Andrea Dovizioso s’est imposé dimanche au Grand Prix du Qatar, laissant le poleman Johann Zarco échouer au huitième rang.

Johann Zarco n'a pas pu résister. (Reuters)

Le Français était encore premier à cinq tours de la ligne d’arrivée.

Le métier qui rentre, encore et toujours. Johann Zarco, qui avait déjà mené le Grand Prix du Qatar la saison dernière, qui était aussi passé tout près de décrocher sa première victoire MotoGP en Australie (quatrième à moins de deux secondes), en Malaisie (troisième) et surtout à Valence (deuxième à 0’’337, en se faisant doubler dans le dernier tour par Dani Pedrosa), est parti en pole de la première manche de la saison, à nouveau au Qatar. Il a tenu la première place presque de bout en bout. Presque… Andrea Dovizioso a gagné, le Français termine huitième.

A cinq tours de la fin, le double champion du monde Moto2 (2015 et 2016) a lâché les commandes, victime de son pneu avant. Auparavant, il ne s’était fait dépasser que deux secondes à peine, de manière anecdotique au bout d’une ligne droite. Mais c’était comme écrit. Trop beau. Son manager Hervé Poncharal, tout de suite à la fin de la course, a rappelé à quel point ce circuit de Losail se jouait sur la gestion de la course en général et des pneumatiques en particulier. Exactement ce qui a fait défaut à Zarco.

« Je gagnerai bientôt »

« C’est une super course quand même, tempère le patron sur Eurosport. Une pole et les trois quarts de la course en tête, c’est très fort. C’est hyper positif, c’est ce qu’on veut retenir. Même si c’est très frustrant d’échouer si près de la victoire, ou au moins du podium… » L’analyse du pilote est précise et implacable: « Mon pneu avant droit m’a assez vite inquiété. Mais tant que je menais, je me disais que les autres avaient peut-être le même problème. Quand ils m’ont doublé, j’ai vraiment compris qu’il s’était passé quelque chose qu’on n’avait pas du tout connu du week-end. Ça fait partie de la course, je n’ai pas pu lutter. Il fallait finir, c’est mieux que rien. C’est avec des courses comme ça que je prends de l’expérience et de l’audace. Je gagnerai bientôt. »

Le Français évoque aussi le plaisir d’avoir mené cette course. C’est vrai qu’il nous en a donné également, mais cette incapacité à creuser le trou sur les Dovizioso, Marc Marquez et autres Valentino Rossi (qui composent le podium dans cet ordre) nous a tout de même empêchés d’y croire plus que de raison. Contrairement à lui, qui a continué à foncer la tête dans le guidon et n’avait pas cette vision globale de la course. Difficile de lui en vouloir, et c’est surtout ce que doivent se dire ses petits camarades, qui ont tous bien profité d’avoir un lièvre pareil aussi longtemps.

Publicités

Auteur : 24hmagazine

Unique Magazine numérique en Haiti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s