Haiti – black out: Le DG de l’EDH se décerne un «satisfecit»

Lundi lors d’un point de presse, l’ing. Hervé Pierre-Louis Directeur Général de l’Électricité d’Haïti (EDH) a dressé un bilan positif de ses actions à la tête de cette institution.
Image associée
Concernant le fonctionnement de l’EDH, Hervé Pierre-Louis a souligné que la compagnie connaissait « une augmentation considérable en matière de recouvrement » précisant que dans le seul département de l’Ouest, l’EDH avait collecté 313 millions de Gourdes en février 2018 contre 276 millions de gourdes en février 2017. Pour le mois d’avril 2018, la compagnie a collecté 443 millions de Gourdes de recettes contre 279 millions pour la même période en 2017.

Il a expliqué que ces résultats « ont été est rendue possible grâce aux efforts des équipes de l’EDH qui ne cessent d’inciter la clientèle (grande et petite) à s’acquitter de leur facture dans les délais sous peine d’être débranchés » Affirmant que les clients qui refusent de régler leur bordereau seront bientôt prévenu à travers une campagne de communication.

Le Directeur Hervé Pierre-Louis a indiqué qu’actuellement l’EDH s’activait à renforcer sa capacité de production au niveau de la Centrale Hydroélectrique de Péligreassurant « D’ici le début du mois de juin, pour la Coupe du Monde de Football, la capacité de production de l’EDH passera de 115 à plus de 130 mégawatts. »

Par ailleurs, concernant l’attaque à l’arme lourde du siège central de l’EDH dans la nuit du 10 au 11 mai 2018 Hervé Pierre-Louis a donné la garantie que l’EDH ne faillira pas à sa mission en dépit des intimidations rappelant que la Direction Centrale de la Police Judiciaire a été saisie de la question et une enquête est en cours afin d’appréhender les auteurs de cet attaque.

Publicités

Haiti: Nouveau renfort militaire à la frontière dominicaine

Dimanche lors d’une visite surprise à la frontière, le Président dominicain Danilo Medina a déclaré que le Gouvernement entendait appliquer pleinement la loi dominicaine sur la frontière et ordonné aux forces armées d’ajouter 900 soldats pour renforcer notamment les patrouilles côtières dans la zone entre Manzanillo et Puerto Plata, ainsi qu’à Pedernales et Barahona.

Résultats de recherche d'images pour « republique dominicaine l'armée »

Avec ces nouveaux renforts et après ceux déjà déployés en mars dernier  , le nombre de militaires déployés atteint maintenant 6,300 auxquels s’ajoutent les hommes du Corps spécialisé de sécurité frontalière terrestre (CESFRONT) et les unités de la marines et de l’armée de l’air ainsi que les effectifs du renseignement et de la migration (DGM)

En outre, le Président Médina a ordonné l’ajout de 50 nouveaux véhicules tout terrain et de 3 hélicoptères, afin de contrer la pénétration des haïtiens clandestins et de protéger la sécurité et la souveraineté du territoire dominicain tout le long de la frontière.

« Nous coordonnerons toutes les institutions travaillant à la frontière: brigades de l’armée, de la marine, de l’armée de l’air, du Corps spécialisé de sécurité frontalière terrestre (CESFRONT) et de la Direction Générale des Migrations (DGM), afin qu’elles puissent appliquer la loi dominicaine sur la frontière » a indiqué Medina, précisant que le gouvernement recentrera les points où le plus grand nombre d’haïtiens circulent, comme à Azua et Jicomé.

Par ailleurs il a indiqué qu’une flottille de drones supplémentaires sera déployée à la frontière, 30 officiers ayant été formés spécialement à leur utilisation. Rappelant que depuis deux mois que les drones déjà déployés effectuent des missions, ils ont largement prouvé leur grande efficacité »

Par ailleurs, une Commission de haut niveau du gouvernement, devrai remettre dans quelques jours une liste de programmes et d’actions à mettre en œuvre pour le développement économique de la frontière, qui comprend la création d’entreprises génératrices d’emplois et éviter une réduction de la présence dominicaine dans les provinces frontalières.

