actualite

Chine : son incroyable percée dans les technologies d’avenir

Fini le temps où l’empire du Milieu se contentait de fabriquer du bas de gamme : il menace désormais les géants de la tech. Après le premier déplacement en Chine du Premier ministre Edouard Philippe, la France s’inspirera-t-elle de certaines des méthodes du géant asiatique ?

Chine : son incroyable percée dans les technologies d'avenirt© wonry/Getty Images Chine : son incroyable percée dans les technologies d’avenirt

Vous détestez faire la queue au supermarché ? Un peu de patience ! Un jour, il vous suffira de hocher la tête en passant devant un terminal de paiement avec votre Caddie et le tour sera joué. Après avoir scanné votre visage et vérifié sa conformité avec la photo de votre carte d’identité, l’appareil débitera automatiquement votre compte. Ce service n’est pas encore disponible chez nous, mais il est déjà testé dans une poignée d’hypers. Au Japon ? En Corée du Sud ? Dans la Silicon Valley ? Eh non, au pays de Mao ! Ce sont en effet les chercheurs du géant chinois de l’e-commerce Alibaba qui l’ont conçu. Tout n’est pas encore au point : pour le moment, une double vérification (il faut entrer son numéro de téléphone pour confirmer son identité) est demandée par l’Etat, ce qui ralentit le processus. Mais les clients apprécient beaucoup, paraît-il, ce nouveau service.

Si vous vous êtes arrêté à l’épisode où l’empire du Milieu était une simple nation tournevis inondant la planète de gadgets en plastique et dupliquant à l’infini les inventions issues des laboratoires de recherche occidentaux, vous allez être surpris. Car Alibaba est loin d’être la seule firme chinoise à faire des étincelles avec ses scientifiques. Des milliers d’autres entreprises locales se sont lancées dans une course folle à la technologie. Et, comme toujours dans ce pays hors normes, elles voient les choses en grand. Drones, ordinateurs, véhicules électriques, robots, applis de smartphones, avions, satellites… leurs bureaux d’études labourent tous les terrains. Avis à ceux qui pensent qu’il en faudrait plus pour ébranler nos totems Airbus et Boeing : « D’ici quelques années, la Chine sera en mesure de commercialiser son premier avion », prévient Capucine Fargier, spécialiste de l’aérospatial au sein du cabinet Inter Action Consultants.

900% de hausse pour les dépenses de R&D

Un chiffre suffit à prendre la mesure de la révolution en cours au pays des baguettes : en dix ans, les dépenses de R&D y ont augmenté de 900% et elles devraient atteindre les 400 milliards de dollars en 2020. « C’est vertigineux ! », confirme Antoine Mynard, directeur du bureau du CNRS à Pékin. Les grandes revues scientifiques mondiales sont désormais remplies d’études rédigées par des chercheurs chinois, et la liste des inventions et des avancées scientifiques made in China ne cesse de s’allonger. Selon l’OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle), le pays occupe désormais le deuxième rang mondial pour le nombre de brevets déposés, juste derrière les Etats-Unis, mais devant le Japon. Si la patrie de Xi Jinping continue à ce rythme-là, elle devrait carrément ravir la médaille d’or aux Etats-Unis d’ici trois ans. « Avant on regardait en direction de la Silicon Valley, maintenant nous avons les yeux rivés sur la Chine : elle est passée de suiveuse à leader », confirme Thomas Serval, fondateur de Baracoda, un groupe industriel français concevant des objets connectés.

Les chinois sont, par exemple, particulièrement bien placés dans la course à l’intelligence artificielle (c’est-à-dire l’ensemble des techniques qui permettent à des machines d’imiter les processus cognitifs des êtres humains), qui, après la machine à vapeur, l’électricité ou l’informatique, sera très certainement le moteur de la prochaine révolution industrielle. Et pour cause ! Le gouvernement a mis 13 milliards d’euros sur la table depuis 2016 pour booster ce secteur et a dégainé un plan inspiré de celui des Américains l’an dernier. Résultat : la moitié des investissements mondiaux dans cette technologie ont été réalisés entre Pékin, Shanghai et Canton ! « Cet été, lors de la conférence mondiale de l’IA à Melbourne, un tiers des communications étaient faites par les laboratoires chinois », observe Bertrand Braunschweig, directeur du centre de recherche Inria-Saclay. Le pays a même sa « Silicon Valley », à Zhongguancun, un quartier de Pékin.

