Gianluigi Buffon a pu prouver sur le terrain, qu’à 40 ans, il n’était pas encore fini

Débarqué dans la capitale le 6 juillet dernier avec l’étiquette – méritée – de gardien déjà légendaire, Gianluigi Buffon savait qu’il serait scruté, épié, attendu au tournant. Son contrat avec le Paris-SG, d’un an plus une éventuelle année en option, illustre parfaitement l’interrogation des dirigeants parisiens, même minime, quant au niveau que pourra fournir un joueur de 40 ans sur la longueur d’une saison. Mais en recrutant le champion du monde italien, le PSG espère bien s’appuyer sur une valeur sportive solide et une aura inégalable dans le football. Buffon, lui, garde en tête qu’il doit prouver à chaque match qu’il est toujours au niveau qui était le sien l’année passée avec la Juventus Turin, et lors de ses dix-sept dernières saisons avec la Vieille Dame.

Le chaud souvent, le froid parfois

S’il n’a pas participé à la première rencontre amicale et estivale de sa nouvelle équipe face à Sainte-Geneviève, encore un peu à court de rythme, Gigi est entré en piste le 15 juillet pour 45 premières minutes compliquées face à Chambly. Il y a encaissé un but sur un penalty, qu’il avait lui-même provoqué après seulement cinq minutes de jeu, puis un second avant la mi-temps avant de céder sa place à Rémy Descamps. Face au Bayern, six jours plus tard, il a alterné le bon et le moins bon. Trois bonnes interventions lors de ses 66 minutes passées sur le terrain, qui prouvent que l’ancien Bianconero est toujours redoutable sur sa ligne, mais une sortie trop timide sur corner qui a amené l’égalisation bavaroise de Javi Martinez

Sa dernière prestation contre Arsenal, samedi à Singapour, a de nouveau indiqué que le PSG pouvait compter sur lui quand il est à 100% concerné, avec trois nouveaux arrêts de grande classe en première période. Mais elle a de nouveau montré, aussi, que Buffon était capable de trous d’air. Sa sortie aérienne amenant le but du 3-1 pour les Gunners (5-1 au final) aurait été plus autoritaire quelques années auparavant.

En conférence de presse, à la veille du troisième et dernier match de l’International Champions Cup contre l’Atlético de Madrid, Gigi est revenu sur ses premières semaines de préparation avec le PSG. « Pour l’instant, je ne pense pas que les résultats sont le plus important, a-t-il expliqué. Ce qui est important pour moi, c’est de m’intégrer et me sentir bien avec mes coéquipiers, dans ce nouvel environnement. Et je suis heureux parce que je me suis très bien intégré. Je m’entends très bien avec mon entraîneur, le staff et mes coéquipiers. »

« Une double fonction »

Car l’apport de Buffon depuis son arrivée ne peut pas seulement se résumer au ratio arrêts-buts encaissés. Aligné à chaque fois dans des équipes encore privées de nombreux internationaux, le gardien du PSG était forcément le joueur le plus âgé sur le terrain, mais aussi l’un des rares cadres de l’équipe avec Adrien Rabiot, Lassana Diarra, et à un degré moindre Christopher Nkunku. Et dans ce rôle d’encadrant, Buffon est impeccable. Habitué à diriger des charnières expérimentées (Chiellini, Bonucci, Barzagli…), le portier prend cette mission très à cœur et n’hésite pas à donner des consignes à sa défense à trois composée du trio Mbe Soh-Diarra-Rimane. « Je suis aussi ici pour donner mon maximum, quand je serai amené à jouer mais aussi pour aider mes coéquipiers. Je pense avoir une double fonction. »

