L’ananas est-il un brûleur de graisse ??

Le vrai du faux sur les pouvoirs amincissants du fruit.

L’ananas a la réputation d’avoir des propriétés « brûle-graisses ». Sur la Toile, de nombreux régimes farfelus ont vu le jour autour de cet ingrédient soi-disant miracle. Parmi ces mythes, l’un voudrait que l’ananas, connu pour contenir de la broméline (enzyme qui aide à digérer les protéines), s’attaque directement aux graisses et soit donc une solution minceur en cas de petits plaisirs non assumés. La légende, donc, raconte que quelques tranches d’ananas inhiberaient un plat du jour un peu trop lourd. D’autres théories, complètement abracadabrantes, promettent également une perte de deux à trois kilos en une semaine grâce au « régime ananas ». Pendant sept jours, la diète prescrit de ne se nourrir que du fruit… Enfin, cette plante xérophyte, originaire d’Amérique du Sud, serait idéale pour combattre la cellulite. La super enzyme broméline ferait disparaître nos bourrelets disgracieux. Si seulement…

Les bienfaits de l’ananas

Si l’ananas est un véritable trésor nutritionnel et que sa richesse en vitamines, en manganèse, en minéraux et en fibres fait de lui un fruit d’exception, à aucun moment il ne fait maigrir. Certes, il favorise la digestion, détoxifie l’organisme et procure la sensation de satiété, mais ce sont ses seuls atouts minceurs. Gorgé d’eau, frais et désaltérant il n’est pas du tout calorique et se consomme sans modération.

Sans modération, vraiment ? Florence Thorez (1), diététicienne et nutritionniste, membre de l’Association française des diététiciens et nutritionnistes (AFDN) nous confie : « Même lorsqu’il s’agit de fruits, tout est une question de proportions. Pour vous donner un ordre de grandeur, une portion correspond approximativement à la taille de notre main et en général on recommande trois portions de fruits par jour ». On ne consomme donc pas l’ananas sans modération.

Tout est bon dans l’ananas ?

Tout d’abord, remettons les choses dans l’ordre. Florence Foucaut (2), diététicienne nutritionniste et également membre de l’AFDN nous explique : « C’est la tige de l’ananas, et non pas le cœur du fruit, qui contient de la broméline ». La tige de l’ananas, un brûle-graisse donc ? « Pas du tout, indique la spécialiste. La tige ne peut être consommée que sous forme de poudre. Elle peut être conseillée pour combler certaines carences alimentaires, notamment en fibres ou comme complément nutritionnel, mais c’est plutôt rare et son efficacité est négligeable. Il n’est de toute façon pas conseillé de suivre un régime monoproduit« , précise Florence Foucaut.

On ne le répétera jamais assez, le secret d’un équilibre alimentaire, c’est de consommer de tout. Et pendant mon régime ? Désolé mesdames, Florence Foucaut est formelle : « Il n’y a pas d’aliments secrets qui auraient des spécificités brûle-graisses. Et l’ananas, pas plus que les autres. »

Publicités

nucléaire: Washington satisfait, Pyongyang mécontent

La Corée du Nord a dénoncé ce samedi 7 juillet les « demandes avides » des Etats-Unis et jugé leur attitude « extrêmement regrettable ». Mike Pompeo a passé deux jours à Pyongyang pour évoquer le programme nucléaire nord-coréen.

Mike Pompeo, le secrétaire d'Etat américain (d) et Kim Yong Chol, le bras droit du numéro un nord-coréen Kim Jong Un, le 7 juillet 2018, à Pyongyang.© Andrew Harnik/Pool via REUTERS Mike Pompeo, le secrétaire d’Etat américain (d) et Kim Yong Chol, le bras droit du numéro un nord-coréen Kim Jong Un, le 7 juillet 2018, à Pyongyang.

Depuis vendredi 6 juillet, le chef de la diplomatie américaine a discuté plus de huit heures avec Kim Yong Chol, le bras droit du numéro un nord-coréen Kim Jong-un dans une élégante villa de la capitale sur la question de la dénucléarisation.