L’État a lancé le plan « Made in China 2025 »

Mais comment diable la nation la plus peuplée du monde a-t-elle fait pour se transformer aussi vite en un géant de la tech ? D’abord, l’Etat y mène une action incroyablement volontariste. « Le gouvernement veut clairement prendre le leadership sur tous ces nouveaux secteurs », observe Chunyan Li, fondatrice de Feida, une société de conseil sur les affaires franco-chinoises. Concurrencé sur son positionnement d’usine du monde par des pays encore plus low-cost, le géant asiatique a en effet choisi de suivre l’exemple de ses voisins japonais et coréens, convertis depuis longtemps à l’industrie sophistiquée. « L’Etat a une emprise très forte sur la sphère économique, rappelle Simon Robert, responsable du Hub à la BPI et spécialiste de la Chine. Une fois la décision prise, il lui suffit de lancer un nouveau plan quinquennal pour réorienter complètement son économie. »

Après avoir mis le paquet sur les activités de recherche, développé à grande échelle la formation de ses ingénieurs, incité les cerveaux partis à l’étranger à revenir au pays et arrosé les entreprises pour qu’elles rachètent des pépites technologiques, les autorités ont accéléré la cadence en 2015 avec le lancement du plan « Made in China 2025 ». Objectif : hâter l’automatisation des usines et développer des secteurs stratégiques pour se sevrer de la dépendance aux technologies étrangères.

E-commerce, smartphones… des entreprises chinoises puissantes

Deuxième raison de la fantastique percée chinoise : le pays dispose d’un tissu industriel extrêmement puissant, dynamique et doté de capacités financières considérables. A commencer par ses géants du Web, les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi), les équivalents chinois des Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Contrairement à ceux de l’Union européenne, les dirigeants chinois ont en effet choisi de bloquer une partie des plates-formes américaines à la frontière, ce qui a permis de faire émerger des entreprises locales, capables d’investir beaucoup d’argent dans les technologies du futur grâce à leur montagne de cash. Comme leurs homologues américains, ces dernières sont à l’affût dans tous les domaines. Exemple avec Alibaba, l’Amazon chinois : « L’activité principale du groupe reste bien sûr l’e-commerce, mais l’entreprise a élargi son champ au paiement, au “new retail” (le nouveau commerce, NDLR), à la logistique, au cloud, à la “smart city” ou au véhicule autonome », détaille Jean-Cyrille Girardin, responsable des partenariats stratégiques d’Alipay (la solution de paiement du groupe) en Europe.

Le conglomérat Huawei symbolise lui aussi parfaitement cet incroyable dynamisme des sociétés chinoises. Avec ZTE (Chine), Intel (Etats-Unis) et Mitsubishi (Japon), c’est l’une des quatre entreprises qui ont déposé le plus de brevets l’an dernier. Non content de s’être imposé comme le troisième vendeur de mobiles, ce champion des télécoms s’est lancé dans une course à l’innovation contre Samsung et Apple. Et pas pour faire de la figuration ! Au moment où nous écrivions ces lignes, le jeune dragon semblait sur le point de griller la politesse au mastodonte coréen, en étant le premier à mettre en vente des smartphones pliables. Avec la décontraction des challengers, le groupe se payait dans la foulée le luxe d’annoncer qu’il allait créer le premier assistant intelligent capable d’empathie…

Une population friande de high-tech

Aux côtés de ces géants, l’empire du Milieu fourmille de start-up et réunit près du tiers des licornes (de jeunes pousses valorisées à plus de 1 milliard de dollars, NDLR) mondiales. L’une d’entre elles, SenseTime, spécialisée dans l’intelligence artificielle pour la reconnaissance faciale, vient de lever près de 600 millions de dollars ! La croissance de ces pépites technologiques est extrêmement rapide : selon un rapport du Boston Consulting Group, les jeunes pousses chinoises n’auraient besoin que de quatre ans en moyenne pour se transformer en licornes, contre sept aux Etats-Unis. « Un de mes clients a voulu lancer là-bas un business dans la robotique, raconte Bertrand Dufour, associé chez RSM. Quand il a vu les fonds dont disposaient des start-up locales concurrentes et leur taille, il a plié bagage ! »