En attendant le retour du champion du monde Alphonse Areola, le portier transalpin occupe la place de gardien n°1 du club devant Kevin Trapp, qui semble hors course. Si Thomas Tuchel n’a pas encore souhaité établir une hiérarchie claire entre ses gardiens, préférant « attendre qu’ils soient tous les trois là et à 100% pour décider », Buffon va vouloir rassurer lundi face à l’Atlético sur sa montée en puissance, mais surtout samedi lors du Trophée des champions contre Monaco, pour ce qui sera la première sortie officielle des champions de France en titre. « Je tiens à dire une chose : en 24 ans de carrière, on ne m’a jamais dit que je serais le gardien titulaire, a-t-il appuyé en conférence de presse. J’ai toujours dû m’entraîner dur, me mettre en condition et donner le maximum quand on a fait appel à moi. »Malgré son statut forcément à part, Buffon sait qu’il ne pourra se permettre de répéter quelques bourdes quand viendront les matches à enjeu. Car il a aussi été recruté pour ça. Surtout, il semble bien conscient que rien ne lui sera donné.

Publicités

Maradona livre un autre spectacle désagréable au volant de sa voiture-VIDEO

XVMb144f4d4-8ffd-11e8-a664-d462304fc440

América TV 📺

@AmericaTV

Maradona con disparó contra « Chiqui » Tapia y los « corruptos » de la AFA @infama https://www.americatv.com.ar

 

Pourtant, l’ancienne gloire du football argentin n’a pas bu que du vin blanc au cours de son après-carrière. Il avait déjà lutté contre la drogue en 2004 avant de faire un malaise dû à une trop grande consommation d’alcool en 2007. Depuis, il enchaine les frasques médiatiques. Critiques acerbes envers son équipe, violences envers sa femme, coup de sang envers un journaliste… et soupçons de consommation de cocaïne depuis la publication d’une vidéo sur Twitter fin juin. On aperçoit le joueur de 57 ans accompagné un sachet de poudre blanche dans son avion, en route vers la Russie.

 

(vidéo): Manchester-United : Paul Scholes tacle Pogba et lui donne des conseils pour devenir un grand joueur

untitled_collage_66

Dans un entretien accordé à beIN Sports, Paul Scholes a critiqué le joueur français, soulignant qu’il devrait utiliser un peu plus son cerveau pour devenir un grand footballeur.

 

« Il a besoin d’utiliser un peu plus son cerveau pour devenir un top joueur. Je pense qu’il a besoin de trouver de la cohérence. Regardez son jeu. Il peut être brillant une semaine, puis pas bon la semaine suivante. »

Manchester-United : Paul Scholes tacle Pogba et lui donne des conseils pour devenir un grand joueur (vidéo)

« Si tu veux gagner le championnat, ce n’est pas suffisant. Il doit redevenir le joueur qu’il était à la Juve. Il faisait partie d’une structure, il savait chaque semaine à quelle position il allait jouer et avec qui il allait jouer. »

beIN SPORTS

@beINSPORTS

« He needs to use his brain a little bit more to become a top footballer. »

Paul Scholes isn’t convinced @paulpogba can win the @premierleague.

Il a tout de même salué les qualités de Paul Pogba

« Mais il n’y a aucun doute sur le fait qu’il a de vraies qualités, il l’a prouvé lors du Mondial. C’est un gars fort, un joueur si fort, Il a une grande technique. Il peut courir », a-t-il souligné.

Mourinho priera pour que le Français répète ses performances du Mondial lorsqu’il rejoindra ses coéquipiers pour les entraînements de pré-saison.

Le joueur de 25 ans a joué un rôle clé dans la victoire de la France au Mondial.

FC Barcelone est au cœur d’une grosse polémique

Pour la première fois, l’équipe féminine du FC Barcelone voyage au côté de l’équipe masculine dans le cadre de la tournée de pré-saison du FC Barcelone aux États-Unis. Ce voyage commun des équipes masculines et féminines a suscité  la polémique.

En effet, les équipes féminine et masculine du FC Barcelone sont actuellement en tournée de pré-saison aux Etats-Unis. Pour leur premier voyage ensemble, le club a décidé de privilégier les hommes en leur cédant les places les plus confortables dans l’avion. Mardi, lors du vol charter en direction de Portland, le Barça a fait voyager son équipe féminine en classe économique, laissant les footballeurs profiter des avantages de la classe affaires.