Des discussions fructueuses, selon Mike Pompeo : « Nous avons eu plusieurs heures de discussions productives. Ce sont des questions complexes, mais nous avons réalisé des progrès sur presque toutes les questions centrales, sur certaines beaucoup de progrès, sur d’autres il y a encore du travail à faire. »

Prudence

Le chef de la diplomatie s’est donc montré confiant, mais également prudent. Il n’a donné aucune précision quant à savoir comment la Corée du Nord entend honorer ses engagements sur la dénucléarisation de la péninsule en échange de garanties de sécurité.

« Les Nord-Coréens ont également confirmé le démantèlement du site d’essais nucléaires.On a parlé de comment se fera ce démantèlement. Donc sur ce sujet, on a progressé également. Et on a mis en place un dispositif pour permettre la tenue de futures négociations au niveau des groupes de travail. Les deux parties pourront alors se rencontrer et poursuivre leurs discussions », a-t-il dit.

Avant de se rendre à Tokyo, Mike Pompeo a précisé que les deux parties se retrouveraient le 12 juillet prochain à Panmunjom, pour parler du rapatriement des restes des soldats américains portés disparus pendant la guerre de Corée au début des années 50. Une réunion qui pourrait être « reportée de quelques jours » a indiqué Mike Pompeo, ajoutant que le processus de rapatriement va démarrer dans les jours suivants la réunion à la frontière intercoréenne.

Les « demandes avides des Etats-Unis »

Une considération nuancée par l’agence de presse nord-coréenne qui juge préoccupant le fruit des discussions entre les deux pays. En cause : le ton pressant du secrétaire d’Etat américain, qui exige une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la péninsule alors que Pyongyang est favorable à une approche progressive de ce processus. Des « demandes unilatérales et avides de dénucléarisation », a déclaré le ministère des Affaires étrangères nord-coréen dans un communiqué cité par l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

« L’attitude américaine et les positions prises lors des discussions à haut niveau vendredi et samedi étaient extrêmement regrettables », a-t-il ajouté. Il s’agissait de la troisième visite en Corée du Nord du responsable américain.

Kim veut-il vraiment renoncer à l’arme atomique ?

La réponse du régime jette un sérieux doute – un de plus – sur la réelle volonté de Kim Jong-un de renoncer à l’arme atomique, analyse notre correspondant à Séoul Frédéric Ojardias.

La Corée du Nord a retrouvé la rhétorique agressive qu’elle avait mise en sourdine ces derniers mois. « Les Etats-Unis font des demandes de dénucléarisation dignes de gangsters », accuse un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

Le régime qualifie aussi de « très décevants » les pourparlers avec le secrétaire d’Etat, et il rejette les exigences américaines de démantèlement complet, vérifiable et irréversible.

Ces critiques confirment le scepticisme des analystes à Séoul qui estiment que la Corée du Nord n’a jamais vraiment eu l’intention de renoncer au nucléaire.

Pour Dorian Malovic, chef du service Asie au quotidien La Croix, cette rencontre est une étape des négociations débutées il y a un mois. Il est naturel qu’elles ne se fassent pas dans la simplicité :

Les mesures protectionnistes promises par Donald Trump pourraient, selon l’économiste Sébastien Jean, entrainer un risque d’escalade, voire une guerre commerciale

Les mesures protectionnistes décidées par le président américain Donald Trump provoquent une crispation des Européens, de la Chine et maintenant de la Russie. Pékin a saisi une nouvelle fois l’OMC en accusant Donald Trump de déclencher « la plus grande guerre commerciale de l’histoire économique. »

Après l’acier et l’aluminium, le président américain a décidé d’augmenter les droits de douane sur plus de 800 produits importés de Chine pour punir dit-il Pékin, coupable, selon lui, de vol de propriétés intellectuelles et de technologies. La Chine a contre-attaqué en taxant plus de 500 produits américains. Sébastien Jean, économiste au centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) pointe samedi 7 juillet sur franceinfo « un risque d’escalade très net dont on ne sait pas très bien où il est susceptible de s’arrêter. » Surtout que la Chine à des « armes » pour faire fléchir Donald Trump, selon l’économiste, en s’attaquant notamment « aux multinationales américaines en Chine. »Sébastien Jean affirme que

Guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine

franceinfo : Peut-on parler de guerre commerciale ?

