Si le Real Madrid se cherche un nouvel entraîneur depuis un peu plus de 24 heures, Chelsea a débuté sa quête depuis plus longtemps encore.

Chelsea tente de convaincre Zidane…

Mais les Blues n’ont pas encore trouvé chaussure à leur pied, et se verraient bien profiter du départ surprise de Zinedine Zidane pour tenter d’attirer le Français sur les bords de la Tamise.

Zinedine Zidane

Du côté de Stamford Bridge, on continue de jouer au poker menteur… La direction de Chelsea refuse en effet d’évoquer la possibilité qu’Antonio Conte soit poussé vers la sortie, et de son côté, le technicien transalpin assure qu’un départ n’est pas à l’ordre du jour. Pourtant, tout porte à croire que les deux parties vont se séparer durant l’intersaison, la collaboration semblant devenue trop conflictuelle. Mais le mystère reste entier autour de l’avenir de l’ancien sélectionneur de l’Italie comme concernant l’identité de son successeur sur le banc de touche des Blues.

Ces dernières heures, le profil de Laurent Blanc a semblé prendre plus d’épaisseur, la faute aux candidats potentiels finalement assez restreints. D’autant que celui qui était le grandissime favori au moment d’assurer la réception du témoin, est précédé de quelques casseroles. En effet, Maurizio Sarri avait défrayé la chronique en mars dernier, répondant à une journaliste qui lui avait posé une question sur le Scudetto: « Vous êtes une femme, plutôt jolie, donc je ne vais pas vous dire d’aller vous faire f… »  Et il y a deux ans, celui qui a été remplacé par Carlo Ancelotti à Naples avait aussi traité Roberto Mancini, alors en place à l’Inter Milan, de « pédé« .

Tout cela mis bout à bout aurait considérablement refroidi les ardeurs d’un Roman Abramovich à qui The Sun prête l’intention, ou plutôt le fol espoir, de faire venir Zinedine Zidane. Le technicien français, dont la cote est au plus haut sur le marché, se retrouve libre à la surprise générale. Et Chelsea aurait aimé profiter de la situation en faisant venir le champion du monde 1998 avec les Bleus. Mais ce souhait serait plutôt une illusion, voire même une utopie, car le triple champion d’Europe compte bien goûter pendant une saison au moins à un repos bien mérité. Et ce n’est a priori pas Chelsea qui le fera changer d’avis…

 

Publicités

Zinedine Zidane / Pochettino est prêt à écouter le Real Madrid.

La place laissée vacante par Zinedine Zidane était encore chaude que déjà Mauricio Pochettino était annoncé par la presse espagnole comme le candidat numéro 1 du Real Madrid. Le technicien argentin a accepté d’évoquer cette éventualité, tout en se montrant très précautionneux.

 Mauricio Pochettino

On sait le Real Madrid dans l’embarras… Comment réussir à faire oublier Zinedine Zidane, qui a choisi de démissionner de ses fonctions d’entraîneur de l’équipe première après avoir notamment remporté la Liga et trois éditions de la Ligue des champions ? Pour le successeur du technicien français, la mission sera particulièrement périlleuse, et il faudra que celui-ci accepte de vivre pendant quelques temps avec la difficile comparaison, sans compter que le vestiaire vouait une vraie admiration et un profond respect à l’ancien meneur de jeu de la Maison blanche.

Le challenge sera donc délicat à relever, mais les prétendants ne manquent pas. Néanmoins, un nom s’est très rapidement tiré de la mêlée des remplaçants potentiels, celui de Mauricio Pochettino. Il y a plusieurs mois déjà, le manager de Tottenham était cité comme le favori de Florentino Pérez lorsque l’heure viendrait de voir partir Zinedine Zidane. Le président des Merengues n’a donc visiblement pas changé son fusil d’épaule… Toutefois, rien n’indique en l’état que l’Argentin sera bel et bien le futur coach du Real Madrid à l’horizon 2018-2019. « Je suis très bien à Tottenham, car les dirigeants me laissent travailler et nous progressons ensemble, a répondu Pochettino, contacté ce vendredi par El Confidencial. Je veux rester concentré sur la préparation de la saison prochaine. Et s’il y a beaucoup de rumeurs, je vous assure que j’ai eu aucune nouvelle du Real Madrid« .

