Neymar reviendra « difficilement » au Barça

Une fois que la saison sera terminée, que la Coupe du monde en Russie aura livré son verdict, l’actualité des transferts reviendra à coup sûr sur le devant de la scène. Et avec elle ses feuilletons interminables tournant autour de mutations annoncées qui tarderont à se concrétiser, de contre-pieds surprenants ou de signatures qui n’interviendront jamais. Et il faut s’y attendre, Neymar sera une nouvelle fois propulsé sous les feux des projecteurs, ce même si l’intéressé n’a rejoint le PSG qu’en août dernier. L’attaquant international brésilien est régulièrement annoncé de retour au FC Barcelone, ou en partance pour le Real Madrid.

Neymar

Tout a été dit et écrit sur ces rumeurs, et il apparaît difficile de distinguer le vrai du faux. Peut-être Neymar songe-t-il vraiment à quitter Paris, peut-être pas… Souhaite-il véritablement s’engager avec le Real Madrid ? Utilise-t-il l’intérêt potentiel de la Maison blanche pour persuader le Barça de le récupérer ? De son côté, Josep Maria Bartomeu a été sollicité sur le sujet et reconnaît que le retour de l’ancienne pépite du Santos FC est « difficilement » envisageable. « Maintenant, nous sommes entrés dans une autre dynamique au club« , ajoute-t-il, faisant référence aux signatures d’Ousmane Dembélé et Philippe Coutinho notamment.

Et s’il devait rallier le Real Madrid ? « Il est libre de faire ce qu’il veut, moi je m’occupe du Barça. Mais il a un contrat avec le PSG… Et si un joueur comme lui va à Madrid, on lui fera face. J’ai été surpris de la façon dont il nous a quittés« , a-t-il rappelé. Sans oublier que les deux camps sont opposés sur plusieurs points de vue, se réclamant de l’argent l’un à l’autre en attente d’un procès.

Publicités

700 000 euros de produits PSG dérobés

Un braquage qui visait un camion de transport de marchandises

Des produits Nike estampillés PSG en l’occurrence.

Le préjudice est lourd pour Nike. Vendredi en région parisienne, à Bonneuil-sur-Marne, dans le 94, un camion de transport bourré de produits de l’équipementier américain aux couleurs du PSG a été braqué en pleine zone industrielle.

Trois hommes eux-mêmes équipés d’un poids lourd ont fait en sorte de stopper le chauffeur agressé en prétextant la demande d’un renseignement, tandis qu’un complice pénétrait dans la cabine pour menacer la victime d’une arme et lui dérober ses effets personnels ainsi que les clefs du véhicule.

Les quatre malfaiteurs ont ainsi déchargé six palettes, pour 200 cartons de marchandises officielles siglées PSG et un montant à la revente estimé à 700 000 euros. Le service départemental de la police judiciaire a été saisi et selon les premiers éléments de l’enquête révélés par Le Parisien, les braqueurs n’ont laissé aucune trace derrière eux. Reste l’étude des caméras de vidéosurveillance du quartier pour aiguiller les enquêteurs.

Quand la l’AS Roma trolle le Barça

Si le Barça est toujours invaincu en Liga après son match nul face au Real Madrid (2-2), ce n’est pas le cas sur la scène européenne. Et l’AS Roma n’a pas manqué de le signaler…

Tenu en échec par le Real Madrid dimanche soir au Camp Nou lors du Clasico (2-2), le FC Barcelone, déjà champion d’Espagne depuis la précédente journée, n’a plus que trois matches de championnat à disputer, et à ne pas perdre, pour devenir le premier club, depuis le Real en 1932, à terminer la saison de Liga invaincu.

Ce qui serait une grande première dans un championnat à 20 équipes.

De quoi ravir les supporters catalans, à l’image de ce compte, très suivi sur Twitter, qui a publié une photo de Lionel Messi face au Real en train de célébrer son but dans les bras de Luis Suarez, avec la légende suivante: « Personne ne nous bat. »

Et cela n’a pas manqué de faire réagir l’AS Roma, le club italien qui a sorti le Barça en quarts de finale de la Ligue des champions et a répondu à ce tweet en le citant, via son compte espagnol, avec des smileys particulièrement bien choisis…

Une ancienne gloire du PSG allume Neymar

Indisponible depuis plus de deux mois et une blessure sérieuse contractée face à l’OM le 25 février dernier, Neymar vient tout juste de rentrer en France, après huit longues semaines de convalescence au Brésil. A moins de quinze jours désormais de la fin du championnat, le phénomène auriverde n’a que peu de chances de porter à nouveau les couleurs parisiennes cette saison. Aussi l’intéressé laisse-t-il une impression mitigée à l’heure du premier bilan. Et ce malgré des stats qui plaident allègrement en sa faveur: 28 buts et 16 passes décisives en 30 matches toutes compétitions confondues.