Un état volontaire, des entreprises géantes gonflées de cash, un incroyable tissu de start-up… Et un dernier acteur pour assurer le succès : la population. En plus d’être nombreux (1,4 milliard), de constituer un marché gigantesque et d’être très bien formés, les Chinois sont en effet particulièrement friands de nouvelles technologies. Alors qu’en France nous avons encore du mal avec le paiement sans contact, ils sont, par exemple, déjà en train de se convertir massivement à celui par mobile. Au point d’avoir quasiment évincé le cash de leur pays. « En Chine, la population est passée à ce qu’il y a de plus innovant en sautant l’étape de la carte de crédit », souligne Chunyan Li. « De plus, ce sont les jeunes, plus portés sur l’achat de nouvelles technologies, qui ont de l’argent là-bas, et non les plus âgés comme en Occident », rappelle David Baverez, essayiste et investisseur basé à Hong Kong.

Reste une dernière explication à la formidable avancée des Chinois dans les technologies de demain : leur conception de l’éthique et des droits individuels est un peu différente de la nôtre. Alors qu’en France le principe de précaution bloque un certain nombre d’expérimentations, eux ne font pas dans la dentelle. Un enfant vient ainsi de naître là-bas… quatre ans après la mort de ses parents ! En matière d’intelligence artificielle, la combinaison d’un Etat autoritaire, d’entreprises disposant de données en abondance et d’une population guère pointilleuse sur le respect de la vie privée permet à la Chine d’avancer à pas de géants… Les autorités de Pékin sont, par exemple, en train de lancer un système de contrôle généralisé (les citoyens se verront attribuer une note en fonction de leurs actes passés qui conditionnera certains de leurs droits) via la vidéosurveillance et les technologies du big data, et personne ne s’en offusque !

La France peut-elle résister ?

Face à cette machine incroyablement huilée, la France paraît bien démunie. Elle cumule tellement de tares… Nous sommes un petit pays en termes de population, dans lequel les Gafam sont déjà les maîtres (dans les plates-formes technologiques, le gagnant rafle en général toute la mise). De plus, malgré les progrès accomplis, nous ne sommes pas encore une vraie nation « pro-business ». Enfin, avec un plan sur l’intelligence artificielle tout juste sorti des cartons, nous sommes plutôt en retard. « Nos dirigeants manquent clairement de capacité à se projeter dans l’avenir, contrairement aux Chinois », regrette Olivier Ezratty, consultant spécialisé dans les stratégies d’innovation, et en particulier dans l’IA. Enfin, certains experts craignent qu’avec la mise en place du RGPD (règlement général sur la protection des données) les pays de l’Union européenne ne se tirent une balle dans le pied. « Les Gafam vont pouvoir s’adapter facilement, tandis que nos start-up en souffriront », estime Olivier Ezratty.

Faut-il pour autant se résigner à n’avoir qu’un avenir de Disneyland pour touristes américains et… chinois ? Pas forcément. D’abord parce que, même si la Chine a progressé à pas de géants, elle ne nous a pas encore totalement rattrapés dans certains secteurs. Par exemple, son futur avion Comac C919 reste en grande partie dépendant de technologies étrangères, notamment françaises. De plus, il n’est pas dit que les Etats-Unis laissent Pékin passer à la vitesse supérieure sans réagir. « Ils viennent de se rendre compte de la formidable avancée chinoise en matière de technologie et ils vont tout faire pour la retarder », remarque David Baverez. De fait, la guerre commerciale menée par Donald Trump vise en priorité les secteurs considérés comme clés par le gouvernement chinois.

Et puis, nous avons quand même quelques atouts dans nos manches. Nous disposons encore de fleurons industriels capables de se positionner dans les nouvelles technologies, comme Dassault Systèmes en ce qui concerne les logiciels ou SEB dans les objets connectés. « La France possède une vraie culture d’ingénieur et elle foisonne d’idées, il suffit de regarder son tissu de start-up », ajoute Eric Delgove, spécialiste de la technologie chez Deloitte. En matière d’intelligence artificielle, l’excellence de notre formation est également plus que reconnue. Enfin, il n’est pas dit que la population chinoise accepte encore longtemps sans broncher l’absence de protection sur ses données personnelles : petit à petit, le débat commence en effet à se développer dans l’empire du Milieu… De quoi permettre aux entreprises européennes qui se seraient adaptées à la RGPD de tirer leur épingle du jeu ? Peut-être bien !

