actualite

Haïti – Santé : 50 nouveaux cas de lèpre au pays

Résultats de recherche d'images pour « lepre »

50 nouveaux cas de lèpre ont été notifiés sur l’ensemble du territoire nationale, parmi eux des enfants. Si Haïti fait partie des pays à faible densité de cas de lèpre, cette maladie de la peau demeure inquiétante car elle peut engendrer des handicaps.

Ces chiffres ont été révélés dans un document produit par le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) conjointement avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). De ces 50 cas, deux attirent particulièrement l’attention des responsables : une adolescente de 14 ans développant une incapacité qui se manifeste par une limitation de la motricité au niveau des bras et une fillette de six ans présentant une dizaine de lésions cutanées hypo-pigmentées et anesthésiques sur le tronc évoluant depuis 2 ans.

Le cas de ces deux fillettes inquiètent les autorités qui estiment qu’il faut renforcer la campagne pour l’éradication de cette maladie menée depuis plus de 60 ans. « C’est assez pertinent parce que ces deux enfants diagnostiquées lépreuses doivent grandir et profiter de leur vie », a expliqué le Dr Madge Dorcelus du programme national de lutte contre la lèpre qui indique que le Ministère de la Santé prévoit de se doter d’un plan stratégique national avant la fin de 2018 dans lequel sera intégrée une prise en charge physio-thérapeutique rassurant toutefois, que la situation d’Haïti face à la lèpre n’est pas catastrophique.

Notons que plusieurs institutions sanitaires prennent en charge de la lèpre en Haïti : l’hôpital Cardinal Léger à Léogâne, de l’Institut de Dermatologie et de Maladies Infectieuses (IDMI) à Port-au-Prince et de la Clinique dermatologique Saint-Damien aux Gonaïves. Depuis 2012, environ 300 patients ont été traités dans ces trois centres. L’Ouest et le Nord-ouest, sont les départements où un nombre plus important de cas de lèpre a été signalé.

Si les chiffres ne sont pas alarmants, chaque cas est à prendre en charge au plus tôt, si la lèpre n’est pas soignée à temps elle peut causer un handicap. « Si vous remarquez une petite tâche inhabituelle d’une couleur rougeâtre sans sensibilité, il faut vite se faire diagnostiquer pour éviter les complications » insiste le Dr Dorcelus.

Par ailleurs, la stigmatisation associée à la lèpre reste un obstacle pour mettre fin à la transmission. Les personnes affectées sont souvent réticentes à se faire diagnostiquer ou à demander de l’aide. Le Ministère mise sur une vaste campagne de sensibilisation pour prévenir la transmission, sensibiliser l’entourage de la personne affectée, prévenir les cas aigus et les cas de handicap développés des suites de la lèpre.

Publicités

Catégories :actualite, Local, Sante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s