Les missiles hypersoniques russes n’ont pas surpris l’Amérique

Le président Poutine a dévoilé la réponse hypersonique de la Russie au soi-disant “bouclier de défense antimissile” des Etats-Unis et a rétabli l’équilibre nucléaire stratégique entre les deux grandes puissances.

Cette annonce dramatique a été faite au cours de son discours annuel sur l’état de la nation, qui comprenait cette fois-ci plusieurs vidéos mettant en vedette chacun des systèmes d’armes qu’il a décrits dans son discours. Le Président Poutine a toutefois indiqué clairement que ces armements sont destinés à des fins défensives et ont été créés en réponse au retrait des Etats-Unis du Traité de 1972 sur les missiles anti-balistiques (ABM) en 2002, ce qui a bouleversé complètement la parité qui avait jusqu’alors stabilisé leurs relations.

Or, l’avantage que les États-Unis espéraient obtenir par rapport à la Russie en neutralisant vraisemblablement sa dissuasion nucléaire de deuxième frappe nucléaire avec le temps et en faisant éventuellement chanter Moscou et le reste du monde a été annulé et l’équilibre est revenu aux plus hauts niveaux des relations internationales. La réaction internationale à cette prise de conscience a été immédiate, les médias grand public ayant décontextualisé des extraits clés du discours du président Poutine afin de les qualifier d’annonce agressive d’une nouvelle course aux armements, bien que les médias alternatifs aient été beaucoup plus justes dans leur description de la révolution russe dans les affaires militaires en exprimant avec justesse les intentions pacifiques et stabilisatrices du pays en dévoilant ses armes hypersoniques de pointe.

Quelle qu’en soit la raison, les deux auditoires ont eu la nette impression que cette évolution avait pris les États-Unis complètement au dépourvu, mais rien ne pouvait être plus faux.

Il est inconcevable que les services de renseignement américains n’aient pas su que la Russie développait ces armements, surtout après que Moscou ait annoncé ses intentions il y a plus d’une décennie, comme le président Poutine l’a rappelé à tout le monde. Ce fait démystifie le discours dominant, avancé pour différentes raisons par le Mainstream et les Médias Alternatifs, selon lequel les Etats-Unis ont été surpris par la révélation russe. Au lieu de cela, il indique que le président Poutine a mis en œuvre une stratégie intelligente de soft power pour améliorer l’image de son pays dans le reste du monde.

Lui et ses conseillers ont calculé avec sagesse que ce serait le meilleur moment pour annoncer leurs développements militaires à la communauté internationale, surtout après la déception que Trump a prouvé être quand il s’agit de rétablir les relations bilatérales en raison de la féroce “guerre civile” de l’état profond dans lequel il est impliqué. En outre, le travail remarquable que les forces aérospatiales russes ont accompli en Syrie a rendu leur équipement célèbre dans le monde entier, ce qui suggère qu’il pourrait y avoir une forte demande pour les exportations d’armes hypersoniques du pays à l’avenir.

Après tout, la récente vague de ventes de S400 à une multitude de pays, y compris des partenaires non traditionnels comme la Turquie et l’Arabie saoudite, change totalement l’équation militaire stratégique et érode encore plus la domination militaire antérieure de l’Amérique dans le domaine des capacités aériennes offensives et des missiles, de sorte qu’il s’ensuit logiquement que la Russie aurait également intérêt à saper les capacités défensives des États-Unis à cet égard. Il faudra probablement attendre encore quelques années avant que la Russie n’envisage de vendre cette technologie, mais elle proliférera inévitablement avec le temps, tout comme les drones et toutes les autres avancées qui changent la donne.

Les États-Unis s’attendaient certainement à ce que cela se produise, mais ils ne s’attendaient probablement pas à être humiliés sur la scène mondiale après que le président Poutine eut révélé que les milliards de dollars investis par les contribuables américains dans le soi-disant “bouclier antimissile” de leur pays étaient inutiles contre la Russie.

Sources: Silveristhenew – Before It’s News, le 14 mars 2018

Publicités

Video: L’ancien dieu du Feu des Aztèques ‘Huehueteotl’ repéré sur Mars dans des photos de Curiosity

Date de la découverte: Juillet 2017
Lieu de la découverte: Mars
Source de la photo: https://mars.jpl.nasa.gov/…

Scott C. Waring: Cette vidéo réalisée par UFOvni2012 de Youtube présente une découverte remarquable sur Mars avec une grande comparaison avec un artefact antique connu sur Terre. Les preuves s’accumulent et le temps se rapproche chaque jour un peu plus du moment où les gouvernements du monde annonceront que les extraterrestres existent bel et bien.