Pas intéressé l’ancien défenseur du Paris Saint-Germain ou de l’Espanyol de Barcelone ? Pas si sûr… « Quand le Real Madrid vous appelle, vous devez écouter« , concède-t-il finalement. Des propos qui font en quelque sorte écho à ceux de mai dernier lorsque, interrogé sur son avenir, l’intéressé avait clamé: « J’ai trois ans de contrat. Mais dans le football, tout peut arriver, personne n’est sûr de son job. Aujourd’hui, je suis ici à 100%. Demain, je ne sais pas ce qui arrivera« . Ou l’art de rester dans le politiquement correct pour ne froisser ni son actuel employeur, ni son potentiel prétendant…

Contrairement à certains autres grands espoirs du centre de formation, Timothy Weah n’a pas l’intention de quitter le PSG.

Weah, lui, veut rester au PSG

Tous les jeunes du PSG ne veulent pas s’en aller. Certains s’accrochent encore à leur rêve de percer en équipe première, à l’image de Timothy Weah. Contrairement à Claudio Gomes, qui a déjà signé à Manchester City, Yacine Adli, en partance pour Arsenal, et Stanley N’Soki, qui pourrait lui aussi tenter sa chance ailleurs, le jeune attaquant américain (18 ans) n’a pas la bougeotte et croit en ses chances de se faire une place dans le groupe désormais entraîné par Thomas Tuchel.

« C’est un club, un groupe de joueurs et staff incroyables. J’apprends énormément en jouant chaque jour à leur côté à un si jeune âge et j’évolue vraiment de la manière espérée, a confié au site The42 celui qui vient d’inscrire son premier but avec les Etats-Unis. Je vois vraiment mon jeu se développer et je suis très heureux à Paris. Je veux y rester et apprendre, en espérant avoir du temps de jeu. » Les 120 minutes auxquelles il a eu droit cette saison sous les ordres d’Unai Emery sont, pour lui, un bon début.

Image associée

Sa première titularisation, le fils de « Mister George » l’a honorée le 19 mai dernier contre Caen (0-0), après être entré en jeu à Troyes (0-2) pour son baptême en Ligue 1, et devant Metz (5-0). De quoi lui donner de l’espoir pour la suite. « Je pense qu’un prêt serait un peu trop tôt, a-t-il assuré. Je veux rester avec eux, avoir plus de minutes et peut-être qu’en milieu ou en fin de saison, je partirai en prêt. Qui sait ? C’est le choix du coach. Quand je le verrai, on discutera sans doute de ça et de mon avenir. »

Messi transformé pour le Mondial ?

Nous sommes à la maison« , s’est réjoui Lionel Messi, jeudi soir, alors que la sélection argentine a posé ses valises à Barcelone. Les hommes de Jorge Sampaoli profiteront des installations de la Ciutat Esportiva Joan Gamper afin de poursuivre leur préparation à la Coupe du monde 2018 en Russie. Après un succès facile devant Haïti (4-0), mercredi à Buenos Aires, le 2e match de préparation se tiendra en Israël, samedi prochain.

Lionel Messi avec l'Argentine.

Dans son confort catalan, « La Pulga » pourra poursuivre son programme personnalisé. Afin d’aborder le Mondial dans les meilleures dispositions, après une saison à 54 matches (45 buts, 18 passes décisives), le prodige argentin de 30 ans suit une méthode particulière pour renforcer certaines parties de son corps. Messi pratique le kick-boxing en plus de longues sessions de physiothérapie. Le dribbleur gaucher s’était déjà renforcé physiquement en faisant de la boxe en 2014. Cette fois-ci, on lui a aussi conseillé de réduire le nombre de longues courses sur le terrain afin d’être plus dangereux près du but.

L’Albiceleste, décevante durant les éliminatoires et qualifiée in extremis, aura le temps de monter en puissance en Russie. Les Argentins ont en effet hérité d’un groupe facile avec des rencontres contre l’Islande, la Croatie et le Nigeria au calendrier. Outre sa condition physique, Lionel Messi aura peut-être l’occasion de trouver les bons automatismes avec Paulo Dybala, resté néanmoins sur le banc lors du premier match de préparation.