Ronaldo confie que Neymar va rester au PSG

Neymar n’est pas prêt de quitter le Paris Saint-Germain ! C’est en tout cas l’avis de Ronaldo qui n’a pas hésité à doucher les espoirs du Real Madrid lors d’une interview pour la Cadena SER. Malgré une longue et intense campagne de la presse espagnole, il n’imagine pas une seconde la star de la sélection auriverde quitter le PSG à la fin de la saison.

« J’ai entendu beaucoup de choses sur Neymar et le Real Madrid mais en vérité je crois que ce serait très difficile de l’enrôler. Le PSG a payé beaucoup d’argent pour lui, ce serait très compliqué qu’un jour Neymar puisse jouer au Real Madrid. Et aujourd’hui, je crois que c’est impossible. Peut-être dans quelques années« , a ainsi plaidé l’ancien du Real et du Barça.

Surtout, il considère que Neymar est ravi de son choix effectué la saison dernière. « Ça lui va bien, il aime Paris. C’est lui qui a voulu changer et il savait ce qui allait se passer« , ajoute ainsi un Ronaldo très sûr de lui sur le sujet.

Annoncé à Paris dès ce week-end, Neymar sera ainsi de la partie (pas sur le terrain !) en cas de victoire en finale de la Coupe de France et pour les festivités prévues à la fin du championnat.

Publicités

Boston montre déjà ses muscles

Tatum et Rozier. (Reuters)

Un très gros match pour débuter les demi-finales et marquer les esprits. Boston a frappé fort dans la nuit de lundi à mardi en écrasant les Sixers. Un match à sens unique marqué par une domination immédiate et totale avec une avance de +11 à la pause (56-45), un écart maximum de 19 unités et une victoire finale tout à fait logique (117-101). A ce petit jeu, Terry Rozier (29 points), Jayson Tatum (28 points) et Al Horford (26 points) ont guidé leur équipe vers la victoire.

NBA on ESPN

@ESPNNBA

It’s been over THIRTY YEARS since the @celtics had three 25-point scorers in a non-OT game.

Mais évidemment, si Al Horford a été impressionnant aux tirs avec un très joli 10/12, c’est la prestation de Tatum, un rookie aux dents longues, qui a été mise en avant. « Jayson a été vraiment régulier, il a pris des tirs difficiles et il a tout donné », a plaidé Brad Stevens, sur le site du club. « Il a été bon sur les lancers francs (11 sur 12) et on en avait besoin. C’est un bon match. » Un de ces matches qui, lorsque la route s’élève, permettent de commencer à écrire une belle histoire.

Celle des Celtics lors de ces playoffs ne fait également que débuter. Il conviendra de confirmer lors du match 2, toujours à Boston, avantage du terrain oblige. Un nouveau duel dans la nuit de jeudi à vendredi, que Joel Embid (31 points à 12/21 et 13 rebonds) et ses coéquipiers devront aborder avec de nouvelles solutions pour s’éviter une course poursuite trop compliquée.

Mbappé veut Kanté au PSG !

Chelsea ne sera sans doute pas vraiment ravi par cette proposition. Questionné sur l’avenir du Paris Saint-Germain et le renfort idéal à ses yeux, Kylian Mbappé n’a guère hésité avant de nommer N’Golo Kanté. Le milieu de terrain des Blues a d’ailleurs déjà été dans le viseur du club de la capitale à plusieurs reprises, dans le passé, mais sans jamais succomber aux sirènes parisiennes.

« N’Golo Kanté ! En fonction de nos besoins, mais aussi de la qualité du joueur. C’est un joueur qui conviendrait parfaitement à notre équipe. Il est Français, et ramener un Français pour l’attractivité du championnat, ce serait bien. Tous les Français aiment N’Golo Kanté, ce serait un plaisir de le retrouver en Ligue 1 », a ainsi plaidé Mbappé pour beIN Sports.

beIN Ligue 1 Confo

@beINLigue1Confo

🇫🇷
⚽ Retrouvez l’entretien en intégralité vendredi soir !

Après l’arrivée de Neymar et celle de Mbappé pour renforcer l’effectif l’été dernier, un milieu de terrain défensif est désormais attendu. Le lobbying de l’ancien Monégasque ne fait que commencer, et les deux joueurs auront sans doute l’opportunité d’en parler en Russie pendant la Coupe du monde. Voilà un argument de poids pour les recruteurs parisiens.

