Après de longs mois de négociations, Samuel Umtiti va bien prolonger au FC Barcelone

Samuel Umtiti s’inscrit dans la durée au FC Barcelone. Après sa seconde saison de grande qualité au FC Barcelone, lui qui était arrivé sur la pointe des pieds en 2016 pour 25 millions d’euros, le défenseur central de 24 ans va bien prolonger avec les Blaugranas. Lundi, il quittera le rassemblement de l’équipe de France pour retrouver le Camp Nou et signer un contrat de cinq ans. Sa clause libératoire serait désormais de 500 millions d’euros, selon Mundo Deportivo.

Samuel Umtiti jusqu'en 2023.

Effectivement, les négociations entre les deux parties n’ont pas traîné en longueur pour rien. Umtiti fait autant l’unanimité aux côtés de Gerard Piqué que dans le vestiaire barcelonais et réclamait légitimement une importante revalorisation salariale. Depuis deux ans, il n’émargeait qu’à 3 millions d’euros annuels, soit autant que certains remplaçants de l’effectif et beaucoup moins que les dernières recrues Ousmane Dembélé et Philippe Coutinho (plus de 10 millions par an).

Sans surprise, la presse espagnole a un temps envoyé le natif de Yaoundé à Manchester United et même au Real Madrid, alors que la clause libératoire de l’ancien Lyonnais n’était que de 60 millions d’euros. Umtiti a affiché sa volonté de poursuivre au Barça et ses dirigeants l’ont logiquement satisfait financièrement sans manquer de décupler ou presque la clause de départ, de manière à repousser d’éventuels clubs intéressés à l’avenir.

Publicités

Un Brésil déjà Neymar-dépendant ?

S’il vous plaît, ne créez pas déjà trop d’attentes autour de lui, après ce qu’il a fait aujourd’hui. » Contrairement aux observateurs, qui ont attendu 98 jours avant de revoir Neymar à l’œuvre, Tite ne veut pas s’enflammer après le retour, pourtant réussi, de l’attaquant du PSG. Absent depuis plus de trois mois en raison d’une fracture au cinquième métatarsien du pied droit contractée avec le club de la capitale, la star auriverde a fait sensation contre la Croatie, dimanche à Anfield, lors du premier match de préparation à la Coupe du monde 2018 de la Seleçao.

articlee source: Sports.fr

A deux semaines de leur entrée en lice, contre la Suisse dans le groupe E (le 17 juin), les Brésiliens l’ont emporté 2-0 et c’est « Ney » qui, entré en jeu à la mi-temps à la place de Fernandinho, a débloqué la situation en se faufilant dans la défense adverse (68e). « Pour son match de reprise, il a fait bien mieux que ce à quoi je m’attendais, a reconnu le sélectionneur national. Mais il récupère encore son niveau de forme physique, il aura des hauts et des bas avant qu’il ne retrouve son meilleur niveau, peut-être pour son troisième ou quatrième match. »

« Un talent extraordinaire »

Une manière de calmer les médias, mais aussi les supporters pour qui la cicatrice du 7-1 subi face à l’Allemagne, en demi-finales du précédent Mondial, n’est pas complètement refermée. « J’aurais été satisfait avec une performance plus timide de sa part, a ajouté Tite, à la tête d’une équipe qui n’a plus perdu depuis un an. Ce qu’il a fait était incroyable, Neymar a un talent individuel extraordinaire. Mais le but qu’il a inscrit vient d’un mouvement collectif, d’une construction qui implique toute l’équipe. Il a conscience de ce que ses coéquipiers lui apportent. »

Pour lui, pas question de parler de Neymar-dépendance, d’autant que c’est Roberto Firmino qui a ponctué le score dans le temps additionnel (90e+3). « En termes de buts, la responsabilité ne repose seulement sur ses épaules, a-t-il ainsi expliqué. Il doit simplement continuer à travailler dur, comme il le fait, se mettre au service du collectif et garder en tête que l’équipe est la priorité. » La Seleçao aura un deuxième test à passer avant de s’envoler pour la Russie, le week-end prochain face à l’Autriche. Une rencontre que Neymar pourrait cette fois débuter.

Neymar: l’échange qui sème le trouble

La Coupe du monde se profile pour la Seleçao. Et pour son premier galop d’essai avant ses grands débuts en Russie face à la Suisse, le 16 juin prochain, le Brésil a pu compter sur Neymar contre la Croatie (2-0). Sur le flanc depuis plus de trois mois et sa blessure au genou face à l’Olympique de Marseille, le capitaine brésilien a en effet soigné son grand retour, inscrivant un but spectaculaire en plus de se montrer à son aise aux avant-postes.

De quoi faire quelque peu passer au second plan les incessantes rumeurs de transfert à son sujet. « À chaque mercato c’est comme ça, la presse annonce des choses. Mais ce n’est pas le moment pour moi d’en parler. Et mon objectif maintenant c’est la Coupe du monde, ce n’est pas de parler des transferts. J’entends ça à chaque période de transferts, ça devient un peu pénible… », avait-il lancé le week-end dernier après une énième question sur le supposé intérêt du Real Madrid.

