Qatar dément les accusations du Sunday Times

On peut maintenant attendre le mondial 2022 l’esprit tranquille.

© Fournis par Newsweb

Le Qatar, par la voix de son comité d’organisation, a logiquement nié en bloc les accusations à son encontre de la part du Sunday Times. Les représentants qataris démentent toutes les accusations formulées d’« opérations noires », selon le terme repris par le canard britannique. « Il y a eu une enquête et nous avons fourni toutes les informations relatives à notre candidature, soutien l’organisme. Nous avons aussi respecté scrupuleusement toutes les règles de la Fifa. »

La fédération du football international assure de son côté qu’une enquête rigoureuse a été menée et que les conclusions sont maintenant consultables.

Comment on dit « copains comme cochons » au Qatar ?

Publicités

palmarès complet de la Ligue des champions

22 vainqueurs, 176 buts inscrits en 63 finales par 125 joueurs, seulement 10 nations dont des clubs ont soulevé la Coupe aux grandes oreilles… Depuis 1956, la Ligue des champions fait rêver les amateurs de football. Retrouvez en détail le palmarès de la plus prestigieuse des compétitions européennes.

Le palmarès complet de la Ligue des champions© RMC Sport Le palmarès complet de la Ligue des champions

Le palmarès année par année

1956: Real Madrid (bat le Stade de Reims 4-3)

1957: Real Madrid (bat la Fiorentina 2-0)

1958: Real Madrid (bat l’AC Milan 3-2 a.p)

1959: Real Madrid (bat le Stade de Reims 2-0)

1960: Real Madrid (bat l’Eintracht Francfort 7-3)

1961: Benfica Lisbonne (bat le FC Barcelone 3-2)

1962: Benfica Lisbonne (bat le Real Madrid 5-3)

1963: AC Milan (bat le Benfica Lisbonne 2-1)

1964: Inter Milan (bat le Real Madrid 3-1)

1965: Inter Milan (bat le Benfica Lisbonne 1-0)

1966: Real Madrid (bat le Partizan Belgrade 2-1)

1967: Celtic Glasgow (bat l’Inter Milan 2-1)

1968: Manchester United (bat le Benfica Lisbonne 4-1 a.p)

1969: AC Milan (bat l’Ajax Amsterdam 4-1)

1970: Feyenoord Rotterdam (bat le Celtic Glasgow 2-1 a.p)

1971: Ajax Amsterdam (bat le Panathinaïkos 2-0)

1972: Ajax Amsterdam (bat l’Inter Milan 2-0)

1973: Ajax Amsterdam (bat la Juventus 1-0)

1974: Bayern Munich (bat l’Atlético de Madrid 1-1 a.p et 4-0 en match d’appui)

1975: Bayern Munich (bat Leeds 2-0)

1976: Bayern Munich (bat Saint-Etienne 1-0)

1977: Liverpool (bat le Borussia Mönchengladbach 3-1)

1978: Liverpool (bat Bruges 1-0)

1979: Nottingham Forest (bat le Malmö FF 1-0)

1980: Nottingham Forest (bat Hambourg 1-0)

1981: Liverpool (bat le Real Madrid 1-0)

1982: Aston Villa (bat le Bayern Munich 1-0)

1983: Hambourg (bat la Juventus 1-0)

1984: Liverpool (bat l’AS Roma 1-1, 4 tab à 2)

1985: Juventus (bat Liverpool 1-0)

1986: Steaua Bucarest (bat le FC Barcelone 0-0, 2 tab à 0)

1987: FC Porto (bat le Bayern Munich 2-1)

1988: PSV Eindhoven (bat le Benfica Lisbonne (0-0, 6 tab à 5)

1989: AC Milan (bat le Steaua Bucarest 4-0)

1990: AC Milan (bat le Benfica Lisbonne 1-0)

1991: Etoile rouge de Belgrade (bat l’Olympique de Marseille 0-0, 5 tab à 3)

1992: FC Barcelone (bat la Sampdoria de Gênes 1-0 a.p)

1993: Olympique de Marseille (bat l’AC Milan 1-0) [année de la refonte]