Éliminé par le Real Madrid en demi-finale de la Ligue des champions (1-2, 2-2), le Bayern Munich aurait dû bénéficier d’un penalty

Tout le monde connaît les antécédents, nous sommes tombés ici avec deux buts hors-jeu. Le penalty qu’ils ont sifflé contre la Juventus, a fait beaucoup parler. Mais l’arbitre ne peut pas sentir la pression ambiante. Il ne doit pas être affecté par l’ambiance et doit bien siffler. C’est un sportif comme nous et il doit avoir un bon rendement. »

Tout en se défendant de vouloir mettre « la pression » sur Cuneyt Cakir, l’arbitre turc de la demi-finale retour de Ligue des champions entre le Real Madrid et le Bayern Munich, Thomas Müller n’avait pas manqué de rappeler, en conférence de presse, les précédentes polémiques arbitrales concernant le club merengue, et notamment celles nées de la précédente confrontation entre les deux clubs la saison passée.

Sur Lewandowski aussi ?

Le capitaine bavarois ne doit donc pas décolérer après l’élimination de son club, qui a concédé le match nul mardi soir à Santiago-Bernabeu (2-2), six jours après sa défaite contre le double tenant du titre à l’Allianz Arena (1-2). Car la formation allemande aurait dû bénéficier d’un penalty dans le temps additionnel de la première période, alors que le score était toujours de 1-1.

Marcelo a en effet détourné, d’une main évidente, un centre de Joshua Kimmich à quelques secondes de la pause. Ce qui a provoqué la furie de Robert Lewandowskiet de ses coéquipiers, qui se sont précipités sur l’officiel, sans résultat. Un fait de jeu qui risque de faire beaucoup parler, comme cette faute de Sergio Ramos sur le Polonais dans la surface (52e), et qui aurait pu changer la face de cette rencontre. Même si les Madrilènes pourront rétorquer que Karim Benzema, bousculé par Mats Hummels à la 49e minute, soit quelques instants après son deuxième but de la soirée, aurait également pu obtenir un coup de pied de réparation…

Europe1 Sports

@sports_fr

La main de Marcelo dans la surface ! (vidéo) http://dlvr.it/QRQcTC 

Benzema sauve le Real de la déroute

Benzema explose de joie contre le Bayern.

« Les Dieux du football se sont penchés sur la Ligue des champions et ce Real Madrid« , s’est amusé à clamer Marcel Desailly, sur beIN Sports, à la mi-temps de ce Real-Bayern, mardi soir. Le champion du monde 98 ne croit pas si bien dire. Après avoir bénéficié d’une réussite totale à Munich, pour l’emporter 2-1 en demi-finale aller, les hommes de Zinédine Zidane s’en sont sortis miraculeusement lors de la manche retour, avec un résultat nul (2-2) qui leur permettra de briguer une 3e Ligue des champions de suite contre Liverpool ou la Roma.

beIN SPORTS

@beinsports_FR

[📺 RESUME VIDEO] 🏆
💥 Le Real Madrid se qualifie pour sa 3ème finale de Ligue des Champions de suite !
😍 Un match incroyable contre le Bayern Munich, 2-2
🔥 Benzema s’offre un doublé !http://po.st/4sMwgg 

Les Merengues ont subi les vagues offensives allemandes tout au long de la rencontre mais un doublé de Karim Benzema les a sauvés. Après l’ouverture du score de Joshua Kimmich d’entrée (3e), l’international français égalisait d’une reprise de la tête (11e) puis bénéficiait d’une énorme bourde de Sven Ulreich, qui laissait échapper le ballon sur une passe en retrait de Corentin Tolisso, pour marquer en début de seconde période (46e). Un but de James Rodriguez en force (63e) a relancé le champion de Bundesliga, qui a ensuite manqué d’arracher la qualification lors de la dernière demi-heure.

C’est effectivement le manque de réalisme du Bayern qui a rendu cette rencontre complètement folle. Robert Lewandowski, comme à l’aller, a été incapable de convertir ses opportunités, puis Corentin Tolisso (75e), Thomas Müller (79e) et Mats Hummels (93e) sont tombés sur un grand Keylor Navas. Les Bavarois n’ont pas non plus été aidés par l’arbitrage, puisque M. Cakir a décidé de ne pas siffler penalty sur une main de Marcelo (45e) ou sur une faute de Sergio Ramos dans la surface (52e). On mettrait ça sur le compte de la réussite habituelle du Real.