Une Chine innovante : la preuve en 11 exemples

Déjà 176 millions de caméras de reconnaissance biométrique. Les start-up de la reconnaissance biométrique peuvent dire merci à l’Etat, qui soutient leur développement et leur permet d’accéder aux données personnelles des Chinois. Parmi leurs champions, SenseTime et Megvii, spécialisés dans la reconnaissance faciale, et iFlytek dans l’identification des voix.

Déjà 81 trillions de yuans dépensés en paiement mobile. Payer en cash ? Pour les Chinois, cette idée est devenue saugrenue. Désormais, le paiement mobile est privilégié, même pour acheter des produits dans la rue. Avec sa solution Alipay, Alibaba est leader du marché, talonné par Tencent, dont l’application multifonction WeChat permet, entre autres, le paiement mobile.

Bientôt 200 milliards de yuans dans les circuits intégrés. La Chine est en train de se positionner pour être un des leaders en ce qui concerne les nouvelles générations de puces, en particulier celles dédiées à l’IA. Parmi ses pépites, citons Cambricon, qui a vendu à Huawei sa technologie pour les puces Kirin 970, ou DeePhi Tech, soutenue par Samsung et Alibaba.

Bientôt un marché de 500 milliards de dollars pour les voitures autonomes. Alors que les expérimentations menées aux Etats-Unis ont été victimes d’un coup de froid après le décès d’une piétonne, écrasée par une voiture autonome, la Chine n’a pas du tout l’intention de freiner ses recherches dans ce secteur stratégique. Fin mars, Baidu, l’équivalent local de Google et l’un des leaders du secteur, a pu effectuer le premier test mondial d’automobile sans conducteur en utilisant la 5G.

Bientôt 200 banques et institutions adopteront la communication quantique. Le système de communication quantique, censé être inviolable, avait été théorisé par des chercheurs occidentaux dans les années 1980 et testé seulement au sol. En lançant un satellite à l’été 2016, la Chine est passée à la vitesse supérieure et s’impose désormais comme le leader mondial dans ce domaine. Cependant, la mise en application commerciale relève surtout, pour le moment, de l’effet d’annonce, car la distance maximale est limitée à 1.200 kilomètres : pour traverser la Chine, il faut donc des points relais, dont la sécurité n’est pas encore absolue.

Déjà 130 milliards investis par an dans la green tech. La Chine est devenue l’un des leaders de la green tech. Elle a également inauguré sa première autoroute solaire, venant ainsi mordre sur les plates-bandes de Colas, qui expérimente une technologie similaire en France. Plus farfelue, une cheminée permettant de purifier l’air a été construite à Xi’an, l’une des villes les plus polluées.

Bientôt 1.000 magasins dans le « new retail ». Après avoir fait de l’e-commerce un réflexe, Alibaba est en train de révolutionner la distribution physique en mêlant les deux. Dans ses magasins Hema, les clients ont le nez sur leur smartphone : ils scannent les produits en rayon, puis les mettent dans leur panier virtuel, paient via leur mobile et se font livrer en quelques minutes !

Déjà 50% des capacités de production des batteries. Trains, scooters, et même… cargos ! En Chine, la mobilité de demain sera électrique. Dans le secteur de l’automobile, la Chine est bien décidée à tirer son épingle du jeu, ce qu’elle n’avait pas réussi à faire auparavant. Le gouvernement mène donc une politique vigoureuse pour imposer ce mode de transport.

Déjà plus de 80% du marché mondial des drones civils. La Chine nous a dépassés dans les drones civils, grâce à son fabricant DJI, qui a taillé des croupières à Parrot. Une de leurs start-up vient même de marquer des points face à Airbus dans le développement des taxis volants autonomes ! En janvier, Ehang a en effet été la première entreprise à en faire voler un en conditions réelles.

Déjà 500 « villes intelligentes » réparties dans tout le pays. A Shenzhen, une gestion intelligente du trafic routier a été mise en place en collaboration avec Huawei. En plus de cela, le géant des télécoms a aidé l’un des districts de la ville à mettre en place un guichet unique pour tous les services administratifs. Ce qui n’est pas une mince avancée dans un pays bureaucratique.

Bientôt 1.650 milliards investis dans la 5G. La bataille stratégique de la 5G s’annonce féroce et l’empire du Milieu a fait du déploiement de ce réseau ultrarapide et de la maîtrise industrielle de ce secteur une priorité, en arrosant notamment d’argent ses équipementiers Huawei et ZTE. On comprend mieux pourquoi les Etats-Unis ont ces deux industriels dans leur viseur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s