Dugarry détruit Pogba et Griezmann

Christophe Dugarry ne goûte guère le comportement de Paul Pogba et Antoine Griezmann, et le consultant n’a pas mâché ses mots en évoquant les deux hommes sur RMC…

Christophe Dugarry n’a pas, mais alors pas du tout apprécié les prestations de Paul Pogba et Antoine Griezmann. Pas vendredi soir lors de la défaite des Bleus contre la Colombie (2-3), quoique, mais lors de la « PogSérie », une série de reportages diffusée sur Canal+ où les deux hommes ont notamment évoqué les critiques des journalistes.

« A nos amis journalistes: aidez-nous. Laissez les critiques pour les autres pays. Donnez-nous de la confiance pour que l’on aille le plus loin possible », expliquait notamment le Madrilène. De quoi faire sortir de ses gonds «Duga» sur RMC: « Pogba et Griezmann sont des leaders, mais quelle idée de signer un contrat avec Canal pour vendre ces conneries ? Tu n’es plus titulaire à Manchester, tu viens de perdre un match avec l’équipe de France. Tu nous passes cette émission qui n’a aucun sens, tu as perdu, on te dit que t’es pas dedans, que t’es suffisant, pas concentré, que tu as perdu ta place avec Mourinho. T’es pas bien, et tu nous fais tes Pogséries. C’est quoi le délire ? »

« T’es Pogba, t’es Griezmann, troisième du dernier Ballon d’or, a-t-il poursuivi, toujours aussi remonté. T’es un homme fort de cette équipe. Les autres sont fiers d’évoluer avec ces joueurs, ils se le disent.  Mais Pogba et Griezmann ne savent pas. Ils sont un coup rappeur, un coup acteur, un coup réalisateur, un coup danseur, un coup footballeur, un coup basketteur. Griezmann a même dit qu’il préférerait être basketteur. On est à trois mois de la Coupe du monde, concentrez-vous, c’est à vous de nous montrer la voie. Ce n’est pas à eux de demander aux journalistes: «Mettez nous là-haut, mettez Grizou tout en haut ». C’est quoi cette connerie ? C’est à vous de nous emmener là-haut ! (…) Mec, tu fais le plus beau métier du monde, c’est toi qui dois faire les choses ! »

Une référence à l’une des phrases de Pogba dans sa « PogSérie », où il demandait notamment aux « gens » de porter Griezmann « tout là-haut » pendant la Coupe du monde en Russie…

Publicités

Lloris, meilleur gardien du monde

Les statistiques ont parlé. A en croire l’Observatoire du football, Hugo Lloris est rien de moins que le meilleur gardien en 2018.

(Reuters)

Les chiffres sont formels. Comme il le fait régulièrement, le Centre International du Sport (CIES) a publié dans sa lettre hebdomadaire le classement des meilleurs joueurs à chaque poste. Un classement qui ne concerne que les joueurs des cinq principaux championnats européens et établi en prenant en compte différents critères comme la rigueur, l’influence, la capacité de récupération, la distribution, les occasions créées ou les tirs.

Et à en croire ce classement, Hugo Lloris peut se targuer d’être le meilleur gardien du monde sur les trois derniers mois, le capitaine de Tottenham devançant le très courtisé Allison Becker, le portier de l’AS Roma, et un autre Tricolore, Alphonse Aréola, le dernier rempart du PSG, toujours décrié malgré ses états de service.

La défense du PSG est d’ailleurs à l’honneur puisque Thiago Silva et Presnel Kimpembe apparaissent parmi les dix meilleurs défenseurs centraux, aux 4e et 10e rangs d’un classement dominé par Kalidou Coulibaly (Naples) et Davidson Sanchez (Tottenham). Chez les défenseurs latéraux, c’est Mario Rui (Naples) qui mène la danse devant Daniel Carvajal (Real Madrid), la Ligue 1 étant représentée grâce a Dani Alves, pourtant pointé du doigt au PSG, et Djibril Sidibé, plus à son aise avec Monaco qu’avec les Bleus.

Le meilleur de tous, c’est Messi

Parmi les milieux défensifs, si la palme revient à Toni Kroos (Real Madrid), devant Moussa Dembélé (Tottenham) et Ivan Rakitic (Barça), Frank Anguissa (Marseille) crée la surprise en apparaissant au pied du podium tandis que Giovani Lo Celso (PSG) ferme le Top 10. Chez les milieux relayeurs, c’est Christian Eriksen (Tottenham) qui est à l’honneur, devant Marek Hamsik (Naples) et Ilkay Gündogan (Manchester City), Julian Draxler (PSG) terminant 4e.