Sébastien Jean : On est au début d’un processus qui clairement présente un grand risque d’escalade. Donald Trump a annoncé des mesures protectionnistes sur 34 puis 50 milliards d’euros d’importations chinoises tout en disant que, s’ils répliquent je vais augmenter, s’il le faut je vais taxer toutes les importations américaines en provenance de Chine. Pour l’instant, c’est important, encore limité, mais avec un risque d’escalade très net dont on ne sait pas très bien où il est susceptible de s’arrêter.

La Chine importe quatre fois moins de produits qu’elle en exporte aux Etats-Unis. Riposter avec des droits de douanes sera-t-il une arme suffisante ?

Le seul but de la Chine, c’est de dissuader Trump de continuer. En mettant des droits de douane, on n’obtient aucun bénéfice particulier sinon un effet de persuasion sur les partenaires commerciaux. La Chine va mettre des droits de douane sur l’agriculture et l’agriculture américaine est très exportatrice et politiquement elle est importante parce qu’elle est très représentée au Sénat. Ensuite les produits énergétiques et après elle étendra à d’autres produits. Si on se projette dans une potentielle escalade, il y a d’autres armes qu’elle peut utiliser pour faire fléchir les Américains, en s’en prenant d’une façon ou d’une autre aux opérations des multinationales américaines en Chine.

Comme Boeing ou Général Motors ?

En effet. Il y a des enjeux très importants. Il est très difficile d’avoir une image précise de ce qu’est exactement la présence des multinationales américaines en Chine. On estime que le stock des investissements directs américains en Chine est beaucoup plus important que ne le laisse entendre les statistiques officielles, probablement supérieur à 200 milliards de dollars. On estime que les Etats-Unis emploient 1,6 million de personnes sur place. Si le gouvernement chinois veut s’en prendre à ces activités, il y a vraiment de quoi faire et cela peut aller jusqu’à l’expropriation.

Avec un effet boomerang, notamment sur l’emploi ?

Dans l’immédiat, il y a ces répercussions négatives. On les a vus déjà avec Harley Davidson qui a menacé de délocaliser une partie de sa production à la fois pour éviter de faire face aux mesures de représailles par les Européens notamment, mais aussi à l’acier qui va devenir plus cher maintenant que les importations sont taxées.

FLASH : Tous les nouveaux tarifs de transports en commun

Suite à l’entrée en vigueur de l’augmentation des prix des carburants à la pompeStéphanie Auguste la Ministre a.i. des Affaires Sociales, informe la population en général, les transporteurs et passagers en particulier que les nouveaux tarifs de transports sont en vigueur à compter de ce samedi 7 juillet 2018, pour :

Résultats de recherche d'images pour « transports en commun haiti »

Pour les courses normales de taxi en zone métropolitaine ;
Pour les courses de Tap-Tap en zone métropolitaine ;
Pour le transport Port-au-Prince / ville / Région ;
Pour les courses de taxi Centre ville du Cap-Haïtien ;
Pour les courses de taxi Gare de l’Est, Nord-Est et Nord-Ouest du Cap-Haïtien ;
Pour les courses de taxi Haut et Bas Artibonite ;
Pour les courses de taxi Grand’Anse ;
Pour les courses de taxi Sud-Est et Sud ;
Pour les courses de taxi Croix-des-Bouquets / Mirebalais-Saut d’eau ;
Pour les courses de taxi Centre ;
Pour les courses de taxi Petit-Goâve, Léogâne, Miragoâne ;

Pour le transport maritime en commun.