1994: AC Milan (bat le FC Barcelone 4-0)

1995: Ajax Amsterdam (bat l’AC Milan 1-0)

1996: Juventus (bat l’Ajax Amsterdam 1-1, 4 tab à 2)

1997: Borussia Dortmund (bat la Juventus 3-1)

1998: Real Madrid (bat la Juventus 1-0)

1999: Manchester United (bat le Bayern Munich 2-1)

2000: Real Madrid (bat le FC Valence 3-0)

2001: Bayern Munich (bat le FC Valence 1-1, 5 tab à 4)

2002: Real Madrid (bat le Bayer Leverkusen 2-1)

2003: AC Milan (bat la Juventus 0-0, 3 tab à 2)

2004: FC Porto (bat Monaco 3-0)

2005: Liverpool (bat l’AC Milan 3-3, 3 tab à 2)

2006: FC Barcelone (bat Arsenal 2-1)

2007: AC Milan (bat Liverpool 2-1)

2008: Manchester United (bat Chelsea 1-1, 6 tab à 5)

2009: FC Barcelone (bat Manchester United 2-0)

2010: Inter Milan (bat le Bayern Munich 2-0)

2011: FC Barcelone (bat Manchester United 3-1)

2012: Chelsea (bat le Bayern Munich 1-1, 4 tab à 3)

2013: Bayern Munich (bat le Borussia Dortmund 2-1)

2014: Real Madrid (bat l’Atlético de Madrid 4-1 a.p)

2015: FC Barcelone (bat la Juventus 3-1)

2016: Real Madrid (bat l’Atlético de Madrid 1-1, 5 tab à 3)

2017: Real Madrid (bat la Juventus 4-1)

2018: Real Madrid (bat Liverpool 3-1)