Quant aux attaquants, si Lionel Messi (Fc Barcelone) trône en tête chez les ailiers devant Mohamed Salah (Liverpool) et Hakan Çalhanoglu (Milan AC), Angel Di Maria (PSG) apparaissant au 10e rang), Cristiano Ronaldo (Real Madrid) domine le classement des attaquants axiaux devant Gonzalo Higuain (Naples) et Harry Kane (Tottenham), Antoine Griezmann. Avec 93,7, Lionel Messi a toutefois la meilleure note tous postes confondus, devant Toni Kroos (92,4).

Pièce maîtresse de la défense du Barça, Samuel Umtiti pourrait quitter les Blaugrana après seulement deux saisons en Catalogne.

Sous contrat jusqu’en 2021, Samuel Umtiti risque bien de quitter le Barça lors du prochain mercato estival. L’international tricolore est pourtant devenu un élément incontournable au sein de la défense des Blaugrana, au point de forcer Javier Mascherano à s’exiler en Chine lors du dernier mercato hivernal, mais sa clause libératoire attise les convoitises.

Après avoir déboursé 30 millions d’euros pour convaincre l’Olympique Lyonnais de laisser partir le natif de Yaoundé, le Barça pensait en effet être à l’abri de l’appétit de ses concurrents en fixant cette clause à 60 millions d’euros. Mais les prix pratiqués sur le marché des transferts se sont envolés depuis et de nombreux clubs parmi lesquels Manchester United ont flairé la bonne affaire.

Le coup de fil de Mourinho

Les dirigeants barcelonais tentent bien de le persuader depuis plusieurs mois de prolonger son contrat, ce qui leur permettrait de revoir cette clause libératoire à la hausse, mais à en croire Sport, les deux parties semblent aujourd’hui incapables de s’entendre sur la question du salaire. Alors que Samuel Umtiti entendrait percevoir autant qu’un Andres Iniesta ou qu’un Sergio Busquets, soit autour de 9 millions d’euros, le Barça ne souhaiterait pas aller plus haut que les 6 millions versés à Gerard Piqué, son partenaire en défense centrale.

Un désaccord d’autant plus problématique pour les Catalans que José Mourinho se serait déjà fendu d’un coup de fil au défenseur tricolore pour évoquer son transfert à Manchester United et lui promettre un salaire de… 9 millions d’euros. Et ce ne sont pas ses dernières déclarations sur le plateau de Telefoot qui vont rassurer les Blaugrana, l’international tricolore se montrant très mystérieux au sujet de son avenir. Aux questions, « votre priorité est-elle de prolonger au Barça ? » puis « pourriez-vous être intéressé par Manchester United ? », Samuel Umtiti a en effet à chaque fois répondu « joker ».

« Messi a un revolver sur la tempe »

Jorge Sampaoli, le sélectionneur de l’Argentine, s’est fendu d’un ouvrage à paraître dans quelques semaines et dont les bonnes feuilles sont publiées ce lundi par le journal argentin Clarin. Pour une véritable déclaration à Leo Messi.

Jorge Sampaoli et Lionel Messi.

Il n’y a qu’à se remémorer le triplé de Lionel Messi en Equateur à l’automne dernier pour se convaincre que l’Argentine actuelle ne serait pas l’Argentine telle qu’on la connaît dans l’histoire du football sans son maître à jouer. Ces trois buts ont envoyé l’Albiceleste au Mondial 2018, alors que les hommes de Jorge Sampaoli se trouvaient en fâcheuse posture dans leur campagne de qualification. Le sélectionneur argentin en a conscience plus que quiconque, lui qui rend un vibrant hommage à son chef d’orchestre dans un livre à paraître avant la Coupe du monde.

« Un joueur qui reste le meilleur du monde pendant dix ans modifie ta façon d’entraîner. C’est difficile d’assumer ce rôle d’entraîneur quand ton leader sait qu’il est meilleur que toi. C’est une responsabilité, mais aussi un grand plaisir, écrit Jorge Sampaoli dans un ouvrage dont les bonnes feuilles sont relayées ce lundi par le quotidien argentin Clarin. J’ai d’abord cherché à l’inclure dans une stratégie pour avoir le contrôle sur lui, maintenant je cherche des solutions avec lui. »

« Faire en sorte que ses coéquipiers soient compatibles »

« Le plus difficile est d’optimiser l’environnement autour de lui, pour que les autres joueurs qui l’entourent ne soient pas écrasés par un tel talent. Il faut faire en sorte que ses coéquipiers soient compatibles, et ce n’est pas simple, poursuit celui qui se définit comme un disciple de Marcelo Bielsa. Il est plus difficile de faire en sorte qu’une équipe entière comprenne le génie de Messi que de concevoir un plan pour une formation composée de joueurs normaux. » Un postulat qui vient faire écho au discours adopté par l’intéressé récemment en conférence de presse. Jorge Sampaoli soufflait alors que la sélection argentine était « beaucoup plus celle de Lionel Messi que la (s)ienne« .    

