nutrition

Cancer du côlon: manger de la viande marinée réduirait le risque

Une étude menée par des chercheurs français de l’Inra montre que le fait de mariner la viande rouge peut réduire le risque de cancer colorectal au lieu de l’élever.

Cancer du côlon : manger de la viande marinée réduirait le risque

Les amateurs de viande rouge vont retrouver le sourire ! D’après des chercheurs de l’Inra, de l’ADIV (Institut technique agroindustriel des filières viande) et du Centre de recherche en nutrition humaine d’Auvergne, le fait de mariner la viande rouge dans des extraits aqueux d’olive et de raisin pourrait réduire son potentiel cancérogène au niveau du côlon. A travers leur recherche, ils ont montré l’intérêt des composés phénoliques aux propriétés antioxydantes, le resveratrol et l’hydroxytyrosol, chez des rats et des souris de laboratoire, pour diminuer la cancérogenèse colorectale et l’oxydation des lipides dans les contenus fécaux. « De la même manière, chez l’homme, cette marinade permet de limiter l’augmentation de l’oxydation des lipides polyinsaturés des contenus fécaux chez des consommateurs volontaires sains, indique l’Inra dans son communiqué de presse. (…) Son effet protecteur persiste lorsque la viande est servie saignante ou cuite à point. »

Le fer de la viande rouge responsable du risque cancérogène

Si cette observation ne remet pas en cause le fait de ne pas manger trop de viande rouge dans la prévention du cancer colorectal – le fer héminique* de la viande oxyde les lipides polyinsaturés alimentaires et ceux des viandes rouges et conduit à la formation de composés délétères pour les cellules épithéliales coliques – elle permet de « proposer des nouveaux modes de transformation (…) en inhibant les réactions catalysées par le fer héminique – une marinade aqueuse avec un profil phénolique adapté, se révélant suffisante » indiquent les auteurs. Classée comme « probablement cancérogène » par l’OMS, la viande rouge ne doit pas être consommée à plus de 500g par semaine.

*Le fer héminique est présent dans l’hémoglobine et dans la myoglobine, c’est-à-dire dans le sang et les muscles de la viande. Celle-ci en contient environ 40 %. Quant au fer non héminique, il se trouve dans tous les autres aliments : végétaux, œufs et produits laitiers.

Publicités

Catégories :nutrition, Sante, Sciences

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s