nutrition

L’eau en bouteille deux fois plus contaminée par des particules de plastique qu’au robinet

93% des eaux en bouteille de 11 marques contenaient des microplastiques, dans une quantité variable mais en moyenne deux fois plus élevée que dans l’eau du robinet, selon une nouvelle étude. Les risques pour la santé restent encore très peu connus.

93% des plus de 250 échantillons d’eau en bouteille de 11 marques testés contenaient de minuscules particules de plastique dont les dangers sur la santé sont méconnus, dans des quantités deux fois supérieure à celles détectées dans l’eau du robinet, indique une étude publiée le mercredi 14 mars 2018. Des chercheurs ont mené ces tests dans neuf pays dont le Liban, l’Inde ou les Etats-Unis, sous la conduite de Sherri Mason, professeure à l’université de l’Etat de New York à Fredonia, selon un résumé de l’étude publié en anglais sur la plateforme médiatique Orb Media. L’eau en bouteilles est “le marché des boissons le plus dynamique au monde, évalué à 147 milliards de dollars américains par an”, selon Orb Media.

Des contaminations inégales entre les marques et les échantillons

Pour révéler les microplastiques, Mason et ses collègues utilisaient un colorant spécial se liant au plastique, un laser infrarouge et une lumière bleue qui les faisait fluorescer. Des techniques plus poussées ont permis de vérifier la nature des particules d’au moins 100 microns (0,1 millimètre), mais pour les plus petites (6,5 à 100 microns), cela n’a pas pu être fait. Selon Mason, ce sont selon toutes probabilités du plastique, mais la possibilité que d’autres contaminants s’y soient ajoutés reste ouverte, d’après Orb Media.

En moyenne, les chercheurs ont trouvé, dans chaque litre d’eau, 10,4 particules d’une taille environnant 0,10 millimètres. Il s’agissait notamment de polypropylène, de nylon et de polytéréphtalate d’éthylène (PET). Les tailles de ces particules étaient très variables selon les échantillons et vont “de la largeur d’un cheveu humain à la taille d’un globule rouge”. Les quantités étaient également inégales : certaines en contenaient des milliers, d’autres aucune. Ainsi, Nestle Pure Life et Gerolsteiner ont montré les densités moyennes les plus élevées respectivement à 930 et 807 microparticules par litre, contre 30 pour San Pellegrino et Minalba, qui présentaient la plus faible contamination. “Je pense que cela vient du processus d’embouteillage. Je pense que la plupart du plastique vient de la bouteille elle-même, de son bouchon, du processus industriel d’embouteillage”, a expliqué Sherri Mason à l’AFP. “De l’eau dans des bouteilles en verre contenait aussi des microplastiques”, signale cependant l’étude.

Publicités

Catégories :nutrition, Sante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s