Fatalement, un tel génie du ballon rond ne saurait garder plus longtemps son palmarès vierge de titre suprême. « Messi a un revolver sur la tempe qui s’appelle la Coupe du monde, et s’il ne la gagne pas, il se fait tirer dessus et meurt« , estime son sélectionneur, qui peine à imaginer que le Blaugrana, qui a tout gagné avec le Barça, puisse arrêter sa carrière un jour sans avoir soulevé au moins une fois le trophée Jules Rimet. L’Argentine pourtant ne comptera pas parmi les favoris du Mondial 2018 cet été en Russie.

Coupe du monde 18: Allemagne-Brésil, un compte à régler

Brésil-Allemagne 2014, le traumatisme auriverde.

Près de quatre ans après la demi-finale mondiale qui a traumatisé tout le Brésil, la Seleçao retrouve l’Allemagne à Berlin ce mardi en match de préparation à la Coupe du monde 2018. Une rencontre lourde de sens.

Ce sont deux des grands favoris du Mondial 2018 qui s’affrontent ce mardi sur la pelouse de l’Olympiastadion de Berlin. Deux mastodontes du ballon rond qui ne se sont plus croisés depuis la demi-finale de la Coupe du monde 2014, organisée au Brésil, et ce carton allemand aux dépens du pays hôte (7-1). Un véritable affront – le plus lourd revers jamais concédé par la Seleçao dans une phase finale – suivi d’un match pour la troisième place désastreux face aux Pays-Bas (défaite 3-0). Ce à la veille du sacre de la Mannschaft et alors que Neymar, la star brésilienne, pansait ses blessures…

Mardi soir, le prodige auriverde ne sera pas de la partie non plus, mais le Brésil compte bien prendre sa revanche malgré tout, fort du renouveau observé depuis la prise de fonctions de Tite à l’été 2016. Après avoir survolé la campagne de qualification sud-américaine pour la grand-messe russe, la Seleçao aura bien des arguments à faire valoir sans son maître à jouer. Un Neymar qui depuis sa première sélection en 2010 a loupé 24 matches, pour un bilan de 14 victoires brésiliennes, 4 nuls et 6 défaites.

« Le Brésil est passé par une profonde phase de renouvellement, en intégrant de nombreux jeunes. J’ai bien suivi cette équipe depuis 2014 et je dois dire qu’elle m’impressionne« , dixit Joachim Löw, le sélectionneur allemand, en conférence de presse. Un respect pour l’adversaire que partage Joao Miranda, admiratif lui aussi de la Mannschaft. « Ce sera un grand duel, face à une équipe très dynamique, qui sait très bien utiliser le ballon. Nous devrons être très vigilants face à ce redoutable collectif. » Il en va du capital confiance des deux sélections à moins de trois mois désormais du Mondial. En particulier pour le Brésil qui n’a pas tout à fait effacé sa dette en dominant l’Allemagne en finale des JO de Rio. Non sans le concours, cette fois, de Neymar.

PSG: Mauvaise nouvelle

Thomas Meunier et Angel Di Maria l’ont reconnu plus ou moins explicitement ce week-end: Unai Emery ne sera plus l’entraîneur du PSG la saison prochaine. En fin de contrat en juin, le technicien espagnol s’apprête en effet à faire ses valises et les dirigeants parisiens s’activent depuis plusieurs semaines pour lui trouver un successeur.

De nombreux noms ont déjà été évoqués et plusieurs pistes déjà écartées. C’est notamment le cas de celles menant à Luis Enrique et Carlo Ancelotti, qui ont pourtant l’énorme avantage d’être libre et bénéficient également des faveurs des joueurs parisiens. Autre dossier qui semble devoir être refermé, celui de Massimiliano Allegri.

Ça avance avec Conte

L’actuel entraîneur de la Juventus Turin plait tout particulièrement à Nasser Al-Khelaïfi. Mais le technicien italien ne serait guère emballé par la perspective de rejoindre le club de la capitale et ses dirigeants n’ont aucunement l’intention de le laisser partir. « Il a encore deux ans de contrat et il restera avec nous pendant longtemps », a d’ailleurs assuré Giuseppe Marotta, le directeur sportif de la Vieille Dame, à la Stampa.

De quoi renforcer les chances d’Antonio Conte. Son arrivée ne serait pourtant pas du goût de certains joueurs parisiens, dont Neymar, mais l’entraîneur de Chelsea, poussé dehors par les dirigeants londoniens, serait, lui, sensible à l’intérêt parisien et des premières discussions auraient déjà eu lieu la semaine dernière.