Source: UFO Sightings Daily, le 14 mars 2018

Un astéroïde de la taille de l’Empire State Building frappera Terre et la NASA dit que nous sommes impuissants

Un ASTEROIDE, plus grand que cinq terrains de football, entrera en collision avec la Terre et il n’y a aucun système pour nous protéger de cette roche céleste qui mettra un terme à la vie.

L’énorme astéroïde, connu sous le nom de Bennu, a un diamètre de plus de 500 mètres et correspond à peu près à la hauteur de l’Empire State Building.

Les experts estiment que même un bombardement nucléaire intense ne suffirait pas pour sauver la planète.

Les scientifiques disent qu’il y a une chance sur 2700 que Bennu frappe la Terre en 2135, et bien que ces chances semblent être en notre faveur, elles sont infimes en termes astronomiques.

À titre de référence, les scientifiques croient que les probabilités de vie complexe sur une planète sont de un sur 10 Duodecillions – l’équivalent d’un nombre qui est de un sur 10 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 et pourtant, nous sommes là.

La NASA met en garde contre la fin du monde, car même des bombes nucléaires ne pourront pas nous sauver d’un gigantesque astéroïde.

La NASA travaille sur son engin (Hypervelocity Asteroid Mitigation Mission for Emergency Response vehicle) qui est conçu pour faire sauter des astéroïdes en utilisant des armes nucléaires, ou l’écraser sur l’objet dangereux pour dévier sa trajectoire, mais comme Bennu est si grand, cette dernière technique ne serait pas possible car la machine ne serait pas capable de repousser l’astéroïde.

Il ne reste donc que la seule possibilité d’atomiser l’astéroïde, ce qui signifie que même s’il est détruit, des débris radioactifs pourraient pleuvoir sur Terre.

Une nouvelle étude dit : “L’utilisation d’un seul engin spatial de type HAMMER comme bélier s’avérerait inadéquat pour dévier un objet comme Bennu”.

Kirsten Howley, physicienne au Lawrence Livermore National Laboratory, qui fait partie de l’équipe de défense planétaire, a déclaré : “Les conséquences seraient désastreuses.”


L’astéroïde Bennu.

“Cette étude a pour but de nous aider à raccourcir le délai d’intervention lorsque nous voyons un danger clair et présent afin que nous puissions avoir le plus d’options possibles pour le détourner.”

“Le but ultime est d’être prêt à protéger la vie sur Terre.”

L’astéroïde pèse environ 79 milliards de kilogrammes, soit 1 664 fois plus lourd que le Titanic.

D’un autre côté, l’appareil spatial du programme HAMMER ne mesure que neuf mètres de haut, de sorte que toute tentative de repousser l’astéroïde nécessiterait beaucoup d’efforts.

Astéroïde Bennu : La roche spatiale géante est impossible à stopper et sur une trajectoire de collision avec la Terre.

Mme Howley a ajouté : “La poussée que vous devez lui accorder est très faible si vous déviez l’astéroïde pendant 50 ans.”

“La probabilité d’un impact de Bennu peut être de 1 sur 2 700 aujourd’hui, mais cela changera presque certainement – pour le meilleur ou pour le pire – à mesure que nous recueillerons plus de données sur son orbite.”

“Le plus grand ennemi de toute mission de déviation d’astéroïdes est le retard.”

Source: Express.co.uk, le 17 mars 2018 –

L’eau en bouteille deux fois plus contaminée par des particules de plastique qu’au robinet

93% des eaux en bouteille de 11 marques contenaient des microplastiques, dans une quantité variable mais en moyenne deux fois plus élevée que dans l’eau du robinet, selon une nouvelle étude. Les risques pour la santé restent encore très peu connus.

93% des plus de 250 échantillons d’eau en bouteille de 11 marques testés contenaient de minuscules particules de plastique dont les dangers sur la santé sont méconnus, dans des quantités deux fois supérieure à celles détectées dans l’eau du robinet, indique une étude publiée le mercredi 14 mars 2018. Des chercheurs ont mené ces tests dans neuf pays dont le Liban, l’Inde ou les Etats-Unis, sous la conduite de Sherri Mason, professeure à l’université de l’Etat de New York à Fredonia, selon un résumé de l’étude publié en anglais sur la plateforme médiatique Orb Media. L’eau en bouteilles est “le marché des boissons le plus dynamique au monde, évalué à 147 milliards de dollars américains par an”, selon Orb Media.

Des contaminations inégales entre les marques et les échantillons

Pour révéler les microplastiques, Mason et ses collègues utilisaient un colorant spécial se liant au plastique, un laser infrarouge et une lumière bleue qui les faisait fluorescer. Des techniques plus poussées ont permis de vérifier la nature des particules d’au moins 100 microns (0,1 millimètre), mais pour les plus petites (6,5 à 100 microns), cela n’a pas pu être fait. Selon Mason, ce sont selon toutes probabilités du plastique, mais la possibilité que d’autres contaminants s’y soient ajoutés reste ouverte, d’après Orb Media.

