes trouvaient généralement les vraies femmes plus attirantes que leurs contreparties artificielles.

Ça, c’est quand on leur pose la question…

Les chercheuses ont par la suite sélectionné 41 répondants au hasard pour mesurer leurs réactions physiologiques devant des images de femmes robots versus de vraies femmes. Aucune différence de réactions entre les deux. Aucune.

Soulignons qu’il ne s’agit là que d’images. La seule différence entre les résultats illustre le degré d’antipathie des répondants envers les robots en général. Est-ce qu’une empathie envers C3P0 mène vers le sexe avec une gynoïde? L’avenir le dira.

En attendant, plusieurs tirent des sonnettes d’alarme. Pendant que certains commentateurs soulignent que ces robots pourraient servir de défouloir à des prédateurs potentiels ou avérés, d’autres soulignent qu’il s’agit d’une très mauvaise idée.

L’été dernier, le roboticien Noel Sharkey soulevait le grand danger de voir se développer ces robots qui, en fin de compte, ne seraient que des représentations pornographiques de la femme.

Cela dit, est-ce que ces choses dotées de plus en plus de la parole et qui donnent l’impression de l’écoute pourraient être employées dans un contexte thérapeutique auprès, par exemple, d’une clientèle handicapée physiquement? Ou encore par des personnes incapables d’établir une relation d’intimité en raison de traumatismes psychologiques ou physiques? On le voit, la ligne n’est peut-être pas aussi claire qu’il y paraît. Ou qu’on le voudrait.

Bon nombre d’internautes qui font partie des franges les plus radicales du mouvement masculiniste voient aussi dans ces développements une manière de ne plus jamais avoir à se rapprocher des femmes. C’est le cas, par exemple, des hommes issus du mouvement MGTOW (un acronyme pour Men Going Their Own Way).

Selon les adeptes de ce mouvement, les hommes n’ont tout simplement rien à faire avec des femmes qui, apprend-on, n’utilisent les hommes que pour avoir des enfants pour ensuite divorcer et les quitter avec la progéniture. Ah bon.

Le jour où mon robot m’aimera

Il y a quelques années, le psychiatre français Serge Tisseron a publié un livre fameux dont le sujet semble de moins en moins appartenir à la science-fiction. Dans Le jour où mon robot m’aimera, il s’intéresse aux divers procédés psychologiques que nous allons développer afin de nouer des relations avec les machines qui peupleront nos vies. Cela se fera, ce n’est même plus une hypothèse.

Selon lui, il faudra se méfier davantage de nous que de la machine dans ce futur pas si lointain. Car n’oublions pas que ces robots, à défaut d’avoir une conscience, simuleront non seulement l’empathie, mais seront dotés d’algorithmes qui nous étudieront, qui analyseront nos gestes, notre visage, nos écrits, et qui seront capables d’interagir avec nous, de nous faire croire que nous sommes compris.

Imaginez votre bulle de filtre Facebook, mais avec une voix, et qui sait, peut-être même un corps. Sommes-nous de futurs Joaquin Phoenix dans le film Her? Saurez-vous résister?

Selon Rodolphe Gelin, responsable de l’innovation à SoftBank Robotics, une des plus grandes firmes de robots au monde, l’horizon de ce robot de compagnie (sexualisé ou non) n’est pas de 20 ans. Il est de cinq ans. Moins long qu’un contrat de Carey Price.

Publicités

Catégories :Insolite, Sciences

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s