Sante

sante: Les hommes ressentent également de la tristesse après le sexe

hommes

La Dysphorie post-coïtale (PCD) est un phénomène qui se caractérise par des sentiments inexplicables de tristesse, allant parfois jusqu’aux larmes, ou d’irritabilité suite à une activité sexuelle consensuelle satisfaisante.

L’article publié par la revue internationale Sex & Marital Therapy contredit l’hypothèse répandue selon laquelle les hommes désirent et expérimentent toujours le sexe comme un plaisir, a déclaré le professeur Robert Schweitzer, co-auteur, à Hack.

 

Il soutient que les réponses des hommes qu’il a interrogés sont entre autres: « Je ne veux pas être touché et je veux qu’on me laisse tout seul » a expliqué l’un d’entre eux. « Je suis insatisfait, ennuyé et très agité. Tout ce que je souhaite à ce moment, c’est partir et ne plus penser à ce qu’il vient de se passer » précise un autre homme. 

L’étude portait principalement sur les hommes entretenant des relations hétérosexuelles, et toutes les relations sexuelles étaient consensuelles.

Sur les 1 207 hommes interrogés pour l’étude, 41% avaient subi une PCD et 20% l’avaient fait au cours des quatre semaines précédentes.

4% ont souffert de PCD sur une base régulière. Les symptômes comprenaient des sentiments de tristesse, de larmoiement ou d’irritabilité. Un autre homme a déclaré: «Après une activité sexuelle, je ressens un profond sentiment de dégoût de moi-même, habituellement je vais me distraire en m’endormant ou en allant faire quelque chose d’autre ou de temps en temps en silence jusqu’à ce qu’il disparaisse ».

«Je ressens beaucoup de honte, j’ai habituellement des crises de larmes et je subi pleins d’épisodes dépressifs à la suite d’un coït qui laisse ma partenaire inquiète, et de temps en temps elle a des crises de larmes après l’acte, mais les siennes sont plus rares. »

« Parce que je ne veux généralement pas que ma partenaire s’inquiète, parfois, je reste dans la tristesse pendant des heures jusqu’à ce qu’elle parte car nous ne vivons pas ensemble. »

« Je pensais que j’étais le seul au monde »

Le professeur Schweitzer, de l’école de psychologie et de conseil de Queensland University of Technology (QUT), a déclaré à Hack que des recherches similaires chez les femmes ont montré que 4,3%  d’entre elles souffrent régulièrement de cette affection, bien que cela ne soit pas rapporté.

Quelle est la cause?

Le professeur Schweitzer a déclaré que l’on ne savait pas clairement ce qui provoquait la PCD, bien qu’une étude de 2011 ait trouvé des taux plus élevés de PCD chez les jumeaux, suggérant une cause génétique.

Il a dit qu’il y avait aussi une théorie selon laquelle la PCD était causée par « l’effet de rebond de la dopamine » – des niveaux inférieurs de dopamine après la ruée vers le sexe.

« Mais ce n’est vraiment qu’une hypothèse », a déclaré le professeur Schweitzer

Publicités

Catégories :Sante, Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s