En moyenne, les chercheurs ont trouvé, dans chaque litre d’eau, 10,4 particules d’une taille environnant 0,10 millimètres. Il s’agissait notamment de polypropylène, de nylon et de polytéréphtalate d’éthylène (PET). Les tailles de ces particules étaient très variables selon les échantillons et vont “de la largeur d’un cheveu humain à la taille d’un globule rouge”. Les quantités étaient également inégales : certaines en contenaient des milliers, d’autres aucune. Ainsi, Nestle Pure Life et Gerolsteiner ont montré les densités moyennes les plus élevées respectivement à 930 et 807 microparticules par litre, contre 30 pour San Pellegrino et Minalba, qui présentaient la plus faible contamination. “Je pense que cela vient du processus d’embouteillage. Je pense que la plupart du plastique vient de la bouteille elle-même, de son bouchon, du processus industriel d’embouteillage”, a expliqué Sherri Mason à l’AFP. “De l’eau dans des bouteilles en verre contenait aussi des microplastiques”, signale cependant l’étude.

Une boule disco géante sera visible dans le ciel cette semaine

RALEIGH, N.C. – L’Étoile de l’humanité, une sphère géodésique composée de 76 panneaux hautement réfléchissants, sera peut-être visible ce soir puis chaque matin de cette semaine dans le ciel avant l’aube.

Lancée fin janvier depuis la Nouvelle-Zélande par la start-up spatiale californienne Rocket Lab, ce satellite passif d’une largeur d’un mètre se veut un “symbole et un rappel à tous sur Terre que nous avons une place délicate dans l’univers”, selon le fondateur de la société, Peter Beck.

Si vous avez déjà vu l’ISS passer au-dessus de votre maison dans le passé, ne vous attendez pas à quelque chose d’aussi brillant. Tandis qu’il se déplacera à peu près à la même vitesse, il s’agira d’un gradateur de plusieurs ordres de grandeur. Plus votre emplacement est sombre, plus elle sera facile à voir.

Les occasions de voir la Star de l’Humanité en plein centre de la Caroline du Nord sont :

– Le 16 mars 20 h 14, très bas à l’horizon ouest
– Le 18 mars 6h07 du matin, à l’ouest
– Le 19 mars 5 h 51, bas sur l’horizon nord-est.
– Le 20 mars 5 h 52, un peu au-dessus de l’horizon oriental
– Le 21 mars 5:51 du matin, à l’est
– Le 22 mars 5h47, à l’est
– Le 23 mars 5h41 du matin, au nord-est.

D’après son orbite, la luminosité maximale est attendue à la fin de la semaine prochaine. Je n’attendrais pas si longtemps pour chercher cette boule disco clignotante dans l’espace. Il est prévu qu’elle ne restera en orbite que neuf mois.

Wral.com – Traduction Nouvelordremondial.cc

Une patiente atteinte d’un cancer des poumons dit qu’elle est maintenant en rémission grâce à un vaccin cubain.

Une femme de Regina chez qui un cancer du poumon a été diagnostiqué et dont on a donné un an à vivre dit qu’elle est maintenant en rémission grâce à un vaccin reçu à Cuba.

Judy Bryden, qui a reçu le diagnostic dévastateur en 2016, s’est rendue à Cuba l’an dernier pour recevoir un traitement et prendre plusieurs doses du vaccin CIMAvax EGF. Le vaccin a été mis au point pour le cancer du poumon sans petites alvéoles, qui représente jusqu’à 85 % de tous les cancers du poumon.

Après avoir pris les doses de vaccin pendant plusieurs mois, Mme Bryden a déclaré qu’une récente analyse de ses poumons n’a révélé aucun cancer.

“Quand ils m’ont dit qu’il me restait un an à vivre, j’ai dit que j’allais leur prouver qu’ils avaient tort”, a dit Bryden à CTV Regina. “Je ne savais pas comment, mais j’allais leur prouver qu’ils avaient tort.”

Elle aimerait que le CIMAvax soit disponible au Canada pour d’autres patients comme elle qui n’ont plus d’options de traitement.

Après son diagnostic, Bryden a subi une chimiothérapie et cinq traitements de radiothérapie, qui n’ont pas réussi à stopper la progression de son cancer. Lorsque son mari, Lorne Bryden, a commencé à chercher en ligne d’autres options de traitement, il a entendu parler de CIMAvax.

Le vaccin agit en déclenchant le système immunitaire du patient pour produire des anticorps contre une protéine liée à la croissance et à la multiplication des cellules cancéreuses. Des études ont suggéré que CIMAvax peut prolonger le temps de survie des patients atteints d’un cancer à petites alvéoles. Un essai clinique a révélé que la prise à long terme de CIMAvax était “très sécuritaire”.