Mais force est de constater que l’attaquant parisien ne fait rien pour faire taire ces rumeurs. Dimanche, dans les entrailles d’Anfield Road, l’ancien Barcelonais a en effet choisi d’échanger son maillot, dédicacé, avec Luka Modric, le métronome du Real Madrid. Et le Croate n’a pas laissé passer l’occasion. « Nous t’attendons », lui a-t-il lancé sous les objectifs de la télévision brésilienne. De quoi évidemment relancer la machine à rumeurs…

Neymar: ses vérités sur son retour

Un match lui aura suffi pour rassurer son monde. A à peine dix jours du coup d’envoi de la Coupe du monde et plus de trois mois après sa blessure au genou, Neymar a effectué un retour fracassant avec le Brésil. Entré en jeu à la pause, le capitaine de la Seleçao n’a en effet eu besoin que d’une grosse vingtaine de minutes de jeu pour retrouver le chemin des filets et montrer la voie aux siens, les hommes de Tite venant finalement à bout de la Croatie (2-0).

Neymar buteur contre la Croatie.

Décisif, Neymar n’a pas non plus oublié de faire le spectacle puisque pour son premier but depuis février, le n°10 brésilien,  lancé sur le côté gauche de surface, a su faire fi des trois défenseurs sur son dos pour marquer en force d’une frappe imparable sous la transversale. De quoi ravir l’ancien Barcelonais, tout à son bonheur à l’issue de la rencontre. « Ça fait trois mois que je me suis blessé. Revenir et faire ce que j’aime le plus, jouer au football, et en plus marquer un but, c’est une joie immense. Je suis très heureux », a-t-il ainsi savouré.

Et le joueur parisien de faire le point sur son état de forme à deux semaines de l’entrée en lice du Brésil en Russie. « Je ressens encore un peu de gêne, mais c’est normal quand on reste autant de temps sans marcher. Je me sens à 80% de mes capacités », a-t-il assuré. Neymar peut compter sur le staff médical de la Seleçao pour parfaire sa condition physique d’ici les grands débuts des Brésiliens. Un staff, le médecin Rodrigo Lasmar en tête, que le Brésilien n’a pas manqué de saluer après son but en allant leur donner l’accolade. « C’était pour le remercier. Pas seulement Lasmar, mais aussi Rafa et Rica (le physiothérapeute et le préparateur physique, ndlr). Ils ont été 24 heures sur 24 avec moi. Et je veux remercier toutes les personnes qui ont été importantes pour moi », a-t-il expliqué.

Pourquoi Zidane a claqué la porte du Real

Zinédine Zidane a surpris son monde, jeudi, en annonçant son départ du Real Madrid, cinq jours seulement après le nouveau triomphe des Madrilènes en finale de la Ligue des champions et ce alors que le technicien tricolore était encore lié au club merengue jusqu’en 2020. Mais à en croire le premier intéressé, plus que la fatigue évoquée cet hiver, c’est le besoin pour le Real de se renouveler qui l’aurait incité à ne pas poursuivre l’aventure sur le banc de la Maison blanche. « Ce que je pense, c’est que cette équipe doit continuer à gagner et a besoin d’un changement. Après trois ans, elle a besoin d’un autre discours, une autre méthodologie de travail. C’est pour ça que j’ai pris cette décision’, a-t-il ainsi expliqué lors de sa conférence de presse.

Zinedine Zidane

Mais à en croire la presse madrilène, les raisons de ce renoncement seraient ailleurs. Et notamment dans certaines décisions de Florentino Perez qui n’auraient pas été à son goût. D’après AS, le technicien français n’aurait ainsi gère apprécié cet hiver de voir le président madrilène envisager un temps de vendre Cristiano Ronaldo pour complètement rebâtir l’équipe autour d’un Gareth Bale, dont il n’est pas spécialement fan… De la même manière selon Marca, l’ancien champion du monde aurait également peu goûté de voir ses dirigeants tenter de recruter Kepa durant le mercato hivernal alors qu’il serait convaincu qu’avec son fils Luca, le Real possède un grand gardien pour les années à venir.

Plus généralement, c’est l’omnipotence de Florentino Perez dans le domaine des transferts qui aurait poussé Zinédine Zidane à claquer la porte et ce alors que le Real se prépare à un été mouvementé sur le marché des transferts. Lors des derniers mercatos, le président madrilène aurait en effetfait peu de cas des souhaits de son entraîneur, ne le consultant que trop rarement dans le choix des recrues. Un manque de considération qu’il pouvait entendre alors qu’il avait encore tout à prouver dans son costume d’entraîneur mais beaucoup moins après avoir remporté neuf trophées en deux ans et demi…