Dans une biographie parue le 3 mai dernier chez Solar Editions et intitulée « Neymar, le prince du Brésil« , Bernard Lama, en observateur avisé du football et du PSG en particulier, n’hésite pas à dresser un portrait peu élogieux de l’ancien Blaugrana. « Pour l’instant, Neymar est un leader technique, pas un leader de vestiaire. Représenter et incarner ton équipe, c’est différent… Neymar est encore trop immature pour ça. Je crois que la présence des Brésiliens a finalement porté préjudice à son intégration. Ils sont trop nombreux dans le groupe, et certains comme Daniel Alves ou Thiago Motta ne sont plus au niveau. »

Un avis tranché que le gardien de but international qui défendit le maillot parisien sept saisons durant (de 1992 à 1997 puis de 1998 à 2000) assume pleinement. « Même s’il vient d’arriver, Neymar a sa part de responsabilité dans cet échec, poursuit-il. Il laisse ses pieds parler mais il doit être plus influent et plus utile pour l’équipe. J’ai le sentiment qu’il ne grandira comme joueur que lorsqu’il grandira comme être humain. Il a 26 ans mais il se comporte encore comme un gamin et c’est comme si on voulait le maintenir dans cet état-là, comme si on voulait l’infantiliser pour mieux le contrôler. Il faut qu’il s’émancipe. Pour l’instant, l’impression est vraiment mitigée en ce qui concerne sa mentalité.« 

Pour Thiago Silva, Neymar est très motivé

De retour en France depuis vendredi, Neymar sera bien présent au Stade de France mardi soir pour la finale de Coupe de France, entre le PSG et Les Herbiers. Même si l’attaquant brésilien a des fourmis dans les jambes, selon Thiago Silva…

A la veille de la finale de la Coupe de France entre le PSG et Les Herbiers, mardi soir (21h05) au Stade de France, Unai Emery et Thiago Silva n’ont pu échapper aux inévitables questions sur Neymar, rentré en France vendredi après plus de deux mois de convalescence au Brésil, à la suite de son opération du pied droit.

Un sujet qui ne passionne visiblement guère son entraîneur. « Si j’ai parlé avec lui, c’est important ? Nous parlons tous avec lui, pour savoir comment il va. Mais ça n’a rien à voir avec la finale de la Coupe de France », s’est agacé le technicien basque, avant de lâcher: « Il continue à travailler, et demain (mardi, ndlr), il sera avec l’équipe. »

Relancé sur le sujet, son compatriote Thiago Silva s’est montré beaucoup plus prolixe: « Il va bien, sa progression est très bonne et il travaille déjà en salle. Il est très motivé mais aussi très triste, parce qu’il ne peut pas s’entraîner avec nous. Mais il sera avec nous demain et on espère aussi gagner la Coupe de France pour lui. » Reste qu’on ne devrait a priori pas revoir l’ancien Barcelonais avec le PSG d’ici la fin de saison.

Europe1 Sports

@sports_fr

Les Herbiers veulent « une leçon » http://dlvr.it/QS3R3d 

Les sanctions qui ont frappé l’OL, et plus épargné l’OM, après les incidents du Stade Vélodrome ne passent pas du tout à Lyon…

L’Olympique Lyonnais contre-attaque. Alors que la Commission supérieure d’appel de la FFF a notamment décidé lundi d’alourdir la sanction d’Anthony Lopes, qui avait frappé un intendant de l’OM à l’issue de la rencontre entre les deux clubs, le 18 mars dernier, et se retrouve finalement suspendu cinq rencontres au lieu de trois, le club rhodanien dénonce dans un communiqué cette décision qui « donne satisfaction à l’Olympique de Marseille. »

« L’Olympique Lyonnais rappelle que le président Jean-Michel Aulas avait décidé de ne pas venir défendre son club en Commission d’appel car il estimait que ce n’était pas compatible avec sa présence au comex de la FFF et il s’étonne que le président Jacques-Henri Eyraud ait pu librement critiquer la Commission de discipline de la LFP dont il est pourtant administrateur en mettant en doute son indépendance au travers d’expressions douteuses », peut-on lire ensuite.

Aulas n’oublie pas Eyraud et Garcia

S’il « prend acte » de cette décision, l’OL regrette « l’iniquité de traitement concernant notamment les faits reprochés à Mouctar Diakhaby par rapport au comportement de Lucas Ocampos et au geste de brutalité de Steve Mandada (Mandanda, ndlr) », mais aussi, donc, les sanctions qui touchent Marcelo, Mouctar Diakhaby (un match ferme) et Lopes, le « gardien international champion d’Europe. »

Un communiqué au vitriol où Jean-Michel Aulas « s’interroge enfin sur le manque de réaction de la Commission d’éthique face aux critiques du président Jacques-Henri Eyraud et de l’entraîneur Rudi Garcia sur l’indépendance de la Commission de discipline de la LFP comme sur le corps arbitral qui favoriserait l’Olympique Lyonnais. » Avant de souligner, en conclusion, « la volonté d’apaisement de l’Olympique Lyonnais », qui n’était pas forcément évidente de prime abord…