Health Canada a déclaré que le CIMAvax n’est pas disponible au Canada parce qu’aucune demande d’approbation du vaccin n’a été soumise ici. Health Canada a également a déclaré qu’il ne sollicite pas activement les présentations de nouveaux médicaments.

“L’entreprise a la responsabilité de soumettre une demande à Health Canada afin que son produit puisse être approuvé sur le marché canadien et ce n’est qu’une fois que nous recevrons cette demande que nous l’examinerons”, a déclaré Renelle Briand, porte-parole de Health Canada, à CTV Regina.

La FDA a approuvé un essai clinique du CIMAvax aux États-Unis en 2016. On s’attendait à ce que l’essai compte jusqu’à 90 patients et qu’il dure trois ans.

Les Bryden ont organisé leur voyage à Cuba par l’intermédiaire de CubaHeal, ce qui facilite le tourisme médical et les soins aux patients dans ce pays des Caraïbes. Ils ont payé des frais de 135 $ pour soumettre les renseignements médicaux de Bryden avant qu’elle ne puisse se rendre à Cuba.

Le coût total du traitement CIMAvax n’est pas bon marché. Un voyage à La Havane, plus une année d’injections, coûtent environ 14 500 $.

Bryden a dit que l’argent qu’elle et son mari ont payé pour son traitement en valait la peine. Lorne Bryden prévoit se rendre de nouveau à Cuba dans quelques jours pour aller chercher d’autres doses du vaccin pour son épouse.

Source: CTV Newsle 15 mars 2018 – Traduction Nouvelordremondial.cc

Les vieux pharaons d’Egypte étaient des hybrides mi-humains, mi-extraterrestres

Une théorie, qui a émergé depuis peu, prétend affirmer que les pharaons de l’Égypte Antique étaient, en réalité, des hybrides mi-humains, mi-aliens.

Des spécialistes ont scrupuleusement comparé des statues datant de cette époque avec les plus célèbres représentations d’extraterrestres. Ils ont mis en évidence des ressemblances trop troublantes pour n’être que des coïncidences.

Les légendes de l’Égypte Antique remontent toutes au « Zep Tepi » qui pourrait se traduire par le « Premier temps d’Horus ».

C’est au cours de cet « âge d’or » que les dieux seraient descendus du ciel dans des vaisseaux en forme d’œuf ou de bateaux.

Ces légendes et le fait que les pyramides de Gizeh soient parfaitement alignées avec certaines constellations amplifient le mystère qui tourne autour de cette fascinante civilisation.

Beaucoup ont soutenu, pendant des décennies, que les habitants de l’Égypte Antique étaient physiquement incapables de construire les incroyables pyramides de Gizeh.

Ils suggèrent que des formes de vie avancées venant de l’espace ont transmis leurs connaissances aux êtres humains ou ont créé ces sublimes monuments avant l’émergence des premières civilisations.

Un site consacré aux théories de la conspiration et baptisé « externalworlds.com » consacre une section entière à l’argument selon lequel « les aliens ont construit les pyramides ».

La théorie affirme que les premiers égyptiens ne pouvaient pas savoir que deux lignes diagonales allaient s’étendre des pyramides de chaque côté du delta du Nil en construisant ces incroyables monuments.

Il explique : « Comment les Égyptiens auraient-ils pu construire leur pyramide face au pôle Nord magnétique exact sans même avoir une boussole ? »

« Ces extraterrestres, qui possédaient de grandes connaissances et avaient une technologie d’une puissance inimaginable, sont venus et ont utilisé leurs compas. Ils ont atterri sur Terre et ont trouvé les pôles magnétiques nord et sud réels. »

« Ensuite, ils ont construit les pyramides. »

Mais les théoriciens prétendent que les pyramides n’étaient que l’une des nombreuses structures incroyables construites il y a des milliers d’années alors que cela n’aurait pas été possible avec la technologie de l’époque.

Les constructions extraterrestres potentielles comprennent Stonehenge, situé dans le Wiltshire en Angleterre. Cette structure est constituée de pierres pesant jusqu’à 50 tonnes. On retrouve également une forteresse de pierre imbriquée datant de 1000 ans et située à l’extérieur de la capitale inca de Cuzco au Pérou.

Également dans ce pays d’Amérique du Sud, on retrouve les 800 lignes de Nazca qui représentent 300 formes géométriques et 70 figures d’animaux. Pour certains, ces gigantesques dessins auraient été réalisés par des humains émerveillés par ces mystérieux visiteurs venus du ciel.

Enfin, certains prétendent que les extraterrestres sont également responsables des 900 statues de pierre et représentant des humanoïdes découvertes sur l’île de Pâques au sud de l’océan Pacifique, et dont l’origine remonterait à plus d’un millénaire.

Source: Daily Star, le 12 mars 2018

Traduction par Activité Paranormale