Rabiot prend une gifle. Pas de Coupe du monde

 On est en droit de pousser l’analyse un peu plus loin, et de ne pas croire sur parole le sélectionneur…

 Adrien Rabiot est laissé de côté. (Reuters)

L’histoire d’Adrien Rabiot avec l’équipe de France peine toujours à prendre son envol. Même si Didier Deschamps nie tout problème de comportement, tout le monde y pense illico au moment d’analyser son absence de la liste des 23 Bleus retenus pour la Coupe du monde 2018. Et on connaît tous « DD »: ce n’est pas pour un éventuel avenir que le sélectionneur chercherait à piquer au vif le jeune milieu de terrain parisien (23 ans), quand bien même on pourrait l’espérer. C’est bien pour un problème de vie de groupe en Russie.

« Il y a un critère sportif qui est là, a assuré Didier Deschamps en conférence de presse. Ses performances en équipe de France ne sont pas du tout du même niveau que celles qu’il a eues avec le PSG. Sa concurrence, c’est Corentin Tolisso, Paul Pogba et Blaise Matuidi, ils sont tous dans le même registre. » Si on place les deux derniers au-dessus du lot, il y a donc eu match avec Tolisso. Et en cas de doute par rapport au potentiel, et même si le Parisien lui paraissait légèrement au-dessus, le patron privilégiera toujours celui qui ne fera pas de vagues.

L’Allemagne a peut-être refroidi Didier Deschamps

Sur le dernier poste du milieu, Didier Deschamps estime donc que la sentinelle ne concernait pas Adrien Rabiot: « J’ai pris l’option Steven N’Zonzi, plus proche du registre de N’Golo Kanté. Je l’ai déjà pris, il a été intéressant. C’est un problème d’utilisation et de poste. » Pourtant, le joueur du Paris Saint-Germain présentait aussi cette possibilité d’être employé à deux endroits, puisqu’il est aussi capable d’évoluer en n°6. Mais on connaît toutes ses humeurs (négatives) dès lors qu’il s’agit de s’y mettre…

L’expérience du match amical en Allemagne, au mois de novembre (2-2), a peut-être refroidi Didier Deschamps. Placé justement en sentinelle, Adrien Rabiot avait perdu le ballon sur le but du 1-1, d’une manière désinvolte qui aurait particulièrement agacé son coach (selon RMC, à l’époque). Et en parlant de refroidir, on se souvient tous de cette explication du joueur quant à son non-match en Bulgarie, en septembre (victoire 1-0 en éliminatoires): « C’était assez dur parce qu’il faisait froid, je n’étais pas chaud. J’avais aussi la peur de me blesser. » Alexandre Lacazette, constamment zappé par Didier Deschamps à cause d’un mauvais comportement à la base (pour lui, c’était en 2013), l’accueille dans son club. Celui des simples suppléants.

Publicités

Auteur : 24hmagazine

Unique Magazine numérique en Haiti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s