Haiti: Assemblée nationale : la belle sor Joseph Lambert

A la première session ordinaire de l’année législative 2018 qui consacre le départ e
des députés, le président de l’Assemblée nationale, Joseph Lambert a touché du do
qui fâchent et qui défraient la chronique ces jours-ci. Fidèle à lui-même, Joseph La
connu pour sa franchise habituelle, a tancé d’abord ses collègues sur la nécessité d
leur « honorabilité » en les exhortant pour y parvenir à prendre sur eux le temps d
sans faille leurs tâches.

article source: juno7.ht

Résultats de recherche d'images pour « Assemblée nationale : la belle sor Joseph Lambert »
Le sénateur du Sud-Est a ensuite étalé un à un les points sur lesquels les parlemen
doivent agir. « Il est temps de doter le pays de son conseil électoral permanent dan
perspective des élections d’octobre 2019 qui sont censées renouveler un tiers du S
République et l’intégralité de la Chambre des députés » a déclaré Joseph Lambert.
sera un grand déæ parce que c’est pour la première fois en 15 ans que les Haïtiens
vont assurer le transport du matériel sensible vers le Centre de tabulation des vote
La relève doit être assurée, a insisté le président du Sénat. Joseph Lambert en appe
conscience et à la perspicacité » de ses pairs, réunis en Assemblée nationale, pour
des frictions interpersonnelles ou intergroupes, la décision de concrétiser ce presc
Constitution soit arrêtée aæn de tourner enæn la page du conseil électoral provisoi
l’organisation des joutes électorales en Haïti.
En homme d’Etat responsable, le sénateur Joseph Lambert se positionne pour une
ne défavorise ni l’Etat ni la population dans le dossier de l’augmentation du prix d
pétroliers : « Nous sommes des représentants du peuple, nous devons en toute circ
assumer les préoccupations dans un geste de solidarité et une démarche d’empath
n’ignore pas, tout de même, les limitations et les contraintes auxquelles fait face l
gestion saine et sereine de la Chose publique. »
Il a enæn appelé les acteurs, syndicats de transports et l’Etat, au dialogue et à la co
citoyenne. Joseph Lambert a néanmoins rappelé que l’Etat doit gérer en toute tran
honnêteté les deniers publics aæn qu’il ne laisse aucune suspicion sur l’utilisation
ressources ænancières durement collectées, comme il est advenu du dossier PetroC
suscité tant de débats aussi bien au niveau national qu’international.

Haiti- Insécurité : Braquage à Cabaret, morts et plusieurs blessés

Image associéeUn groupe d’individus en cagoule, lourdement armé, a réalisé hier lundi 14 Mai un
très musclée à cabaret. Cette opération menée aux environs de 3 heures de l’après
ciblé un groupe de cambistes qui s’installait comme d’habitude non loin du march
et du tribunal de paix de Cabaret. L’un d’entre eux a été descendu par les braqueur
Alors que les gens vaquaient normalement à leurs activités, les assaillants qui se
trouvaient à bord d’un pickup ont ouvert le feu à bout portant et emporté tout l’ar
cambistes. Au moins trois personnes sont mortes sur place et des dizaines de bless
enregistrés dont le prêtre Reynold Joseph, curé de la paroisse Sainte-Anne et Joach
Boccozell (bas de l’Artibonite), atteint de deux projectiles à la hanche.
Les policiers affectés au commissariat de Cabaret qui était appelés à la rescousse n
pas prendre le contrôle de la situation. Ils ont vite demandé renfort auprès de l’UD
bandits et les agents de police s’étaient engagés dans un sérieux échange de tirs. C
une panique au sein de la population. Les assaillants ont malheureusement eu le t
prendre la fuite

Haiti: La justice haïtienne de poursuivre les journalistes qui la parole aux bandits

Le nouveau garde des Sceaux de la république, dans une correspondance adr
semaine aux deux principales associations de medias nationales et celles de
journalistes haïtiens, interdit aux professionnels de la presse d’accorder la p
bandits. Une telle pratique constitue une menace pour la stabilité de l’Etat,
il. Jean-Roudy Aly a aussi saisi l’opportunité pour rafraîchir la mémoire des
sur le rôle important que les organes de presse ainsi que les journalistes dev
jouer dans la lutte contre la criminalité.

Résultats de recherche d'images pour « bandi gran ravin »
À peine entré en fonctions, le ministre de la Justice et de la sécurité publique, Jean
s’en prend déjà aux journalistes haïtiens qu’il reproche d’entrée de jeu de complic
reçoivent par téléphone dans leurs émissions à libre tribune des présumés bandits
par la police. Une pratique qui pour lui, est une dérive professionnelle proætable Cette interdiction si elle n’est pas respectée, peut être suivie de poursuites judicia
ministre. En ce sens, il informe que les commissaires du gouvernement au niveau
juridictions du pays ont été instruits de rechercher à la fois les auteurs et les comp
faits délictueux. Donc, les journalistes n’en sont pas du tout exempts
La nouvelle est mal accueillie dans le secteur médiatique haïtien. Ils sont légion ce
journalistes qui crient au scandale après avoir lu cette correspondance. Beaucoup
craignent une sorte de musellement de la part du régime « Tèt Kale »