Guardiola balance sur Raiola et Pogba

Le derby est lancé ! A la veille du choc entre les deux Manchester, qui peut déjà sacrer City en cas de victoire contre United, Pep Guardiola a lâché une petite bombe, vendredi en conférence de presse, en révélant que Mino Raiola lui avait proposé Henrikh Mkhitaryan et Paul Pogba cet hiver. Le très influent agent et lui ne sont pas amis, loin de là. Récemment, le premier avait dézingué le second, le qualifiant de « zéro absolu », de « chien » et de « lâche ».

Invité à répondre à ces attaques, le manager des Citizens n’a d’abord pas voulu réagir: « Je répondrai une autre fois. Aujourd’hui, avant le match, non. » Puis, agacé, il s’est ravisé. « Allez, d’accord, je vais lui répondre, a-t-il lâché. Donc je ne comprends pas pourquoi je suis… Enfin si, je suis d’accord avec lui. Les gens découvrent mes secrets, je suis un mauvais gars, je suis un lâche. Je ne comprends pas pourquoi je suis un si mauvais type. »

« J’ai dit non »

« Je ne lui parle jamais, a-t-il poursuivi. Alors je ne sais pas, peut-être qu’Ibra (Mino Raiola est l’agent de Zlatan Ibrahimovic, qui n’apprécie pas Pep Guardiola depuis leur collaboration au Barça, ndlr) lui a expliqué des choses sur moi… Mais, il y a deux mois, il m’a offert Mkhitaryan et Pogba. Pourquoi ? Ça l’intéressait qu’ils jouent avec nous ? S’il est censé protéger ses joueurs, il doit savoir qu’il ne peut pas les amener à un gars comme moi, à un chien. »

Et le technicien catalan d’enchaîner: « Me comparer à un chien, ce n’est pas bien. Il doit respecter les chiens. » L’entraîneur des Sky Blues, « surpris » par cette proposition, a expliqué qu’il n’y avait pas donné suite. « J’ai dit non. Nous n’avons pas assez d’argent pour acheter Pogba parce qu’il est très cher, a-t-il indiqué. Comme un chien, il veut que ses joueurs viennent ici. Non. Il mérite que ses joueurs jouent avec des meilleurs gars que moi, mais il sait aussi que je suis un grand manager. »

Publicités

Le PSG miraculé à Sainté

En cas de victoire ce vendredi combinée à un faux pas de Monaco contre Nantes samedi, le PSG pouvait coiffer prématurément la septième couronne de champion de France de son histoire. Le scénario rêvé du week-end pour le club de la capitale n’aura pas lieu, les Parisiens s’étant heurtés à une AS Saint-Etienne combative et organisée en ouverture de la 32e journée de Ligue 1. Avec à l’arrivée un partage des points plus dur à avaler pour les Stéphanois que pour les probables futurs champions de France (1-1).

Invaincus en championnat depuis le 21 janvier et un revers à Nice, les hommes de Jean-Louis Gasset ont longtemps cru infliger à leurs prestigieux visiteurs leur troisième défaite de la saison en L1 – la première, justement, depuis une déconvenue lyonnaise enregistrée ce fameux 21 janvier. Dès la 17e minute, Cabella, le Vert incontournable du moment (quatre buts, une passe décisive en trois matches), avait frappé à bout portant pour donner l’avantage aux siens. Avant de louper un penalty accordé à l’ASSE à la demi-heure de jeu pour une faute de Kimpembe sur Hamouma (31e)…

Une ASSE méconnaissable en 2018

Averti sur cette action, le jeune défenseur international voyait rouge dix minutes plus tard pour une semelle sur ce même Hamouma synonyme de deuxième carton jaune (41e). Le tournant du match, pouvait-on croire, même si les entrées en jeu de Thiago Silva et Cavani en deuxième période redynamisaient quelque peu le PSG. A l’entame du dernier quart d’heure, Tannane sonnait la barre transversale du but défendu par Areola ; et Cavani ratait l’immanquable face à la cage de Ruffier. Le Matador uruguayen butait enfin sur le portier stéphanois dans le temps additionnel, pour la toute dernière cartouche parisienne de ce match… Mais alors que la victoire des Verts semblait inéluctable, Meunier se fendait d’un dernier centre, légèrement touché du crâne par Mbappé et détourné dans ses propres filets par l’infortuné Debuchy au second poteau (1-1, 90e+3).

Cabella a loupé le coche face à Areola.

Un scénario cruel pour Saint-Etienne, qui derrière Paris, Monaco et Marseille est la quatrième équipe de l’élite à avoir accumulé le plus de points en 2018, mais qui ce soir reste neuvième à trois longueurs d’une cinquième place au goût d’Europe. Pas malheureux de son côté, le PSG prend provisoirement 17 points d’avance sur Monaco. Une ASM attendue le 15 avril prochain au Parc des Princes…

Neymar et Bruna plus amoureux que jamais

out va bien, semble-t-il, entre Neymar et sa copine Bruna Marquezine. Merci pour eux ! Le joueur vedette du Paris Saint-Germain, qui poursuit actuellement au pays sa rééducation de la cheville droite, et la jeune actrice brésilienne de 22 ans se sont laissé photographier en train de s’embrasser jeudi à Rio de Janeiro.

Le couple, reformé – pour la quatrième fois – au Nouvel An, a assisté à la pièce de théâtre d’un compatriote et ami, Thiago Gagliasso. Un moment de décontraction pour celui qui, blessé depuis le mois de février et un match au Parc des Princes contre l’Olympique de Marseille (3-0, 27e journée de Ligue 1), tente de revenir pour la fin de saison du PSG et surtout pour la Coupe du monde en Russie avec la Seleçao (du 14 juin au 15 juillet prochains).

https://www.instagram.com/p/BhNg3AfBlmV/embed/?cr=1&v=8&wp=482#%7B%22ci%22%3A0%2C%22os%22%3A24348.000000001775%7Dhttps://www.instagram.com/p/BhNgX9_BCCx/embed/?cr=1&v=8&wp=482#%7B%22ci%22%3A1%2C%22os%22%3A24368.000000002212%7Dhttps://www.instagram.com/p/BhNf3OOhZwP/embed/?cr=1&v=8&wp=482#%7B%22ci%22%3A2%2C%22os%22%3A24404.00000000227%7D