 

Sur les réseaux sociaux, l’on pouvait voir quelques clichés des capitaines des deux équipes, masculine et féminine, posant ensemble dans l’avion vers les États-Unis. Sur son site internet, le FC Barcelone a partagé des photos des joueurs et joueuses en première classe. Cependant, les photos postées par les femmes de l’équipe montrent qu’elles étaient en réalité installées en classe éco. Cette séparation hommes-femmes a fait polémique sur les réseaux sociaux, les internautes accusant le club catalan de sexisme.

La controverse a pris de l’ampleur sur les réseaux sociaux et dans la presse espagnole. Ce qui a obligé l’équipe professionnelle de football féminin à réagir jeudi dernier pour faire baisser la tension qui montait.

« Il y a eu une polémique sans que l’on prenne en compte tout ce que l’on fait. Le club a réservé un vol charter, mais au début, il n’était pas prévu que l’équipe féminine participe à la tournée. C’est un problème de logistique », a affirmé le vice-président du club Josep Vives dans un communiqué.

« Ceux qui critiquent ces jours-ci les conditions de voyage de l’équipe féminine ne se rendent pas compte que le Barça fait voyager ses joueuses avec ses joueurs pour que, dans un futur proche, elles puissent voyager en ‘business’ dans leur propre vol », a ajouté la directrice de la section féminine du club Maria Teixidor.

« Ce sera le jour où nous pourrons parler d’égalité parce que le sport féminin occupera dans les médias la place équivalente à celle qu’ils dédient au sport masculin », a-t-elle poursuivi.

Le club féminin a assuré que les filles seront en classe affaires à bord des prochains vols et pour leur retour à Barcelone, le 29 juillet.

Barça tacle le Real après le départ de Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo a surpris la planète football en quittant le Real Madrid pour la Juventus lors du mercato estival. Acheté pour près de 100 millions d’euros, le Portugais a quitté Madrid après neuf ans passés en Espagne. Une situation inimaginable avec Lionel Messi selon le club catalan.

Cristiano Ronaldo et Lionel Messi© AFP Cristiano Ronaldo et Lionel Messi

Un peu moins d’un an après le départ de Neymar vers le Paris Saint-Germain, la Liga e a perdu une nouvelle star pendant le mois de juillet. Un peu à la surprise générale, Cristiano Ronaldo a rejoint la Juventus en provenance du Real Madrid. Coût estimé du transfert: environ 100 millions d’euros. Un montant qui a provoqué des sourires au sein du FC Barcelone, grand rival des Madrilènes.

Le cas CR7, « inimaginable avec Messi »

Ce jeudi, le porte-parole des Blaugrana s’est moqué du Real sur la gestion du cas Cristiano Ronaldo. En marge d’une intervention contre la fraude fiscale dans le football, Josep Vives a commenté l’actualité mercato du championnat d’Espagne. « Je n’imagine pas une telle situation avec Lionel Messi », a estimé le dirigeant catalan auprès de Marca.

Pas de polémique avec Malcom

Autre dossier chaud du mercato, l’arrivée du Brésilien Malcom contre 50 M€. Selon Josep Vives, le FC Barcelone n’a rien à se reprocher suite à la volte-face du milieu offensif de 21 ans. Un temps annoncé à la Roma, l’ancien bordelais avait finalement opté pour la Liga après une offre de dernière minute des Catalans. L’AS Rome n’a pas digéré cet échec et envisage même de porter plainte.

Pas de quoi inquiéter le Barça. « Nous sommes sereins concernant cette signature, a poursuivi le porte-parole. Nous avons agi d’une manière correcte et il y avait un accord entre toutes les parties. Nous n’avons pas à nous sentir coupables d’avoir recruté un joueur avec autant de talent. »

Débarqué au PSG après 17 saisons passées à la Juventus Turin, Gianluigi Buffon n’a qu’une seule crainte…

Gianluigi Buffon disputait samedi, à Klagenfurt, son 2e match amical dans le but du PSG.

Tout proche de la retraite il y a encore quelques mois, Gianluigi Buffon a finalement décidé, à 40 ans, de poursuivre sa carrière et de se lancer dans une nouvelle aventure. Après 17 ans de bons et loyaux services à la Juventus, avec neuf titres de champion d’Italie à la clé et deux finales de Ligue des champions, le mythique gardien italien a en effet cédé aux sirènes du PSG.

