Actus Football Mondial

Touché au mollet, Edinson Cavani semble ne pas pouvoir être rétabli à temps pour le quart de finale entre la France et l’Uruguay, vendredi.

L’Uruguay retient sous souffle. A deux jours du choc des quarts de finale de la Coupe du monde entre la Celeste et l’équipe de France, tout le pays est suspendu à l’évolution de la blessure au mollet d’Edinson Cavani, touché lors du match des huitièmes de finale face au Portugal. Un match au cours duquel l’attaquant parisien avait inscrit deux buts avant de devoir se résoudre à sortir après «avoir ressenti une pointe au mollet gauche», dixit l’intéressé.

Sitôt l’IRM passée, lundi, la fédération uruguayenne n’avait pas manqué de communiqué sur la blessure de l’ancien Napolitain, indiquant qu’El Matador souffrait d’« un œdème au mollet gauche sans déchirure ». De quoi autoriser l’espoir d’un rétablissement miracle même si la fédération prenait soin de préciser que son attaquant vedette avait « encore mal » et devait « travailler à part ». Accusée par certains de cacher la gravité de la blessure du joueur parisien, la fédération uruguayenne a joué la carte de la transparence, mardi soir, en publiant le compte-rendu du centre médical russe ayant réalisé les examens, allant jusqu’à dévoiler les dimensions du dit œdème, à savoir 48x29x17 mm.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Selección Uruguaya

@Uruguay

Actualización de la información médica sobre el futbolista Edinson Cavani.

Au vu de ces nouvelles informations, la présence d’Edinson Cavani sur la pelouse du Stade de Nijni Novgorod apparait désormais hautement improbable. C’est tout du moins l’avis de Carlos Voituret, l’ancien médecin de la sélection uruguayenne, interrogé par El Pais. A en croire ce spécialiste, l’œdème témoigne d’une « élongation musculaire sans rupture de fibres », induisant « un muscle fatigué et fragilisé ».

S’il s’agit d’« une blessure légère »« elle ne peut être soignée en moins de sept jours »même si « chaque patient réagit différemment ». Surtout « ce type de blessure ne permet pas le recours à une infiltration », seule la physiothérapie permettant de faire disparaître la douleur. Mais dans des délais n’autorisant aucun espoir pour l’attaquant uruguayen. « La blessure pourrait s’aggraver dès la première course », a-t-il ajouté, définitif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s