Le temps passé sur les réseaux sociaux diminue le niveau de bien-être des adolescents

Si le bien-être semble diminuer chez tous les adolescents, les auteurs ont constaté une baisse du bien-être de quasiment trois points chez les filles.

Le temps passé sur les réseaux sociaux vers l’âge de 10 ans diminuerait le niveau de bien-être global à l’adolescence, surtout chez les jeunes femmes, indique une étude britannique publiée ce 20 mars, date marquant la journée mondiale du bonheur.

Les réseaux sociaux peuvent-ils abaisser le niveau de bonheur chez les jeunes ?

Des chercheurs britanniques de l’University College London (UCL) et de l’Université de l’Essex se sont intéressés à l’usage et aux répercussions des réseaux sociaux chez près de 10.000 adolescents britanniques (9.859) entre l’âge de 10 et 15 ans, issus du British Household Panel Survey (BHPS), une base de données britannique de l’université de l’Essex.

Leurs travaux publiés ce mardi 20 mars, journée mondiale du bonheur, montrent une corrélation entre le temps passé sur ces réseaux sociaux pendant les jours d’école et la baisse du niveau de bien-être à la période sensible de l’adolescence. Les jeunes femmes seraient davantage perturbées, selon l’étude.

Pour arriver à ces conclusions, deux échelles d’évaluation ont permis d’établir un « score de bonheur » d’une part basé sur la perception de la vie dans le domaine familial et scolaire et mesurer d’autre part par les aspects négatifs vécus, parmi lesquels des troubles du comportement et émotionnels.

Si le bien-être semble diminuer chez tous les participants, les auteurs ont constaté une baisse de quasiment trois points (de 36,9 à 33,3) chez les filles contre seulement deux points (de 36,02 à 34,55) chez les garçons.

A l’âge de 13 ans, l’étude montre que 50% des filles passent plus d’une heure par jour sur les réseaux sociaux, contre un tiers des garçons.

Deux ans plus tard, les adolescents âgés de 15 ans sont encore plus connectés mais là encore, les filles semblent davantage accros aux réseaux sociaux : elles sont 59 % chaque jour à  » interagir sur les réseaux sociaux pendant une ou plusieurs heures contre 46% des garçons », selon l’étude.

Les résultats de l’étude sont publiés dans la revue BMC Public Health.

Publicités

Auteur : 24hmagazine

Unique Magazine numérique en Haiti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s