Pour son plus grand bonheur a assuré Ilaria D’Amico, sa compagne. « Gianluigi voulait rester au plus haut niveau mais il ne pouvait le faire à la Juventus. La proposition du PSG l’a totalement satisfait », a-t-elle expliqué dans des propos relayés par Tuttosport, ajoutant: « Il est heureux et enthousiaste comme un enfant.”

Buffon craint des retrouvailles

Forcément marqué à jamais par son passage à la Juventus, le champion du monde 2006 n’en nourrit pas moins une certaine crainte, celle de retrouver la Vieille Dame en Ligue des champions. « Il m’a dit : “J’espère que ça me sera épargné”, a raconté la présentatrice de Sky Sport. Il est tellement amoureux de la Juve… Il le sera toujours et parce qu’il a laissé une partie de son cœur à Turin mais également sa famille, il espère ne pas l’affronter. Aujourd’hui, il est à Paris mais son cœur restera toujours bianconero et la Juventus sa maison. »

Respectivement championne d’Italie et champion de France, la Juventus et le PSG sont assurés d’être dans le chapeau 1 lors du tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des champions et ne pourront donc tomber dans le même groupe. Des retrouvailles seront en revanche possibles tout au long de la phase finale…

Bonjr N’Zonzi, adieu Rabiot ?

Steven N'Zonzi prêt à monter en grade. (Reuters)

Adrien Rabiot est sur les tablettes du Barça, ce n’est plus vraiment un secret pour personne. Ce qui l’est plus, et que Mundo Deportivo nous apprend jeudi soir, c’est que le club catalan s’irrite déjà de la position du Paris Saint-Germain à propos de son joueur, à savoir une ligne très dure qui pourrait pousser le club de la capitale à mettre son milieu de terrain sur le banc. Pour rappel, celui-ci ne dispose plus que d’un an de contrat et n’en serait pas à son premier clash pour espérer une prolongation de contrat.

Echaudés notamment par l’épisode Marco Verratti la saison dernière (l’Italien avait joué avec le Barça pour, au final, rester à Paris), les Blaugrana voudraient anticiper. Ils préféreraient ainsi se rabattre sur une piste sûre au même poste, quitte à ce que ce soit seulement un plan B dans leur esprit – au niveau de la qualité. Et celui-ci serait déjà identifié: il s’agirait de Steven N’Zonzi, dont la cote a copieusement grimpé lors de la Coupe du monde 2018, lui qui a joué plus d’une demi-heure lors de la finale.

Malcom aussi n’était que solution de remplacement
Le FC Barcelone s’est lancé dans cette stratégie pour ce marché estival 2018, comme il vient de le prouver avec le recrutement de Malcom. Lui aussi n’était qu’une solution de remplacement pour Willian, la piste a priori largement prioritaire, mais les dirigeants catalans ont vite vu que l’attitude de Chelsea allait être un frein rédhibitoire. N’Zonzi, lui, présente l’avantage d’avoir une clause libératoire de 40 millions d’euros qui peut le rendre disponible du jour au lendemain. Habitué à la Liga, il suivrait donc son ex-coéquipier Clément Lenglet (arrivé il y a quelques semaines de Séville pour 35 millions, sa clause libératoire).

Il est impatient Laurent Blanc
Le dindon de la force pourrait donc se nommer Adrien Rabiot, que le FC Barcelone garderait à l’œil pour le mois de janvier, moment où il sera éventuellement libre de s’engager avec n’importe quel autre club que le PSG (s’il n’a pas prolongé, bien sûr). « Il est jeune, il a un gros potentiel, il est impatient. Or, il faut qu’il soit patient… J’espère qu’il va rester au club, au moins sous contrat. » Des paroles d’un membre du club de la capitale, il y a quelques jours ? Non, Laurent Blanc en conférence de presse, il y a plus de quatre ans (en avril 2014). Comme quoi, la situation évolue peu.