Extraits Région métropolitaine, courses tap-tap hausses entre 30 et 50% :

[…] Port-au-Prince – Carrefour (Station Essence Paloma) : 30 Gourdes (+50%) ;
Port-au-Prince (Blvd J.J.D/rue Macajoux) – Croix-des-Bouquets (Marché Croix-des-Bouquets) : 30 Gdes (+50%) ;
Port-au-Prince (Blvd J.J.D/rue Macajoux) – via Delmas – Pétion-ville : 30 Gdes (+50%) ;
Port-au-Prince – Téléco (Rue pavée) – Pétion-ville : 30 Gdes (+50%) ;
Port-au-Prince (Téléco Rue pavée) – Canapé-vert (marché Canapé-vert) : 22 Gdes (+46%) ;
Port-au-Prince (Cabaret) – Cabaret : 45 Gdes (+50%) ;
Port-au-Prince (Pont Rouge) – Archaie (Marché Archaie) : 65 Gdes (+30%) ;
Port-au-Prince – Kenscoff : 88 Gdes +46%) ;
Martissant – via Blvd. J.D. – Cité Soleil : 15 Gdes (+46%) ;
Martissant – via Blvd. J.D. – Delmas 65 : 15 Gdes (+46%) ;
Brochette 99 – Rivière Froide : 10 Gdes (+43%) ;
Croix des Bouquets – Meyer : 10 Gdes (+25%) ;
Croix des Bouquets – La Feronnay : 22 Gdes (+46%) […]

Télécharger tous les nouveaux tarifs : http://www.haitilibre.com/docs/tarifs-transport-06-07-2018.pdf

FLASH : Hausse des carburants, au moins deux morts et de nombreux dégât dans la capitale

Vendredi, suite à l’annonce sur les réseaux sociaux d’une importante hausse du prix des carburants carburant à la pompe la population a pris spontanément le béton pour libérer sa colère et protester dans la violence.
bellefleur1
Dans les quartiers bourgeois, de nombreuses vitrines de magasins et des vitres de véhicules ont été brisées à coups de pierres par des manifestants en colère qui accusaient le Chef de l’État d’être au service du FMI et non du peuple haïtien. Plusieurs voitures ont été incendiées dont un véhicule de la Police Nationale d’Haïti (PNH)

Toute l’après-midi une vive tension a régné dans la capitale, pris de panique les gens cherchaient à se mettre à l’abri ou à rentrer chez eux. Les principales artères de Port-au-Prince ont été bloquées par des barricades de pneus enflammés de roches, de vieilles carcasses de véhicules et de troncs d’arbres. La circulation était paralysée et la plupart des commerces fermés.

La situation était particulièrement tendue à Pétion-ville, à proximité de la résidence du Président Moïse, mais des manifestations avaient lieu également à Delmas, Lalue, Nazon, Champs de mars, Canapé-vert, Bon Repos, Portail Léogane, Carrefour Marassa, Kenscoff entre autres

Des témoins rapportent au moins deux victimes tuées par balles au niveau de Turgeau. De plus, un agent de sécurité aurait été lynché par un groupe d’individus en cagoule, alors qu’il tentait de forcer une barricade érigée par des manifestants.

Durant cette journée de violence la PNH s’est montrée plutôt discrète…

Tard dans la nuit, les rues de Port-au-Prince étaient toujours bloquées et des coups de feu épisodiques étaient entendu dans plusieurs quartiers de la ville.

Jovenel Moïse lance un appel au calme

Comme c’était annoncé, le chef de l’Etat vient tout juste de s’adresser à la nation après une journée troublante, marquée par de grandes violences populaires, occasionnée par la tentative
du gouvernement Lafontant de voir à la hausse les prix de l’essence à la pompe.
Le premier citoyen de la nation qui dit regretter les dégâts matériels considérables causés par les évènements de ce samedi, demande à la population de rentrer chez elle. « Je vous demande de cesser la violence car elle n’apportera rien de bon pour le pays», a lâché Jovenel Moïse pouressayer d’apaiser la fureur de la population

Résultats de recherche d'images pour « jovenel moise »

« Vous avez parlé et votre président vous a entendu. Donc, les prix des carburants resteront inchangés sur tout le territoire national et l’Etat va continuer à subventionner les produits pétroliers », a déclaré le chef de l’Etat sans préciser la durée de cette nouvelle subvention. Par ailleurs, le locataire du palais national demande aussi à la population de ne pas se laisser inçuencer et̷ou utiliser par d’autres acteurs qui selon lui, voudraient à tout prix faire de ce
dossier une affaire politique.