© RMC Sport

Le palmarès par club

Real Madrid: 13 finales gagnées, 3 finales perdues

AC Milan: 7 finales gagnées, 4 finales perdues

Bayern Munich: 5 finales gagnées, 5 finales perdues

FC Barcelone: 5 finales gagnées, 3 finales perdues

Liverpool: 5 finales gagnées, 3 finales perdues

Ajax Amsterdam: 4 finales gagnées, 2 finales perdues

Manchester United: 3 finales gagnées, 2 finales perdues

Inter Milan: 3 finales gagnées, 2 finales perdues

Juventus: 2 finales gagnées, 7 finales perdues

Benfica: 2 finales gagnées, 5 finales perdues

Nottingham Forest: 2 finales gagnées

FC Porto: 2 finales gagnées

Celtic Glasgow: 1 finale gagnée, 1 finale perdue

Hambourg: 1 finale gagnée, 1 finale perdue

Steaua Bucarest: 1 finale gagnée, 1 finale perdue

Olympique de Marseille: 1 finale gagnée, 1 finale perdue

Borussia Dortmund: 1 finale gagnée, 1 finale perdue

Chelsea: 1 finale gagnée, 1 finale perdue

Feyenoord Rotterdam: 1 finale gagnée

Aston Villa: 1 finale gagnée

PSV Eindhoven: 1 finale gagnée

Etoile rouge de Belgrade: 1 finale gagnée

Atlético de Madrid: 3 finales perdues

Valence: 2 finales perdues

Reims: 2 finales perdues

Fiorentina: 1 finale perdue

Eintracht Francfort: 1 finale perdue

Partizan Belgrade: 1 finale perdue

Panathinaïkos: 1 finale perdue

Leeds: 1 finale perdue

Saint-Etienne: 1 finale perdue

Borussia Mönchengladbach: 1 finale perdue

Bruges: 1 finale perdue

Malmö FF: 1 finale perdue

AS Roma: 1 finale perdue

Sampdoria de Gênes: 1 finale perdue

Bayer Leverkusen: 1 finale perdue

Monaco: 1 finale perdue

Arsenal: 1 finale perdue

© RMC Sport

Le palmarès par pays

Espagne: (30 finales) 18 victoires, 12 défaites

Italie: (28 finales) 12 victoires, 16 défaites

Angleterre: (20 finales) 12 victoires, 8 défaites

Allemagne: (17 finales) 7 victoires, 10 défaites

Pays-Bas: (8 finales) 6 victoires, 2 défaites

Portugal: (9 finales) 4 victoires, 5 défaites

France: (6 finales) 1 victoire, 5 défaites

Ecosse: (2 finales) 1 victoire, 1 défaite

Roumanie: (2 finales) 1 victoire, 1 défaite

Serbie (ex-Yougoslavie): (2 finales) 1 victoire, 1 défaite

Belgique: (1 finale) 1 défaite

Grèce: (1 finale) 1 défaite

Suède: (1 finale) 1 défaite

© RMC Sport

Finale : Le Portugal sacré champion d’Europe après un match fou contre l’Italie

joie des Supporters de l equipe du Portugal

Titré chez les U17 il y a deux ans, le Portugal s’offre le titre européen chez les U19 au terme d’une finale complètement folle contre l’Italie (4-3 a.p). Joao Filipe a été le grand bonhomme de ce sacre portugais (2 buts et 2 passes).

L’Europe réussit très bien au Portugal. Deux ans après avoir remporté l’Euro 2016 chez les A et chez les U17, la Seleçao a remis ça en Finlande avec un succès final contre l’Italie (4-3 a.p). C’est la première fois de l’histoire qu’une sélection réussit à enchaîner un sacre européen chez les U17 et chez les U19. Dans un match complètement fou, les hommes d’Helio Sousa ont cru pendant très longtemps avoir fait le plus dur en menant 2-0 à vingt minutes de la fin et en affichant une maîtrise depuis le début de la rencontre. Seulement, l’Italie a fait preuve de caractère en revenant au score en seulement trois minutes pour accrocher les prolongations. Un extra-time à l’image du reste du match avec un nouvel avantage pour les Portugais avant que la Squadra Azzurra ne recolle au score (108eme).

Kean répond à Joao Filipe

Si Pedro Correia est venu offrir le titre aux siens juste après l’égalisation italienne (109eme), cette rencontre s’est résumée en un duel entre Moise Kean et Joao Filipe. Les deux jeunes joueurs se sont rendu coup pour coup. L’Italien, plus jeune joueur à avoir fait ses débuts avec la Juventus en novembre 2016, a ramené sa sélection au score avec un doublé en seulement 3 minutes (75eme, 78eme). L’attaquant de 18 ans a été le dynamiteur des Azzurri, tombeurs de la France en demies et qui ont été gênés pendant longtemps par la maîtrise portugaise. Mais malgré toute son envie, Kean est tombé sur plus fort que lui.

Joao Filipe le futur diamant portugais

Homme à tout faire de la Seleçao, Joao Filipe a illuminé cette finale à lui tout seul. Le jeune joueur de la réserve du Benfica a régalé le public de par sa technique qui n’est pas sans rappeler Cristiano Ronaldo. Il a surtout été décisif avec l’ouverture du score juste avant la pause (45eme+1) et le troisième but portugais lors de la prolongation (104eme). Un doublé qui lui permet de finir meilleur buteur cet Euro U19 (5 buts) à égalité avec son coéquipier Francisco Trincao. C’est d’ailleurs lui qui offre le but du break à l’attaquant de Braga (70eme). Élu homme du match, Joao Filipe rejoint au palmarès de glorieux aînés sacrés comme Kylian Mbappé (2016) ou Antoine Griezmann (2010) et pose sa candidature pour être l’une des prochaines étoiles montantes de son pays et du football européen. Avec ce succès, le Portugal succède à l’Angleterre.

Portugal

@selecaoportugal

É NOSSA!!!!!!! SOMOS CAMPEÕES DA EUROPA!!! ORGULHO!!!!! | 3-4 | pic.twitter.com/jeD2UaJbKf

Portugal

@selecaoportugal

CAMPEÕES DA EUROPA!!!!! QUE ORGULHO NESTA EQUIPA! pic.twitter.com/3uLzZL3SXL

Voir l'image sur Twitter

Mourinho pique (déjà) sa crise: Après la lourde défaite de Manchester United contre Liverpool (1-4)

La saison n’a pas encore débuté et José Mourinho est déjà très remonté. Il faut dire que ses joueurs, fessés par Liverpool (1-4) samedi lors de l’International Champions Cup, ne l’ont pas vraiment ménagé. Mais ce n’est pas à eux que le manager de Manchester United en veut le plus. Non, c’est à ses dirigeants que le « Special One » s’en est pris, après le match, critiquant leur manque de réactivité sur le marché des transferts. Qui l’oblige, déplore-t-il, à seulement se contenter de « ne pas avoir de trop mauvais résultats » lors de cette tournée américaine.