Coucheriez-vous avec un robot? Les robots font-ils l’amour?

C’est du moins l’avis de Brian Shuster, un entrepreneur américain rencontré il y a trois ans au festival South by Southwest à Austin. Le fondateur de la plateforme d’avatars sexuels Red Light Center VR affirmait alors que c’était une très bonne chose.

Un robot féminin branché à de nombreux fils et avec une prise électrique au niveau de son pubis.

Imaginez. L’amour en réalité virtuelle, avec l’avatar de votre choix, le tout jumelé aux armées de jouets sexuels insérés là où vous le pensez, plus d’infections transmises sexuellement et le meilleur sexe depuis votre naissance, et ce, jusqu’à la fin de vos jours.

Ça, c’est l’argument de vente.

Les robots font-ils l’amour? C’est le titre d’une pièce d’Angela Konrad actuellement à l’affiche à l’Usine C à Montréal. Doit-on se souhaiter qu’un jour, nous puissions coucher avec des robots dotés d’intelligence artificielle qui nous obéiront au doigt et à l’œil, voire au fouet? Alors que Brian Shuster préconise les relations sexuelles virtuelles, Konrad met en scène des gens qui se demandent s’ils doivent ou non livrer leur corps, leur empathie et leur vie privée à des machines. Une chose est sûre cependant, c’est que la question ne risque pas de disparaître du radar de sitôt.

Ce n’est pas comme s’il s’agissait d’un fantasme récent non plus… Dans l’Antiquité grecque, Ovide avait imaginé Pygmalion, un sculpteur déprimé et désillusionné au sujet des femmes qui tombe en amour avec sa création.

Sorte d’Ovide post-moderne, le créateur de Real Doll, Matt McMullen, crée des poupées sexuelles depuis 20 ans. L’automne dernier, il a annoncé la mise en ligne d’une assistante cochonne (oui, il s’agit d’une voix de femme), une Siri du 50 Shades en quelque sorte : Harmony AI.

Ajoutez à cela une tête mécanisée que sa compagnie met au point et qui sera bientôt en vente pour environ 10 000 $ – une tête que l’on pourra littéralement visser sur un corps de son choix – et vous avez le premier gynoïde (un robot à l’apparence féminine) sexuel doté d’une intelligence artificielle de l’histoire.

Coucheriez-vous avec un robot?

Quelques études commencent à circuler à propos de l’attirance, ou de la répulsion, provoquée par ces nouveaux agents artificiels. Selon une étude publiée l’an dernier par deux chercheuses en psychologie de l’Université de Duisburg-Essen, en Allemagne, les hommes seraient plus attirés qu’ils ne veulent l’affirmer par des gynoïdes.

En résumé, on a observé que, lorsque l’on demandait à des hommes (229 participants dans ce cas) de noter le degré d’attractivité de gynoïdes et de femmes en petite tenue, les hommes trouvaient généralement les vraies femmes plus attirantes que leurs contreparties artificielles.

Ça, c’est quand on leur pose la question…

Les chercheuses ont par la suite sélectionné 41 répondants au hasard pour mesurer leurs réactions physiologiques devant des images de femmes robots versus de vraies femmes. Aucune différence de réactions entre les deux. Aucune.

Soulignons qu’il ne s’agit là que d’images. La seule différence entre les résultats illustre le degré d’antipathie des répondants envers les robots en général. Est-ce qu’une empathie envers C3P0 mène vers le sexe avec une gynoïde? L’avenir le dira.

En attendant, plusieurs tirent des sonnettes d’alarme. Pendant que certains commentateurs soulignent que ces robots pourraient servir de défouloir à des prédateurs potentiels ou avérés, d’autres soulignent qu’il s’agit d’une très mauvaise idée.

L’été dernier, le roboticien Noel Sharkey soulevait le grand danger de voir se développer ces robots qui, en fin de compte, ne seraient que des représentations pornographiques de la femme.