« J’aimerais avoir deux joueurs de plus mais je pense que je n’en aurais pas deux,regrette-t-il. Il est possible que j’en aie un. J’ai donné une liste de cinq noms il y a quelques mois et j’attends toujours de voir s’il est possible d’avoir l’un de ces joueurs-là. Si c’est impossible, très bien, on continuera à se battre, à travailler et à croire dans ceux que l’on a. » Mais ne lui parlez pas des retours de vacances des mondialistes. « Ça n’a rien à voir avec des renforts, tonne-t-il. Des renforts, ce sont des joueurs que je veux acheter et ajouter à mon équipe. »

Mourinho ne paierait pas pour voir ça

Pour l’instant, c’est donc sans aucune recrue, ni aucune star que l’entraîneur portugais doit composer. Et c’est logiquement un triste spectacle que les Red Devils ont offert aux plus de 100.000 spectateurs venus assister à la rencontre face aux Reds, dans le Michigan Stadium. « L’ambiance était bonne mais si j’étais eux, je ne serais pas venu. Je ne dépenserais pas mon argent pour voir jouer ces équipes, lâche-t-il. J’ai regardé Chelsea-Inter à la télé et les gens, là-bas, ont décidé qu’il valait mieux aller à la plage que voir ça. Le stade était vide. »

Et le « Mou » d’adresser un dernier tacle, cette fois aux arbitres. « Ils ont été appelés par la fédération de baseball et pensaient sans doute que c’était un match de baseball. Mais quand ils sont arrivés, c’était un match de football ! C’était marrant,ironise-t-il, avant de redevenir sérieux. La passion de certains Américains pour le football mérite mieux que ça. Ils méritent de voir les meilleures équipes. C’est la qualité qui crée la passion. Après la Coupe du monde, il n’y a aucun respect pour les clubs. Les joueurs ont besoin de vacances et c’est confus. »

Simeone et la polémique Ronaldo-Messi

Je choisirais Messi assurément, sans aucun doute. » Diego Simeone, qui s’exprimait en conférence de presse avant le duel qui va opposer l’Atlético Madrid au Paris Saint-Germain, a été contraint de se justifier, ce qui a induit cette réponse. En fait, tout le début de la conférence de presse a tourné autour d’une discussion WhatsApp avec son adjoint German Burgos pendant la Coupe du monde 2018.

Ronaldo et Simeone. (Reuters)

Il détruisait l’équipe d’Argentine « complètement perdue« , évoquait une « anarchie, aucun leadership » et sous-entendait qu’il opterait plus pour Cristiano Ronaldo que Lionel Messi… « Je ne parlais pas de qui est le meilleur joueur du monde mais je disais que pour un club normal, avec des joueurs normaux, Ronaldo s’intégrerait mieux. Mais Messi, entouré de grands footballeurs, reste le meilleur du monde« , a-t-il été contraint d’expliquer.

Un Diego Simeone qui avait évidemment très mal vécu les premiers matches de l’Albiceleste mais qui croyait encore en une qualification. Sur ce point, il avait raison puisque l’Argentine a fini par se hisser en huitièmes de finale avant de tomber face aux Bleus (3-4), futurs champions du monde.

Le FC Barcelone a remporté, samedi en Californie, son premier match dans cette International Champions Cu

La saison du FC Barcelone est officiellement lancée. Et elle débute plutôt bien. Alors que la plupart des plus grands clubs européens ont déjà repris, le Barça a attendu samedi soir, à Pasadena en Californie, pour disputer son tout premier match amical de pré-saison dans le cadre de l’International Champions Cup. Une rencontre disputée contre Tottenham qui s’est terminée par une victoire aux tirs au but (2-2, 5 t.a.b. à 3), dans l’enceinte du mythique stade Rose Bowl et devant près de 67.000 supporters.

Cette rencontre était l’occasion pour Ernesto Valverde, qui s’est fixé pour cette tournée « le devoir de tout gagner » malgré « un groupe relativement réduit », de tester certaines de ses recrues. Clément Lenglet, arrivé en provenance de Séville, a ainsi débuté en défense, de même qu’Arthur, recruté pour faire oublier Andrés Iniesta dans l’entrejeu. Et l’entraîneur catalan n’a pas dû être déçu puisque le milieu brésilien a marqué le deuxième but des siens (29e) – un bijou -, après l’ouverture du score de Munir El Haddadi (15e).

beIN SPORTS

@beinsports_FR

[🎞️VIDEO] 🏆
Arthur, la nouvelle recrue du Barça, n’a pas attendu pour se faire remarquer ! ⏱️👍
💥💥💥 Un but fantastique ! 🔥🔥🔥
▶️ http://po.st/99sNIG 

Lenglet a débuté, Malcom est entré

Mais en l’absence de nombreuses stars, Lionel Messi et Luis Suarez en tête, les Blaugranas ont logiquement faibli en seconde période, malgré l’entrée en jeu de Malcom, les Spurs en profitant pour revenir en une poignée de secondes grâce à Son Heung-Min (73e) et Georges-Kévin Nkoudou (75e). Tout s’est donc décidé aux tirs au but, et ce sont les Espagnols qui ont fini par faire la différence, Anthony Georgiou ratant sa tentative. Le Barça a désormais rendez-vous avec l’AS Rome (1er août) et l’AC Milan (4 août).

Dans les autres matches de cette ICC, Liverpool a torpillé Manchester United (4-1). Sadio Mané (28e, s.p.), Daniel Sturridge (66e), Oluwaseyi Ojo (74e, s.p.) et Xherdan Shaqiri (82e) ont offert un large succès aux Reds, le but égalisateur d’Andreas Pereira (31e) n’y ayant rien changé. De son côté, Manchester City a renversé le Bayern Munich (3-2). Meritan Shabani (15e) et Arjen Robben (24e) avaient pourtant mis les Allemands sur les bons rails, mais Bernardo Silva (45e, 70e) et Lukas Nmecha (51e) ont renversé la vapeur.

Adrien Rabiot aurait en effet fait le choix de prolonger son contrat avec le PSG.

Adrien Rabiot. (Iconsport)

Un choix assumé. Adrien Rabiot a pris tout son temps pour se décider mais après avoir écouté les différents arguments et jugé sur pièce le travail de Thomas Tuchel, il aurait décidé de prolonger l’aventure au Paris Saint-Germain, annonce Paris United. Un choix qui ne conviendra pas forcément à sa mère et agent qui était plutôt favorable à un départ et qui avait notamment réussi à trouver un accord financier avec le Barça pour un salaire annuel de plus de 7 millions d’euros.

Paris United@parisunited6

RDV prévu cette semaine entre Véronique Rabiot et Nasser Al-Khelaïfi pour avancer sur la prolongation d’Adrien . Pour l’heure, aucune offre officielle n’a encore été émise par le . https://twitter.com/parisunited6/status/1017420719171559426 

L’entêtement de Nasser Al-Khelaïfi a également eu du bon pour le club champion de France. En refusant la première offre de Barcelone, le président du PSG a confirmé son attachement à un Rabiot formé au club. Les propos de Thomas Tuchel à son égard, le fait qu’il soit capitaine et la philosophie prônée par l’entraîneur allemand ont fait le reste pour convaincre le milieu de terrain qu’il a plus à gagner à rester. Sa marge de progression est encore importante et il considère que Tuchel peut le guider dans la bonne direction.

Il reste désormais à formaliser un accord pour une prolongation mais l’envie commune reste la plus importante. Une réunion devrait avoir lieu dès la semaine prochaine et tout ira alors beaucoup plus vite…