Cela dit, est-ce que ces choses dotées de plus en plus de la parole et qui donnent l’impression de l’écoute pourraient être employées dans un contexte thérapeutique auprès, par exemple, d’une clientèle handicapée physiquement? Ou encore par des personnes incapables d’établir une relation d’intimité en raison de traumatismes psychologiques ou physiques? On le voit, la ligne n’est peut-être pas aussi claire qu’il y paraît. Ou qu’on le voudrait.

Bon nombre d’internautes qui font partie des franges les plus radicales du mouvement masculiniste voient aussi dans ces développements une manière de ne plus jamais avoir à se rapprocher des femmes. C’est le cas, par exemple, des hommes issus du mouvement MGTOW (un acronyme pour Men Going Their Own Way).

Selon les adeptes de ce mouvement, les hommes n’ont tout simplement rien à faire avec des femmes qui, apprend-on, n’utilisent les hommes que pour avoir des enfants pour ensuite divorcer et les quitter avec la progéniture. Ah bon.

Le jour où mon robot m’aimera

Il y a quelques années, le psychiatre français Serge Tisseron a publié un livre fameux dont le sujet semble de moins en moins appartenir à la science-fiction. Dans Le jour où mon robot m’aimera, il s’intéresse aux divers procédés psychologiques que nous allons développer afin de nouer des relations avec les machines qui peupleront nos vies. Cela se fera, ce n’est même plus une hypothèse.

Selon lui, il faudra se méfier davantage de nous que de la machine dans ce futur pas si lointain. Car n’oublions pas que ces robots, à défaut d’avoir une conscience, simuleront non seulement l’empathie, mais seront dotés d’algorithmes qui nous étudieront, qui analyseront nos gestes, notre visage, nos écrits, et qui seront capables d’interagir avec nous, de nous faire croire que nous sommes compris.

Imaginez votre bulle de filtre Facebook, mais avec une voix, et qui sait, peut-être même un corps. Sommes-nous de futurs Joaquin Phoenix dans le film Her? Saurez-vous résister?

Selon Rodolphe Gelin, responsable de l’innovation à SoftBank Robotics, une des plus grandes firmes de robots au monde, l’horizon de ce robot de compagnie (sexualisé ou non) n’est pas de 20 ans. Il est de cinq ans. Moins long qu’un contrat de Carey Price.

Mark Zuckerberg a annoncé mardi que Facebook ajouterait aux fonctions du réseau social celle d’un site de rencontres pour les personnes à la recherche de relations durables.

Mark Zuckerberg de profil devant un écran affichant une icône de cadenas.

Le président-directeur général du premier réseau social mondial a fait cette annonce lors de la Journée des développeurs du site à San José, en Californie. Il a précisé que cette fonction ne visait pas à faciliter les rencontres ponctuelles, mais à aider les gens à bâtir des relations durables par l’intermédiaire du réseau.

« Cela sera destiné à construire des relations authentiques et durables, pas seulement des plans d’un soir », a affirmé Mark Zuckerberg.

L’action d’un des principaux sites de rencontres aux États-Unis, Match, s’est effondré de près de 20 % à Wall Street aussitôt après cette annonce.

Plus de contrôle sur les données de navigation

Parmi les autres innovations annoncées mardi par le réseau social figure la possibilité pour les utilisateurs d’effacer leurs données de navigation.

« Cette fonctionnalité vous permettra de voir les sites web et les applications qui nous envoient des informations lorsque vous les utilisez, de supprimer ces informations de votre compte et de désactiver notre capacité à les stocker à l’avenir », a indiqué Facebook dans un billet de blogue publié mardi.

« Si vous effacez votre historique ou utilisez le nouveau paramètre, nous supprimerons les informations d’identification de sorte que l’historique des sites web que vous avez visités et des applications que vous avez utilisées ne sera pas associé à votre compte », a ajouté le site.

« Nous continuerons à fournir des applications et des sites web avec des analyses agrégées. Par exemple, nous pouvons créer des rapports lorsque nous recevons ces informations afin de pouvoir dire aux développeurs si leurs applications sont plus populaires auprès des hommes ou des femmes d’un certain groupe d’âge », a-t-on toutefois précisé.

Cette nouvelle fonctionnalité veut répondre aux préoccupations apparues après le scandale Cambridge Analytica, qui avait vu cette firme d’analyse de données utiliser celles des utilisateurs de Facebook à des fins politiques.